Nous sommes dans le Cycle 747 de l'Age Sombre // Deuxième Période de Pleine Guerre
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...   Mer 5 Juin - 0:27

Il y avait un peu plus de quatre heures que je marchais, je me m'étais grandement éloigner des terres du sud, comment ? Il y avait cette petite chaloupe sur le rivage...Je n'ai pas pu m'en empêcher. Et puis j'ai traversé les terres, la lune, le royaume neutre, jusqu'ici, un petit coin de paradis dans ce monde lugubre. J'étais exténué de fatigue et de faim, je n'avais pas fuguer de mon logis prêter par cette louve, je voulais seulement me retirer un instant, être seul, c'était mon désir et j'en avais besoin. J'avançais plus résolument que jamais, avec de la force de moins et un fardeau de plus, celui de la vie. Je traversais sous une douce bise, en direction vers l'est, de larges surfaces de sable. Je ne savais de quelle heure il était. Je m'en passais, et marchait, ne sachant que devenir sous mon fardeau.

Je pensais que la vue de la merveille qu'était une plage de sable chaud soulageait mes blessures du coeur, celles qui étaient les plus difficile à oublier, mais il me fallait encore faire beaucoup d'effort pour cela. Quand je fermais les yeux, des images en moi resurgissait même si je les chassaient. Je devais me concentrer sur quelque chose qui serait capté mon attention et chasser le noir de mon esprit. Je me positionna alors face à la mer et l'observait, observait longuement, comme si j'attendais quelque chose. J'écoutais le bruit des vagues, ce va et vient perpétuel, il soulageait. Je sentais l'odeur de l'eau salée et des algues, elle embaumait mes poumons comme un arôme, elle soulageait. Je ressentais le vent doux venu de terres lointaines et inconnues me caresser le visage, glisser le long de mon échine, passer sur mes flancs, il soulageait.

Je me sentais enfin prêt à fermer les yeux et n'espérais plus revoir le mal qui m'abritait comme un diable qui me possédait. Mes paupières s'abaissèrent alors doucement pendant que je gardais mon ouïe sur le chant des vagues, que je gardais mon odorat dans le parfum de la mer, que je gardais mon âme au contact de la brise affectueuse. Mon esprit restait serein, il n'y avait pas d'images, pas de rouge apparaissant. Tout n'était que la mer, les vagues et le vent. J'étais sur le point d'esquisser un sourire jusqu'à ce que je me rappelle que ce n'était pas ma qualité première. J'ouvris de nouveau les yeux, j'étais toujours là, toujours sur la plage, j'inspirais profondément, cette sensation de liberté, tout le monde aimait la sentir un jour l'autre.

Je pensais pas pouvoir me débarrasser de mes démons mais les mettre de côtés était déjà une bonne chose pour moi. Moi, petit louveteau de 4 mois, ne connaîtrais jamais la vie d'un petit de mon âge. Je le savais. Des bruits indistinct me parvinrent alors que j'écoutais encore les flots. Ce n'étaient pas des bruits qui faisait partie de ce décor naturel, ils venaient d'arriver. Au départ, je croyais entendre un oiseau, plusieurs oiseaux, une volée à vrai dire. Je ne bougeais pas, ne voulant pas déranger, mais quand l'odeur des créatures arriva vers moi, je perçu une présence de loups. Des ricanements suivirent peu de temps après l'arrêt des battements d'ailes et mon regard ne pu s'empêcher de voir de quoi il s'agit. C'était un petit groupe de louveteaux ailés. Enfin, ils n'étaient que trois, mais pour moi, c'était déjà de trop.

Je ne savais pas ce qu'ils voulaient mais j'avais l'horrible impression d'être leur principaux centre d’intérêt, sinon, ils ne se seraient pas posé non loin de moi. Je décida de me lever et de quitter les lieux, qui sait, m'oublieront-ils sans doute. J'avais trop à perdre à croire en la bonté de certains, c'était bien moi qu'ils voulaient. Ils rigolaient dans mon dos parce que je savais ce qu'ils voyaient dans mon dos, quelque chose qui n'était plus mais qu'eux avaient toujours...Je pouvais les entendre, ils devaient avoir mon âge, si ce n'est plus, ils raillaient à mon intention et je m'entêtais à les fuir doucement :


- Hey toi ! Qui es tu ?

- C'est quoi ces marques dans ton dos ?

- Allez montre nous !

- Où tu crois aller ?!

Ils ne perdirent pas de temps à me rattraper, mais en même temps, je n'essayais pas d'être très rapide, sans doute encore convaincu qu'ils allaient passer l'éponge. Deux des trois me bloquèrent le passage, forçant mon arrêt. Leur aile me fascinait mais ce n'était pas le moment de penser à ça. Le troisième qui arriva derrière moi, me prit par surprise en me bousculant et me plaqua au sol, ventre à terre dans le sable qui râpait mon pelage. Je ne protestait pas vocalement mais me débattait tout de même comme je pouvais, mais à trois contre un ? Que pouvais-je faire ? Le troisième avait ses pattes avant sur moi et tous regardaient avec attention ces deux affreux moignons rouge qui salissait ma personne et défigurait ce que j'étais réellement. Ils éclatèrent de rire, leur regard était à la fois moqueur et dégoûté, me voici devenu bête de foire.

- Qu'est ce que c'est que ça ?

- Te sauve pas comme ça laideron de louveteau !

- On va t'arranger ça tout de suite !

Leur griffes serraient ma peau, dans mes efforts pour m'échapper, je fus brutalement retourner sur le dos, trop près de l'eau de la mer dont les vagues passaient en dessous de moi et le contact de l'eau salé sur mes moignons me brûlait la chair déjà appauvri de cet endroit. Leur crocs arrivèrent sur moi et bien qu'ils n'étaient pas très fort et tranchants, les sentir sur mes oreilles, sur ma queue, ma patte empli de cicatrice où même mes moignons appliquait en moi une douleur bien réelle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...   Mer 5 Juin - 14:02

Blood n'était pas dans son territoire, elle était sur l'île déserte mais elle rallait vers la plage en volant quand elle entendit des bruits, elle se déposa et se cacha et elle regardait la scène, au début elle n'avait pas vue Shadow.

- Qu'est ce que c'est que ça ?

- Te sauve pas comme ça laideron de louveteau !

- On va t'arranger ça tout de suite !

Blood reconnut directement son protégé, du nom de Shadow, elle sortait et sauta sur le loup qui tenait son petit, elle lui écrasa la gorge pour qu'il lache Shadow et se tournait vers les autres en grondant férocement. Elle s'enfoutait qu'ils étaient en plus grand nombre. Elle se mit ensuite devant Shadow, le regard noir, ses canines étaient bien visible et elle n'hésiterait pas de les attaquer encore une fois s'ils ne dégageaient pas tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...   Mer 5 Juin - 15:19

Je faisais tout pour garder les yeux ouverts bien que notre débat dans le sable m'envoyait quelques grains se loger sur mes iris, picotant mon regard qui se fermait automatiquement tandis que je sentais toujours les petites dents des louveteaux se refermer sur moi à diverses parties de mon corps. Ils rigolaient et prenaient plaisir à me tourmenter, jamais je n'aurais penser que mon fardeau pouvait attirer d'aussi lourdes conséquences. En voyant cela, j'avais enfin comprit pourquoi, à un moment de ma vie, j'ai voulu en finir. Tout à coup, les louveteaux furent repoussés et s'éloignèrent, apparemment de peur, j'ouvris les yeux, Blood était là, elle grondait sur eux d'un air féroce. Je me mis sur le ventre en redressant ma tête et oubliant les moignons qui me brûlait à cause de l'eau de mer, elle montrait les crocs à cette bande de louveteau braillards qui se reculèrent d'elle, effrayaient et puis, sous la menace de l'adulte qui était là, ils s'enfuirent à l'aide de leur belles ailes salvatrices. Je les suivais du regard un moment tandis qu'ils disparurent dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...   Mer 5 Juin - 15:30

Blood continuait de montrer les crocs férocement vers les autres louveteaux. Elle n'hésiterait pas à les attaquer mais il fuirent. Elle attendait bien que les autres partent avant de retourner le regard vers Shadow, elle allait près de lui et fit une léchouille sur sa tête avant de demander à Shadow, d'un regard inquiet. Sa voix était douce et calme mais elle était inquiète pour lui.

-Est-ce que ça va ? Ils t'ont fait du mal ? Je suis désolée de ne pas arriver plutôt...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...   Mer 5 Juin - 16:46

Je ne bougeais pas pendant un moment, le regard vague en pensant à ce qui venait de se passer. Puis je finis par me dresser sur mes petites pattes qui s'enfonçaient doucement dans le sable. Je n'osais même pas regarder la louve, si elle avait entendu les louveteaux, ils avaient probablement raison. Je me secoua un petit peu pour retirer les grains de sable encastrés dans mes poils ainsi que des gouttes d'eau salée avant de sentir la langue de Blood sur ma tête qui me vit lever le regard vers elle, j'avais la sensation d'être un petit pris sur le fait d'une faute qu'il n'avait pas commise. Elle me regardait d'un air inquiet et me demanda alors :

-Est-ce que ça va ? Ils t'ont fait du mal ? Je suis désolée de ne pas arriver plutôt...

- Je vais bien.


Physiquement, j'allais plus ou moins bien, ce n'était pas le problème. Le soucis s'était logé en mon âme et conscience, alors que je venais à peine de libérer mon esprit dans le bleu de la mer, les images étaient revenu malgré moi. Elle s'excusa de ne pas être arriver plus tôt mais je fis non de la tête, signifiant que ce n'était pas grave, elle aurait très bien pu ne pas être là du tout, je devais me contenter de ce que j'avais. Je me demandais un instant ce qu'elle faisait là, me suivait-elle ? Croyait-elle que j'étais partie de notre logis ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...   Mer 5 Juin - 18:51

- Je vais bien.

Blood le regardait sans rien dire, elle ne pensait pas qu'il avait fuit, elle pensait plus qu'il était parti se promener ou se vider la tête comme Blood le faisait parfois, elle n'en lui voulait pas du tout. Elle marchait un peu en regardant l'eau mais faisais attention à que les louveteaux ne reviennent pas, elle détestait qu'on touchait à ses protégés. Elle continuait de marcher en réfléchissant et regardait si Shadow était près de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...   Mer 5 Juin - 20:19

Elle s'éloigna pour marcher le long de la plage mais j'hésitais à la suivre. J'avais toujours de bien sombres sentiments en moi et mon regard se posa sur mon reflet dans l'eau, déformé par les vagues. A ce moment là, je voyais ce que j'étais vraiment et que les vagues me prouvaient, un être déformé. Je n'avais rien à faire avec une aussi belle louve tel que Blood, avec ses belles grandes ailes, elle aurait mieux à faire avec Blue. Blue était très belle aussi et avait aussi des ailes magnifique mais avait plus besoin d'une mère que moi. Moi, jamais je ne me comporterais en vrai louveteau vis à vis de Blood, alors elle n'avait pas besoin de se comporter comme une mère pour moi. Je gardais mon regard sur l'eau en pensant à toute ces choses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...   Jeu 6 Juin - 15:13

Je continuais ma route pour afin aller voir Blood et Shadow, ils m'avaient acceuilli alors que je ne suis qu'une louveteau... Blood était l'adulte qui s'occupait de Shadow et de moi et Shadow s'occupait particulièrement de moi. J'arrivais ensuite à la plage et je m'avançais vers Shadow qui regardait l'eau sans rien dire, sa tête était triste et j'étais donc triste pour lui, je m'avançais et donnais un coup de museau sur son épaule avant de lui dire une petite voix afin de ne pas trop le déranger en braillant de ma venue.

-Coucou...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...   Jeu 6 Juin - 15:20

-Coucou...

Blood tournait son regard vers la nouvelle venue du nom de Blue, elle avait acceuillie sous la demande de Shadow afin qu'elle ne meurt pas, elle s'approchait des deux louveteaux avant de donner une léchouille affectueuse sur la tête de chacun en souriant. Elle regardait le ciel puis retournait son regard vers Shadow et Blue et inspectait pour s'assurer qu'ils aillaient tous les deux bien, et espérait que Shadow ne se tourmentait pas trop...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...   Jeu 6 Juin - 18:28

Moi, petit louveteau qui perdait mon regard dans les vagues, je subissais la pression indéfinissable de la plage silencieuse. Ces silences de fourmilière paralysée dégageaient du vertige. Toutes ces léthargies mêlaient leurs cauchemars. C'était ce que l'on appelait avoir peur sans savoir pourquoi. Ce qu'un loup éprouvait, le louveteau l'éprouvait encore plus. Ce malaise de l'effroi, amplifié par ces vagues spectres, s'ajoutait à tout cet ensemble sous lequel je luttais.

La nature avait été prodigue de ses bienfaits envers moi. Elle m'avait donné l'absence du vertige et de la chute en me donnant l'absence des ailes. Mais était-ce vraiment des bienfaits ? Et était-ce vraiment la nature ? Ne l'avait-on pas aidé ? Deux yeux pareils à des jours de souffrance, deux moignons prouvant ces jours entre les omoplates. Il était certain que la nature ne produisait pas toute seul de tels chefs-d'oeuvre. On ne pouvait rien sur la beauté d'un loup mais tout sur sa laideur. D'un profils hottentot vous ne ferez pas un profils romain. Selon toute apparence, d'industrieux manieurs de louveteaux avaient travaillé ce corps. L'opération faites sur moi avait du être affreuse. Je ne m'en souvenais pas bien, ce qui ne prouvait pas que je ne l'ai pas subis.

Un petit coup de museau au niveau de mon épaule me ramena à la raison, il était vrai que j'étais grandement en train de me perdre, cela m'arrivait souvent et je n'y pouvais rien. Mon regard se redressa subitement, sortit de l'eau et se posa sur le visage familier de Blue qui me dit de sa petite voix encore fragile de ses anciens tourments :

-Coucou...

Je lui répondis d'un signe de tête, je n'avais jamais été très bavard, aujourd'hui encore, je pouvais me montrer farouche même envers celle que j'ai voulu sauver à maintes reprises sans avoir pu le faire. Elle avait l'air si frêle, presque tremblante à force de délicatesse et donnant la peur de la briser, admirablement belle avec sa couleur bleuté comme le ciel, les yeux pleins de lumière dans ce monde si obscur et le coin des babines tristement abaissés exprimaient ce désappointement amer. Ses yeux, grands et clairs, avaient cela d'étrange qu'éteints pour elle, ils brillaient pour les autres. Mystérieux flambeaux allumés qui n'éclairaient que dehors. Elle donnait de la lumière, elle qui n'en avait pas.

Si la misère lupine pouvait être résumée, elle le serait par moi et Blue. Nous semblions être nés chacun dans un compartiment du sépulcre, moi dans l'horrible, Blue dans le noir. Nos existences étaient faites avec des ténèbres d'espèces différentes, prises dans les deux côtés formidables de la vie. Ces ténèbres, Blue les avaient en elle et moi je les avait sur moi. Il y avait du fantôme dans Blue et du spectre en moi. Blue était dans le lugubre et moi dans le pire. Le genre loup, pour Blue comme pour moi, était un fait extérieur. Nous étions loin, elle était seule, j'étais seul. L'isolement de Blue était funèbre, l'isolement de moi même était sinistre. Elle était la proscrite de la lumière, j'étais le banni de la vie. Certes, nous étions deux désespérés. Le fond de la calamité possible était touché. Nous y étions, moi comme elle. Un observateur qui nous aurait vu aurait senti sa rêverie s'achever en une incommensurable pitié.

N'oublions pas Blood, notre protectrice que je considérais bien mal. Elle nous guettait, surveillait et aimait. Une chose et sans doute la plus importante. Elle savait que c'était moi surtout qui avait voulu que Blue soit défendu, au même titre que moi. De mes mots, elle avait accepté ce fardeau, une autre louveteau, que moi, qui n'avait point de part à attendre dans cette distribution obscure qu'on appelait le sort, m'étais chargé d'une destinée. Et elle, Blood, que, dénuement, angoisse et détresse, elle s'était faite providence, que, le ciel se fermant, elle avait ouvert son coeur, que, perdu, elle avait sauvé, que, ayant pas de toit ni d'abri, elle avait été l'asile, qu'elle s'était faite mère et nourrice, que, elle qui était seule au monde, avait répondu au délaissement par deux adoptions, que, dans les ténèbres, elle avait donné cet exemple, que, ne se trouvant pas assez accablée, elle avait bien voulu de la misère d'un autre par surcroît, que, sur cette terre où il semblait qu'il n'y ai rien pour elle, elle avait découvert le devoir, que, là où tous avait hésité, elle avait avancé, que, là où tous avaient reculé, elle avait consenti
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...   Lun 10 Juin - 15:30

Je regardais sans rien dire Blood puis je tournais mon regard vers Shadow sans rien dire avec ma queue qui bougeait de droite à gauche et de gauche à droite silencieuse. Seul le vague sur la plage se confrontait au sol et qui donnait un mouvement d'évasion.. Une envie de partir loin, une envie d'être bien...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...   Lun 10 Juin - 15:33

Blood continuait de regarder les deux louveteaux quand soudain un ligre s'était présenté près d'eux. Blood grogna et se mit devant les petits. Le ligre semblait ne pas apprécier la louve et il lui sauta dessus. Blood e laissa faire et attaqua le ligre, heureusement que ce n'était qu'un jeune. Blood mordait au cou mais le ligre lui donnait des coups de pattes qu'elle évitait assez facilement avant de sauter sur lui et le mordre en le griffant à l'oeil, le ligre devint aveugle mais il était décider de tuer Blood.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...   Lun 10 Juin - 18:52

Un sentiment de bien être semblait comblée la louveteau près de moi lorsque je voyais son regard suivre le pétillement de la lumière du soleil sur les vagues bleues. Sa queue remuait, signe de joie, c'était quelque chose que ma queue ne faisait jamais ou plus du moins. Tout à coup, un ligre apparut non loin de nous et forcément, Blood n'hésita pas à se mettre en travers de son chemin pour nous défendre, nous, pauvres louveteaux méprisables que nous étions, qui ne sommes même pas capable d'aider ou de porter la charge, nous ne pouvions que nous contenter de regarder et d'espérer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)
» Voie de la Navigation
» Prérequis pour la voie de la Médecine
» La voie du Martyre
» Entrevue douloureuse et Souvenirs refoulés. {Achevé}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cycle 747 de l'Age Sombre // Deuxième Période de Pleine Guerre :: Hors RPG :: Archives :: RPs abandonnés-
Sauter vers: