Nous sommes dans le Cycle 747 de l'Age Sombre // Deuxième Période de Pleine Guerre
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Page 338- OeilTénèbre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Page 338- OeilTénèbre   Dim 16 Fév - 21:19

Marche-Mort, Loup Solitaire cheminant dans l'ombre
Extrait du Livre, page 388
Par Balasweig,le Gardien des Histoires


Les plaines du Nord sont vastes, fertiles et abondantes en gibier. Y survivre est facile, mais s'y perdre est aisé. Heureusement, j'ai appris autrefois à m'orienter avec les étoiles.
Mon paquetage est plein de provisions, et mon Livre pèse lourd sur mes épaules. Je voyage seul.

Mes pas m'amenèrent dans une forêt aux belles couleurs d'émeraude. À la vue des branches reliées entre elles et du jeu d'ombres et de lumières qui en résulte, je devine que je me trouve dans la légendaire Forêt Épaisse des terres du Nord. Enchanté par cette vision magnifique, je progressais avec un rien d'imprudence à travers les fourrés épais. Un choc contre ma patte me fit baisser la tête.
J'identifiais l'objet que j'avais heurté comme un crâne de loup. Je recula précipitamment, avant de m'apercevoir que j'étais entouré par les squelettes de ce qui fut une meute entière.
Mes voyages m'ayant parfois mené dans des lieux horribles, ce n'est pas le caractère morbide de cet endroit qui m'effrayait; mais les deux lueurs vertes, braquées sur moi, qui me jaugeait d'un air glacial.
Était-ce là spectre, esprit ou revenant ? Je voulais quitter l'endroit au plus vite, mais ma peur du surnaturel fut bientôt remplacé par un sentiment bien plus fort: ma légendaire curiosité.

-  Holà ! Qu'es-tu, toi qui me dévisage dans les ténèbres ? Fit-je, d'une voix que j'espérais ferme et menaçante.

La chose parut hésiter. Puis, sans un bruit, elle sortit de l'ombre pour se placer devant moi. Je m'aperçut alors que ce n'était rien d'autre qu'un loup. Décevant.
Il était grand, et sa fourrure quasiment unicolore d'un noir profond lui avait permis de se dissimuler dans l'ombre des arbres. Ses yeux étaient perçant, et son air farouche, mais mon propre regard aiguisé remarqua qu'il boitait légèrement d'une patte.

-  Qui sait ? Me répondit-il d'une voix aussi sombre que son pelage. Un ami. Parfois. Peut-être.

Une centaine de questions me passèrent par la tête. Que faisait-il ici ? Était-il le gardien de ce charnier ? D'où venait cette cicatrice ? Et celle-ci ? Chassait-il en fermant les paupières pour être complètement invisible ? Mais finalement, je dû refréner ma soif de savoir pour poser une question plus protocolaire:

-  Qui êtes-vous ?

-  Quelle question ! Me répondit-il, avec un petit sourire en coin.Comment pourrais-je résumer ce que je suis en quelques phrases ? Contente-toi de savoir que les humains m'appellent Marche-Mort.

-  Eum... Est-ce à dire que vous avez d'autres noms ?

-  Oui. Mais celui-là suffira pour toi.

Marche-Mort me détailla des pieds à la tête. Je vis son regard s'attarder sur le Livre dans mon dos, si large qu'il était presque aussi grand que moi.

-  Tu es Balasweig, le Gardien des Histoires, c'est cela ?

-  Exactement. Je suis flatté.

-  Ce n'est pas réciproque. J'ai entendu parler de toi. Tu es ce loup voyageur qui note dans cet immense ouvrage la biographie de tout ceux qui croisent son chemin.

-  Oui, exactement.

-  À quoi cela te sert-il ?

-  Une fois que j'aurais remplis mon Livre, je le remettrais à Archange pour qu'il sache comment vivent les habitants de ses Terres. Ainsi, peut-être fera-t-il un geste pour améliorer les conditions de vies, mettre fin à la Guerre....Quelque chose du genre.

Je désignais mon Livre du museau.

-  Tout est là-dedans. Chaque être intelligent qui a croisé ma route: Loups du Soleil ou de la Lune, Solitaires ou Sanguinaires, Humains, Renards, même certains Lynxs et Ligres. Tous avaient une histoire qu'ils m'ont raconté, et que j'ai inscrite dans ce Livre.

-  Si tu as réussis à persuader des Ligres et des Sanguinaires, je suppose que je n'ai aucune chance d'y échapper.

-  Exactement. Sourit-je. Archange à voulu que nous nous rencontrions, afin que ton nom soit inscrit dans ce Livre. Ainsi, il pourra lire ton histoire et faire quelque chose pour toi.

-  Je m'en voudrais beaucoup s'il manquait de lecture par ma faute. Répliqua-t-il avec
un clin d'Oeil.

Marche-Mort était un peu étrange, mais pas si antipathique, au final. Le Solitaire soupira et ferma les yeux, comme pour mieux se concentrer sur ses souvenirs.

- Tout commença à l'endroit où nous sommes, dans les Forêts des Terres du Nord...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Page 338- OeilTénèbre   Dim 16 Fév - 21:20


Deux louveteaux avançaient côte à côte. Ils n'avaient guère plus que quelques mois, pourtant, ils avançaient seuls, sans aucun adulte pour les accompagner. Que faisait-ils ici ? Avaient-ils des parents ? Ou, depuis leur premier jour, avançaient-ils ainsi, l'un contre l'autre pour se protéger des rafales de vents, sans savoir où ils allaient, ni même si ils allaient quelque part ?
La mémoire est une chose étonnante. Trop jeunes, les deux enfants n'avaient plus le souvenir de la raison de leur présence, et de leur solitude. Même les réminiscences concernant leurs parents étaient flous, et disparaissaient une à une. Ils ne connaissaient que trois choses : Leurs noms, leur lien de parenté et la certitude qu'il fallait continuer à avancer. Toujours tout droit. Toujours.

Ils tombèrent sur ce cimetière, qui est un champ de bataille datant de la Guerre. Ils furent attaqués par une hyène en mal de proie à sa mettre sous la dent, et qui venait sucer le peu de moelle qu'il restait dans ces ossements. Ils réussirent à s'enfuirent, mais furent tous les deux gravement blessés.  Ils se réfugièrent dans une grotte, où ils faillirent succomber, par manque de soins et de nourriture. Néanmoins, Archange fut clément, car après une longue et douloureuse phase de récupération, ils finirent par être de nouveau capable de se déplacer et de chasser. Néanmoins, ils avaient appris une terrible leçon. La loi de la griffe et du croc. La loi selon laquelle le fort survivait et tuait les faibles.
Ensemble, ils décidèrent de développer leurs aptitudes pour le combat avant de se remettre en route.

Ainsi, les deux louveteaux s’entraînèrent durement des jours. Au début, ils combattirent l'un contre l'autre. Ils s'aperçurent vite qu'ils avaient hérité d'une particularité qui faisait d'eux des combattants hors pair. Au plus fort du combat, leurs pupilles devenaient rouges et ils semblaient pris d'une folie furieuse monstrueuse. Lorsqu'ils étaient sous son emprise, ce pouvoir ''berserk'' les poussaient à s'attaquer à tout ce qui était autours d'eux: animaux, arbres ou végétaux. Seul la voix de l'autre paraissait capable de stopper cette état de transe.
Mais rapidement, leur chemins divergèrent. Le jeune louveteau s'exerçait à disparaître dans les ombres, pensant à juste titre que cette capacité lui donnerait un bon avantage en cas de rencontre nocturne. Hati, de son coté, partit dans la forêt et ne dit jamais à son frère ce qu'elle y faisait. Toutefois, celui-ci trouvait régulièrement des plumes noires dans sa fourrure.
Le louveteau, lorsqu'il maîtrisa ses techniques de camouflages, décida de changer de nom. Son ancien patronyme était chargé du poids de sa peine, du fardeau dont ses parents l'avait chargé en lui donnant la vie.

'' Désormais, la dernière vision qu'auront mes ennemis avant de mourir sera celle de mes yeux flottant dans les ombres... Je serais la Vague Noire. Je serais OeilTénèbre. '''

Un jour, une famille d'ours pris possession du précaire domicile d'OeilTénèbre et Hati. Heureusement, ceux-ci réussirent à s'enfuir avant d'être repérés par les imposants prédateurs. Ainsi jetés sur les routes, ils quittèrent la forêt pour les plaines, qui s'étendaient à perte de vue.

Leur nouvelle vie commença. Ils apprirent à chasser pour survivre, à se cacher pour éviter les prédateurs, à s'enfuir lorsqu'ils étaient détectés...Mais ils finirent par être suffisamment forts pour affronter les prédateurs, et ils devinrent tous les deux d'excellents combattants.
Les mois passèrent. Mais ils ne trouvèrent jamais ce qu'ils cherchaient.
Un foyer.


Leurs pas les menèrent jusqu'à un Village d'Humains. N'ayant jamais rencontrés aucun représentant de cette race, ils se dissimulèrent aux abords des habitations pour les observer.
OeilTénèbre se fit rapidement une opinion sur les Humains. Une vue pitoyable, une ouïe déficiente, un odorat quasiment inexistant... Des griffes trop petites pour couper, des crocs trop carrés  pour mordre... Pour lui, les Humains ne méritaient pas leur place sur les Terres d'Archange. De la chair qui marchait, rien de plus. Voir un gaspillage d'organe en bon état de fonctionnement.
Ils restèrent quelques temps à proximité des masures, volant la nourriture, allant parfois jusqu'à s'introduire dans les demeures des stupides créatures.
Jusqu'au jour où, sortant de sa maison pour soulager quelques besoins naturels, un petit Humain tituba jusqu'à la lisière du Village. Il ne devait pas avoir plus de quatre années, soit à peu près deux fois plus qu'Oeil et sa sœur. Mais les humains vieillissaient différemment des loups. Loin d'avoir la maturité nécessaire pour combattre, celui-ci n'eut même pas le réflexe de s'enfuir ou de crier lorsqu'il vit le loup noir s'approcher lentement de lui.
Puis, Oeil bondit et écrasa sa trachée de ses mâchoires puissantes. L'enfant mourut sans un bruit.
OeilTénèbre traîna le corps et partagea sa prise avec sa sœur. Alors qu'ils le dégustaient, une clameur inquiétante parcourut le village. Les Humains avaient vu les traces de sang. Mais Oeil ne s'inquiétait pas. Si ces pitoyables moucherons gênait leur repas, ils les massacreraient et auraient assez de nourriture pour manger pendant un mois.
Mais les choses se déroulèrent autrement. Les Humains ne leur donnèrent pas immédiatement la chasse. Ils saisirent d'abord de grands morceaux de bois surmontés de lames d'acier, puis, ils saisirent des laisses qui retenaient des animaux. Ils ressemblaient vaguement à des loups pelés. Ils n'avaient pas l'air très intelligents, mais ils étaient très musclés et surtout très agressifs. Des chiens.
Les deux Solitaires durent abandonner leur trophée pour s'enfuir, tandis que les dogues aboyaient en leur direction.
Oeil se retourna avant de disparaître dans la nuit. Les Humains s'était regroupés autours du cadavre de l'enfant. Une femelle était agenouillée et pleurait à chaude larme en serrant contre son cœur  le morceau de chair à demi dévoré. Un mâle avait posé la main sur son épaule, le visage grave.
Les autres Humains continuaient la battue.
Un sentiment étrange monta dans la gorge du loup mais celui-ci ne perdit pas de temps à l'identifier.
Suivant de près sa sœur, OeilTénèbre disparut dans la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Page 338- OeilTénèbre   Dim 16 Fév - 21:21

Soufflent les vents, coulent les rivières... Le soleil dans le ciel, succède à la Lune, la Lune au Soleil... Les mois passent. Les loups grandissent... Les choses changent.

La viande d'humain était toujours aussi savoureuse, cependant. constata Oeil en se délectant d'un œil encore chaud. Le pauvre marchand n'avait pas eu le temps de crier. Cela n'avait pas été le cas de sa compagne. La femelle vieillissante avait poussé un magnifique hurlement, parfaite symphonie de désespoir, véhiculant parfaitement sa vision de la mort s'approchant. Il aurait été cruel de la part d'Oeil de ne pas honorer une telle perfection... Il avait attendu qu'elle soit à bout de souffle pour l'égorger.
Un jeune humain avait saisi une lance vieille de la Guerre, tellement rouillée que sa simple vision paraissait vous faire choper le tétanos. C'était noble, c'était courageux, c'était ridicule. C'était Humain, quoi.
Une petite tâche. Et des ossements blanchis. Voilà ce qu'il restait du marchand et de sa famille.
Soudain, une silhouette sortie de l'ombre. Un homme grand, vêtu dans un manteau sombre.

- Ravi de te rencontrer. Je suis Majere, le Magnifique Tueur de Loup.

- Tu parles la langue des loups ? Je savais pas que les humains étaient assez intelligents pour...

- Les humains sont de loin supérieurs aux loups ! Je le prouverais en tuant tous les loups de ce monde !

- Donc, si je te tues, c'est un acte de noblesse envers le reste du monde des loups ? Bah, peu importe. Aucun humain à avoir croisé ma route n'en a réchappé.

L'humain sortit une hache d'une taille peu commune, et l'abattit avec force sur OeilTénèbre, qui esquiva sans trop de peine. Le loup se rua dans les grandes jambes de Majere, qui chuta pitoyablement.
Soudain, un chien sortit des fourrés et se jeta à la gorge d'Oeil. Celui-ci, surpris, eut juste le temps de baisser la tête. Les crocs du canidé lui entaillèrent le haut du crâne.
OeilTénèbre, la rage personnifiée, égorgea l'animal. Mais l'humain avait eu le temps de se relever et, rugissant de rage, planta son arme dans les côtes d'Oeil.
Celui-ci, mortellement blessé, poussa un grognement de douleur.
Heureusement, alors que la hache se relevait pour le coup de grâce,  un corbeau s'abattit sur le visage de l'humain, griffant la peau fragile, cherchant à crever les yeux de son bec acéré.
A travers un voile ensanglanté, OeilTénèbre vit sa sœur surgir, et, telle une déesse de la Vengeance, se jeter sur l'humain. Celui-ci, apeuré, fuit, poursuivi par quelques volatiles. Hati, elle, resta près d'Oeil.
Elle pris soin de lui, le soigna malgré le peu de connaissances qu'elle avait dans ce sujet .
Ce jour-là, OeilTénèbre se fit deux promesses.
Il rembourserais la dette qu'il avait envers sa sœur.
Et surtout, il tuerais cet humain... Même s'il devait le payer de sa vie !






Elle s'appelait Edelene. Elle avait des yeux magnifiques.

OeilTénèbre chassait un cerf particulièrement véloce lorsqu'il l'avait rencontré. La belle louve noire avait surgit sur sa droite, et s'était jetée sur sa proie. Après l'avoir fait trébucher, elle avait égorgé le cervidé sous le regard indigné du loup Solitaire. Lorsqu'Oeil avait réclamé sa part du gibier, elle avait rit aux éclats. D'un rire extraordinaire.

Après s'être copieusement moquée de lui, elle s'était présentée. Edelene, louve Solitaire du clan Yuki no Yama.

Elle s'appelait Edelene. Elle avait eu des yeux magnifiques.

Mais la mort les avaient injectés de sang.
Une blessure béante courait sous sa mâchoire, et du fluide rouge s'écoulait sur le pelage sombre. Des plaies lézardaient son ventre rond.
Elle était enceinte.
OeilTénèbre soupira.


Dernière édition par OeilTénèbre le Dim 16 Fév - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Page 338- OeilTénèbre   Dim 16 Fév - 21:22


Durant le temps que dura sa romance avec Edelene, OeilTénèbre s'était progressivement éloigné de sa sœur. Mais alors qu'il s'éloignait du corps de sa compagne, il n'hésita pas une seconde quand à sa destination.
Il retournait auprès de Hati.

-  Tu n'as pas perdu de temps, petite sœur...

-  Tu es mal placé pour faire ce genre de remarque, mon frère...

Hati caressa du museau une des petites boules de fourrure qui s'étaient endormies contre elle.

-  Ne sont-ils pas magnifiques ? Il y en a cinq, deux garçons et trois filles.

OeilTénèbre pensait aux enfants qu'il aurait pu avoir, et se contenta de grogner son assentiment.
Sa sœur avait elle aussi conclut une romance pendant son absence. Oeil voulut l'interroger à propos du père, mais elle éludait la question systématiquement. Toujours est-il qu'il était à présent l'oncle de cinq adorables petits louveteaux. Ils ressemblaient tous beaucoup à leur mère.

-  Reprendrons-nous la route ?

-  Nous n'avons toujours pas trouvé notre foyer, mon frère. Mais il te faudra attendre. Mes enfants sont bien trop jeunes.

L'un des fils d'Hati, au poil un peu plus clair, se roula aux pieds de leur oncle. Celui-ci s'allongea et câlina le petit loup.
Hati lui sourit et ajouta, d'une voix déterminée:

-  Je jure que jamais aucun mal ne leur sera fait. Je les protégerais. Tous. Jusqu'à ma mort.

-  Je t'aiderais, petite sœur. Ils seront les enfants que je n'ai pas pu avoir. A nous deux, il n'est pas prêt de leur arriver malheur.





-  Nous devons partir, Hati ! Nous allons tous y passer, sinon !


-  Mes enfants ne peuvent pas marcher, et surtout pas par ce temps ! Nous ne pouvons pas les abandonner !

Les deux loups devaient s'époumoner pour couvrir le hurlement de la tempête. Celle-ci, une immense tourmente glacée d'une rare violence, s'était abattue sur la clairière où Hati s'était installée. Les adultes essayaient de réchauffer les jeunes de leur mieux, mais le vent les fouettaient si violemment que leur fourrure pourtant épaisse n'était d'aucune utilité. Lorsque les vents se croisaient sur le Mont de la Neige, rares étaient ceux qui y survivaient.

-  Hati ! La tempête ne fait que commencer ! Nous devons partir au plus vite ! Nous pouvons atteindre le pied de la montagne...

-  Comme si la tourmente se limitait au Mont de la Neige ! Et même si c'était le cas, nous ne pouvons nous permettre de nous déplacer ! Un voyage les condamnerais !

-  Ils sont condamnés si nous restons ici ! Et nous aussi !

- Je refuse de les tuer !

Hati se mordit la lèvre et frotta un de ses enfants avec sa patte. Ils avaient l'air si fragiles... Sur son visage, il était impossible de dire où commençait la neige et ou s'arrêtaient les larmes.

La neige s'abattit. Implacable. Les enfants gémirent, les vents hurlèrent... La Mort venait.
La cadette s'effondra soudain. L'aîné essaya de la soulever, mais le vent glacial l'avait énormément affaibli lui aussi. OeilTénèbre se précipita vers la petite louve tandis que sa sœur restait assise pour que les autres enfants puissent profiter de sa fourrure. Le Solitaire frictionna la cadette pour la réchauffer. Il souffla pour faire fondre le givre qui s'était incrusté dans la fourrure de sa nièce et posa une patte sur sa gorge. Il sentit un faible petit battement de cœur...
Puis plus rien.
Refrénant la vague de tristesse qu'il sentait monter à l'assaut de ses yeux, Oeil se détourna et se blottit contre sa sœur, écrasant les enfants sous sa fourrure.
Hati n'eut pas besoin de l'interroger. Les larmes qui gelait sur son museau parlaient d'elle-même.
L'aîné fut le second à tomber dans la neige pour ne plus se relever. OeilTénèbre se souvint avec émotion de ce petit loup qui s'était roulé en boule devant ses pattes..
Pas de battement de cœur.
Oeil soupira.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Page 338- OeilTénèbre   Dim 16 Fév - 21:23


-  Tous... Morts... Murmura Hati.

OeilTénèbre était épuisé. La tempête lui avait volé ses dernières forces. Un par un, les enfants d'Hati s'était fait prendre par le froid intense. Aucun n'avait survécu.
Lorsque le dernier s'était écroulé, Hati s'était effondrée à son tour. Elle était épuisée, bien sûr, mais elle n'avait surtout plus envie de vivre, sans ses enfants. Elle s'était allongée dans la neige, et attendait la mort, à côté des petits corps raidis par le gel et l'agonie.

-  Je ne voulais pas... Je... N'ai même pas eu le temps de leur donner des noms...

-  Hati. Relève-toi s'il te plait. Petite sœur... Petite sœur ! Nous devons partir ! Je t'en prie... Petite sœur ! Ne me laisse pas ! Je ne veux pas être seul ! Petite sœur !

Mais Hati ne répondit pas. Ses battements de cœur s'affaiblissaient déjà. Mais OeilTénèbre ne s'avoua pas vaincu. Il la hissa sur ses épaules et descendit le Mont de la Neige.







'' Un pas de plus. Encore un. Je peux le faire. Encore un pas... Encore... Un...''

OeilTénèbre titubait plus qu'il ne marchait. Loin de se calmer, la tempête semblait redoubler d'efforts pour abattre le loup. La peau de sa sœur était gelée, et peut-être ne trainait-il déjà plus qu'un cadavre. Il aurait pu s'en sortir plus facilement sans ce fardeau. Mais à quoi bon vivre s'il n'avait plus personne ?
Soudain, les dernières forces d'Oeil le trahirent. Il s'écroula et, écrasé par le poids de Hati, n'eut plus la force de se relever. La neige était douce... Elle n'était pas si froide, et ressemblait à un matelas de feuilles épaisses. Si confortable... Il allait se reposer quelques instants, puis il reprendrait sa marche. Juste quelques instants...
OeilTénèbre ferma les yeux.
Et oublia de les rouvrir.

''La neige était rouge. Elle tombait autours de lui, formant des petites flaques de sang à ses pieds. Hati et ses enfants étaient morts à ses pieds.
Il y avait du sang partout.''




Oeil se réveilla en sursaut. Il était allongé sur un rocher. La neige avait presque fondue autours de lui. Quelqu'un l'avait traîné sur une longue distance et l'avait réchauffé. Mais qui ...?
Il vit sa sœur, qui était assise non loin de lui. Bien vivante. Il lui sourit:

-  Petite sœur ! Je te croyais morte !

-  Ne m'appelle plus comme ça. Répliqua froidement Hati.

-  Comment ?

-  Petite sœur. Tu n'es mon aîné que de quelques secondes. Cela ne te permet pas de me prendre de haut.

Elle tourna les yeux vers lui. Oeil remarqua tout de suite que quelque chose avait changé. Son regard, sa voix... Il avait l'impression d'être en face d'une louve inconnue.
Quelque chose s'était brisé en elle. Il le sentait.

-  D'accord. Comment veux-tu que je t'appelle ?

-  J'ai un nom. Et moi au moins, j'ai suffisamment de courage pour le porter.

Cette remarque blessa profondément OeilTénèbre.

-  Pourquoi ? Grogna Hati en montrant ses crocs. Pourquoi ai-je survécu ?

-  Je...

-  Tais-toi. Tu aurais dû me laisser mourir.

Oeil ne dit rien. Il savait que sa sœur souffrait énormément. Elle avait toujours été déterminée, courageuse,
parfois même un peu cruelle, mais...
Elle n'avait jamais été mauvaise.
Pouvait-elle changer à ce point ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Page 338- OeilTénèbre   Dim 16 Fév - 21:23


Balasweig s'appliqua et écrivit de la pointe de sa griffe les derniers mots de Marche-Mort. Il utilisait son sang en guise d'encre, cela le reliait plus intimement encore à son Livre. Et puis, la véritable encre coûtait bien trop cher pour un Solitaire.

-  Et ensuite ? Demanda le Gardien des Histoires.

Jusqu'à présent, le loup noir n'avait pas fait la moindre pause. Mais là, il s'était tut et ne semblais pas vouloir continuer son récit.

-  La suite n'est pas très intéressante. Nous avons combattu. Nous avons voyagé. Puis, ma sœur à rejoint le Clan du Soleil et je me suis retrouvé vraiment seul. Alors, j'ai fondé une meute de loup. J'ai fait des bonnes choses, et d'autre que je regrette amèrement. Je me suis fait des amis, et même une nouvelle compagne. Une fille aussi. Merveilleuse. Je me suis fait plus d'un ennemi mortel et j'ai sur les pattes le sang de dizaines de victimes.

-  Pourquoi ne détailles-tu pas comme tu l'as fait précédemment ?

-  Parce que cela ne servirait à rien.

-  Pourtant, Archange...

-  Ne me parle pas d'Archange. Je n'ai pas raconté cette histoire pour lui. Mais pour toi.

-  Pour moi ?

- Oui. Et j'ai une question, maintenant. Pense-tu vraiment qu'Archange pourrait  y arriver ? Faire en sorte que les parents morts se relèvent et rentrent à la maison ? Soigner les enfants qui ont été blessés ? Chasser les Chasseur, les fous, les meurtriers ? Ramener la vie dans les yeux des louves enceintes ? Protéger les louveteaux des tempêtes de neige ? Réparer les cœurs brisés par le malheur ?

-  Je... Je l'espère.

-  L'espoir n'est qu'une illusion. Mais je n'ai pas la patience nécessaire pour te l'expliquer.

Marche-Mort s'étira et fit mine de partir. Je lui lançait:

-  J'ai une dernière question, si vous le voulez bien...

-  Allez-y, Gardien des Histoires.

-  Marche-Mort est le nom que vous ont donné les humains. Vous vous êtes nommé OeilTénèbre lorsque vous vous êtes lancé sur les routes. Mais quel était votre nom de naissance ?

-  Je l'ai oublié.

-  Vous êtes un piètre menteur.

-  On me le dit souvent.

-  Alors ?

-  Ce loup-là est mort depuis tellement de temps... Je répond au nom de OeilTénèbre et c'est ainsi que je me considère. C'est tout.

-  Je vois.

Marche-Mort me salua puis disparut dans les ombres.
Comme à chaque fois que je quittais un de mes interlocuteur, je sentit mon cœur se serrer. Mais une autre émotion m'assaillit cette fois-ci. Du doute.

Ce jour-là, en l'année 4150 de la Période Instable. , je rencontrais Marche-Mort, ou OeilTénèbre, un Loup Solitaire cheminant dans l'ombre.

Voici le récit qu'il m'a fait.
Voici son histoire.
Revenir en haut Aller en bas
 
Page 338- OeilTénèbre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Page Jaune haitienne ? ( Yellow page)
» Faut il tourner la page et oublier ???
» 01. La Première Page
» THE page d'accueil...
» Page Accueil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cycle 747 de l'Age Sombre // Deuxième Période de Pleine Guerre :: Hors RPG :: Archives :: Gestion des personnages (anciennes fiches de liens, de RPs...)-
Sauter vers: