Nous sommes dans le Cycle 747 de l'Age Sombre // Deuxième Période de Pleine Guerre
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Dim 21 Sep - 0:51

AVERTISSEMENT

Cette création est strictement personnelle et est soumis à la protection du droit d’auteur posé par l’article L. 111-1 du code de la propriété intellectuelle (CPI) qui dispose que « l’auteur d’une œuvre de l’esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d’un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d’ordre intellectuel et moral ainsi que des attributs d’ordre patrimonial ». Toute personne et/ou institution et/ou agent et/ou organisme de toute structure gouvernementale, relevant le contenu de ma création, vous êtes avisés qu'il vous est strictement interdit de divulguer, copier, distribuer, diffuser, ou de prendre toute autre action contre moi par rapport à ce contenu des présentes. Les interdictions qui précèdent s'appliquent également à l'employé, un agent, un étudiant ou un membre du personnel sous votre direction.

______________________________________________



LES CLANS
DES ASTRES




_______________________________________________


LIVRE I

Il était une fois...


_______________________________________________

CHAPITRE
1
Contes, Légendes et Réalité...


_______________________________________________





"Il y a très longtemps, les Terres d'Archange étaient un havre de paix. Baptisées ainsi au nom du Grand Loup légendaire qui aurait lui-même fondé ce monde, les loups et les humains vivaient en harmonie. Cependant, tout bascula lorsqu'un couple de loups, Arkain et Engelyn se disputèrent le pouvoir de régner et la puissance que pouvait leur apporter l'énergie des Astres, le Soleil et la Lune.
Arkain croyait en la chaleur bienfaitrice du Soleil tandis qu'Engelyn vénérait la pureté bienveillante de la Lune. Certains loups étaient de l'avis d'Arkain et d'autres de celui d'Engelyn. Un conflit s'ensuivit et les loups se divisèrent en deux clans, le monde en deux royaumes. Les humains, pris dans les conflits, furent presque exterminés. Les survivants se reculèrent vers les frontières.
Depuis lors, les loups vivaient chacun de leur côtés, chacun des clans étant persuadé d'être le plus puissant à l'Astre véritable."


- Mais il se fait tard, vous saurez la suite demain.
- Oh maman !
La femme referma le livre à la couverture verdoyante sur laquelle scintillait en lettres dorées le gros titre "Les Clans des Astres". Vêtue d'une robe de chambre bleue ciel, la femme aux cheveux marron ne dépassant pas le lobe de ses oreilles se leva du petit lit sur lequel étaient assis deux enfants : Jack et Lily. Ils étaient les deux petits cadets d'une famille de trois enfants qui vivait dans la campagne de Montréal, au Québec. Jack et Lily avaient respectivement neuf et six ans et étaient passionnés de contes et légendes. Le livre que leur lisait leur mère avait été trouvé chez un brocanteur qui affirmait le faible nombre de représentants de cet ouvrage. De ce fait, le roman en lui-même, avait coûté cher.
- Allez Jack, ordonna Madame Rivel, retourne dans ta chambre. Et toi Lily, au lit.
Le petit garçon aux courts cheveux châtains sauta du lit dans son petit pyjama rouge et sortit de la chambre docilement pour rejoindre la sienne, juste à côté. Il n'était pas plus haut que trois pommes du point de vue d'un adulte mais faisait tout de même deux tête de plus que sa jeune sœur. Ses pommettes innocentes se dessinaient à chacun de ses sourires et la lueur pétillante de son regard définissait un esprit espiègle et curieux. Lily avait hérité des cheveux bruns de sa mère, qu'elle avait jusque sous les oreilles, mais des yeux verts de son père. Vêtue d'une chemise de nuit rose, elle se glissa sous la couette de son lit encore trop grand pour elle. Son petit nez était encore celui d'un bébé et quand elle étirait un sourire, on voyait encore le trou marqué dans sa bouche par une dent de lait récemment tombée. Sa chambre d'ailleurs, était toute faite pour une enfant de son âge, avec des jouets traînant un peu partout sur le tapis aux motifs d'éléphant violet brodé dessus, une maison de poupée rangée dans un coin de la pièce, un petit bureau couvert de dessins et de crayons de couleur ainsi qu'une grande commode près de la fenêtre saupoudrée de peluches en tout genre.
- Bonne nuit Lily, fit sa mère avant de l'embrasser sur le front et de quitter à son tour la chambre en éteignant la lumière et fermant la porte.
- Bonne nuit maman, répondit l'enfant avant de fermer les yeux et de commencer à songer au récit de ce soir.

- A ton âge, tu ne devrais plus écouter ce genre d'imbécilité.
- Tais-toi, moi j'aime bien !
Le jeune Jack était retourné dans sa chambre, qu'il partageait non sans mécontentement avec son frère aîné, un jeune homme d'une quinzaine d'année qui arborait de raides cheveux mi-long qu'il tenait châtains de son père également. Il en avait la verdure de ses iris et n'avait de Madame Rivel qu'une stature d'autorité parentale trop mal placée et qui déplaisait grandement à son frère cadet, ce dernier n'appréciant guère toute morale qu'on pourrait lui donner.
- Gabriel, veux-tu bien arrêter d'embêter ton frère ? intervint alors la mère des deux enfants en pénétrant dans la pièce bien plus grande que la précédente.
Elle s'empressa de fermer les volets de la fenêtre, ne laissant que la lumière artificielle des lieux éclairer la chambre des garçons qui était divisé en deux parties. Dans chacune des parties, il y avait un lit et un bureau. Une grande armoire à porte en miroir coulissante était partagée pour les deux frères. Le côté de Gabriel désignait un bureau en désordre où se mêlaient ordinateur portable, classeur et cahier en tout genre ainsi qu'une lampe à bulle débranchée dans un coin du meuble, prête à tomber. Le sol, relativement libéré, ne contenait qu'un skate pour seul occupant. Jack avait su ranger un peu mieux son bureau. Il le fallait bien pour y installer sa collection de figurine de loups en toutes les matières, joliment arrangé. Il y en avait en plâtre, pâte à sel, plastique, céramique, bois, faïence…Des petits loups dans toutes les positions : assis, debout, couché, en train de hurler, de gronder, de dormir…Dans un tiroir du bureau se trouvait un imposant livre traitant du sujet lupin. Jack avait cet animal pour favori. Le sol de son côté de la chambre en revanche, était tapissé d'un tapis de route sur lequel il fallait faire attention de marcher pour ne pas écraser une de ses petites voitures, motos ou autobus.
Les deux frères rejoignirent leur lit respectif, situé à chaque extrémité de la chambre.
- Allez, bonne nuit les enfants, lança Madame Rivel.
- Bonne nuit maman ! s'exclamèrent les enfants en chœur.
La porte fermée, la femme, qui portait le magnifique prénom de Maria, longea le couloir de l'étage, faisant virevolter les pans de sa robe de chambre au gré de ses pas et de sa gracieuse silhouette. La maison était calme et plongée dans l'obscurité nocturne, tout comme l'extérieur. Elle pouvait enfin rejoindre à son tour sa chambre à coucher où l'attendait son mari, déjà installé dans le grand lit. On pouvait à présent y déceler les héritages de ses enfants en lui, en découvrant sa crinière châtain, courte, mais en bataille, ainsi que ses yeux d'émeraude, agrandit derrière les verres de ses petites lunettes rectangulaires. Il était un peu plus âgé que sa femme et cela se voyait dans les faibles rides qui commençaient déjà à prendre forme au pourtour de ses lèvres et de ses yeux. Maria ne devait sa jeunesse qu'à ses produits de toilette qui vantaient tant la beauté éternelle des femmes.
- Alors ? demanda l'homme au retour de sa femme, ils sont couchés ?
- C'est beaucoup plus facile une fois qu'ils ont eu leur dose de magie, répondit Maria en déposant le précieux ouvrage sur sa table de nuit avant de se coucher aux côtés de son mari qui se nommait William.
C'était un homme sans grande ambition mais son emploi dans la comptabilité d'une entreprise a permis à sa famille de vivre sans manquer de rien avec une femme au foyer, qui s'était promis de retrouver un emploi à son tour une fois ses enfants grandit. Le couple avait récemment fêter ses vingt-cinq ans de mariage et l'harmonie parfaite régnant dans la maison laissait supposé que deux autres décennies pourront se dérouler sans encombres.
- Ils commencent à grandir tout doucement, assura le père, bientôt, ils n'auront plus besoin de ça et s'accrocheront à la réalité comme tout le monde.
- Je trouve déjà que Jack est trop grand pour ça, songea la mère, mais il est si influencé par sa sœur.
- Avec du temps, ça viendra.
Maria n'en était étrangement pas convaincue. Elle jeta un regard à William qui prit ses aises sous la couverture puis se consentit à éteindre la lampe qui se trouvait sur sa table de nuit, plongeant finalement toute la maison dans le noir absolu.

***

- Reviens ici que je t'étrangle !
- Maman !
Jack déboula les escaliers de la maison à toute vitesse, suivit en rafale par Gabriel, qui manqua une marche ainsi que la chute de peu. Son frère cadet se rua dans la cuisine où Maria était en train de préparer le déjeuner. A l'entente du vacarme, elle fit volte-face devant Jack qui se réfugia à l'abri près d'elle tandis que Gabriel fit irruption l'instant d'après.
- Qu'est ce qui se passe encore ? demanda la jeune femme.
- Il m'a pris ma console et s'il ne me l'a rend pas, je lui fais manger l'écran qui va avec ! s'écria le jeune homme en fureur.
- Emprunter ! répliqua Jack avec insistance et colère dans la voix, je l'ai juste emprunté !
- Gabriel, ne peux-tu pas prêter des choses à ton frère ? demanda la mère d'un air frustré.
- Il n'a qu'à en avoir aussi et surtout pas les prendre en douce ! riposta Gabriel dans son caprice.
- Ne commence pas !
Irrité, l'aîné se résigna et quitta la cuisine non sans bousculer au passage la petite Lily qui venait de descendre à son tour vers la pièce. Celle-ci n'ayant pas assisté à la scène, ne prit pas mal le geste car, futée comme elle était pour son âge, elle se doutait néanmoins de la naissance de la querelle.
Le repas enfin prêt, la famille fut réuni à la table à l'exception du mari, trop prit par son travail pour rentrer le midi déjeuner à la maison.
- Alors Jack, tu vas retourner à la chasse avec papa ce week-end ? demanda Maria avant de prendre une fourchette de petits pois.
- Oh oui ! s'enthousiasma le jeune garçon.
- Maman…marmonna Lily, moi aussi je pourrais y aller ?
- Tu n'as pas peur de croiser un loup ? demanda Jack avec le sourire.
- Ce que t'es bête ! coupa Gabriel en arrachant un morceau de son steak, il n'y a pas de loup dans cette forêt.
- Sois gentil avec ton frère, ordonna aussitôt la mère, Lily, je crains que tu ne sois trop jeune…
- S'il te plaît maman ! insista l'enfant, désespérée.
- J'ai dit non Lily, n'insiste pas.
La petite fille afficha un air boudeur, gonflant les joues, effaçant tout sourire et fronçant les sourcils en plissant son petit front. Maria reprit son repas comme si de rien n'était et Gabriel feignait l'indifférence. Seul Jack prêtait attention aux désirs de sa jeune sœur, compatissant ses sentiments d'un regard. Les deux enfants avaient toujours été très proches, et très complices. Ils partageaient énormément de chose et avaient pour ainsi dire, quasiment les mêmes goûts.
Revenir en haut Aller en bas
Archange
Dieu et Fondateur de ces Terres
avatar

Points : 1000
Date d'inscription : 02/12/2012

MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Sam 25 Mar - 17:44

CHAPITRE
2
Echappés, Egarés et Transportés…



- Lily ! Lily !
Jack courrait le long du couloir à l'étage des chambres jusqu'à la porte de celle de sa petite sœur où il entra en trombe. Lily était assise à la fenêtre de sa chambre à cheval sur un petit coffre où elle rangeait ses plus belles poupées. Elle ne regardait pas son frère et ses yeux se perdaient dans le lointain extérieur tristement.
- Je n'ai pas envie de jouer, maugréa-t-elle.
- Tu es fâchée ? demanda son frère en s'approchant d'elle.
- Maman est injuste avec moi !
- Elle dit que c'est trop dangereux pour toi.
- C'est pas vrai !
- Non, ce n'est pas vrai. Moi je le sais puisque j'y suis déjà allé.
Lily se tourna brutalement vers Jack et serra les poings en frappant dans le vide.
- Alors emmène-moi avec toi ! supplia-t-elle.
- Je ne peux pas…répondit le garçon, dépité, maman l'interdit.
- Jack…
Il était très hésitant et très mal à l'aise. Il n'aimait pas désobéir à sa mère mais ne voulait pas décevoir sa sœur. De plus, la voir malheureuse l'attristait. Elle était tout pour lui, ce petit être à défendre, à soutenir, à consoler. Jack n'avait que trois ans de plus qu'elle, pourtant, il prenait son rôle de grand frère très à cœur. Il avait partagé des moments avec elle qu'il n'avait jamais pu partager avec ses parents ou même avec Gabriel. Par ailleurs, Lily était cette fraternité si aimante pour lui contrairement à son frère aîné qui le haïssait et passait son temps à jouer les gros durs avec lui. Jack se montrait d'une attention toute particulière envers Lily, un lien comme on aimerait en voir dans toutes les familles. Il serait perdu sans elle, et elle serait rien sans lui. Quand à Lily, elle voyait Jack aussi bien comme son frère que comme son confident le plus fidèle. Un journal intime à qui elle pouvait tout confier. Une coquille dans laquelle elle pouvait s'enfermer. Il était l'épaule sur laquelle elle pouvait pleurer. Il était les bras présents pour l'aider.
- Bon d'accord, finit par dire le jeune garçon devant les yeux doux de sa frangine, mais j'ai une idée. On va sortir rien que toi et moi cette nuit.
- La nuit ? répéta Lily.
- Bien sûr, tu as peur ?
- Non…
- Alors on ira ! En plus, cette nuit, c'est la pleine lune. La forêt sera toute éclairée et il paraît que c'est magnifique. Alors ? Tu es d'accord ?
- Oui !
Son sourire radieux était revenu d'un seul coup, éclairant par la même occasion le visage de Jack qui fut ravi de voir sa sœur retrouver la joie. Il voulait toujours tout faire pour lui faire plaisir et ne voulait jamais la voir malheureuse. Les joues rondes de Lily rougissaient de plaisir et ses yeux pétillaient d'impatience. Elle et Jack étaient toujours partant pour faire les quatre cent coups ensemble.
- Je te chercherais quand le moment sera venu, ajouta le garçon à l'oreille de la petite fille qui hocha joyeusement la tête.
Tout à coup, la voix de Maria s'éleva du rez-de-chaussée, interrompant le complot de la fratrie :
- Lily ! Tu veux faire des cookies avec maman ?
- Oh oui ! s'exclama l'enfant en bondissant de la fenêtre avant de sortir de la chambre et de descendre à la cuisine, suivit par Jack qui se mêla à la course en riant.

Les deux enfants passèrent beaucoup de temps à faire des gâteaux dans la cuisine auxquels ils auront droit pour le goûter. L'après-midi passa rapidement grâce à cette activité gourmande et le soir s'annonça avec le retour à la maison du père de famille.
- Bonsoir tout le monde ! s'exclama-t-il en franchissant le seuil de la porte d'entrée.
- Bonsoir mon chéri, répondit Maria, la première à venir à sa rencontre pour le saluer à la manière d'un couple respectif, tu rentres tard ce soir non ?
- Oh ? Tant que ça ? ironisa l'homme dans un rictus plaisantin mais sa femme n'avait pas tort puisque tout le monde était déjà à table à l'attendre.
- Maman a dit que nous allions manger sans toi si tu tardais trop, lança Gabriel depuis la salle à manger sans que son père ne puisse toutefois le voir depuis l'entrée.
- Vraiment ? s'amusa-t-il malgré tout, vous n'auriez pas osé.
- Maman est capable de tout ! ajouta Jack, également depuis sa place alors que son père venait de pénétrer la salle à manger, prêt pour le dîner et accompagné par sa femme.
- Pour ça Jack, répondit l'homme, je te crois sur parole ! Alors les enfants, qu'est-ce que vous avez fait de beau aujourd'hui ?
- Des cookies ! ria Lily sous le regard complice de Jack.
- Parfait ! Papa aura de quoi grignoter dans la journée.
- Moi aussi ! intervint Gabriel.
- Tu n'avais qu'à nous aider ! riposta Jack à l'adresse de son frère.
- De quoi je me mêle demi-portion ?
- On se calme les enfants, ordonna la mère en haussant le ton.
- Votre mère a raison, approuva William, prenez donc exemple sur votre sœur.
- Maman ? demanda alors Lily, choisissant ce moment précis pour prendre la parole.
- Oui ?
- Tu continueras l'histoire ce soir n'est-ce pas ?
- Bien sûr ma chérie, si tu termines ton assiette.

***

La nuit était tombée rapidement sur la campagne québécoise qui était à présent plongée dans le calme et l'obscurité. Il faisait froid dehors et les étoiles semblaient être des éclats de glace éparpillés dans le ciel. Dans la pénombre de sa chambre, une silhouette ne craignait pas de quitter la chaleur de ses couvertures. Jack traversa la pièce silencieusement en jetant un furtif regard vers le lit de son frère endormi. Discret, il ouvrit la porte avec une patience extrême en ne cessant de prier intérieurement qu'elle ne grince pas. Par chance et coup de main habile, il y parvint, et s'éclipsa dans le couloir obscur. Tel un commando en mission, il ne fut bientôt qu'une ombre longeant le mur pâle du couloir, ne pouvant s'aider que de sa connaissance des lieux pour se repérer. Ce fut un jeu d'enfant pour lui de se rendre dans la chambre de sa petite sœur qui attendait déjà son arrivée, assise sur son lit, ayant revêtue des habits du jour en un pull rose pâle et un petit pantalon bleu. Jack n'avait fait qu'entrouvrir la porte de sa chambre. D'un signe de la main, il supplia l'enfant de ne pas faire de bruit. Lui aussi était déjà prêt pour sa balade nocturne avec son haut épais et noir, adapté à son opération furtive dans la maison et son pantalon marron.

Jack avait pensé à prendre sa lampe de poche, sans toutefois osé l'utiliser à l'intérieur de la maison. Les deux enfants rejoignirent l'entrée avec succès. Ils mirent leurs plus chaudes bottes et leurs petites vestes à capuches avant de quitter le domicile. Pour ce faire, il n'y avait rien de plus facile que d'attraper le trousseau de clé qui pendait au côté de la porte et Jack était assez grand pour ça.

La lisière de la forêt ne se trouvait qu'à quelques mètres de la maison. Grâce à la pleine lune, il faisait clair dehors. Jack et Lily sortirent sur la route principale qui passait à proximité mais se contentèrent de la traverser pour aboutir plus loin aux abords de la forêt où Jack attendit ce moment précis pour allumer sa lampe de poche.
- Ne t'éloignes surtout pas de moi, conseilla-t-il, tu pourrais te perdre. Tu n'as pas peur ?
- Je n'ai pas peur parce que tu es avec moi, répondit Lily avec un sourire d'ange.
Confiants, ils s'enfoncèrent dans les profondeurs des bois sous la clarté lunaire. La petite fille était ravie même si la forêt présentait une atmosphère assez angoissante. Elle puisait dans le courage de son grand frère pour en avoir autant. Au fond d'elle, elle n'était pas vraiment fière d'une telle désobéissance des lois de la maison, mais il était arrivé un moment où elle avait pris pour la première fois une décision par elle-même, une chose nouvelle pour elle, qu'elle ne semblait pas vouloir lâcher.

Au bout d'une demi-heure de marche, Jack jugea qu'il était temps de rebrousser chemin. Il n'aimerait pas du tout que leur escapade soit découverte. Après quelques détours au coin des arbres, il s'arrêta et brandit sa lampe au bout de son bras, parcourant les alentours de son faisceau de lumière, faisant virevolter des ombres derrière les arbres et les buissons.
- Jack ? interrogea Lily en levant son regard vers le visage indécis de son frère.
- Euh…hésitait ce dernier, je ne suis plus sûr du chemin.
- On est perdu ?
- Non, non ! Juste égaré…Ne t'en fais pas, je vais retrouver la route.
Le jeune garçon fit un pas en avant, mais la main de sa jeune sœur dans la sienne émit une réticence, accompagnée de sa petite voix criarde :
- Là Jack ! Là regarde !
L'enfant sautillait sur place à ses côtés. Elle pointait de l'index une direction où une lueur bleutée se faisait voir au loin, entre les arbres. Ca paraissait immobile. Jack plissa les yeux, mais il ne pouvait rien distinguait de plus que ce qu'il ne voyait déjà. Il en restait sceptique.
- Qu'est-ce que c'est ? La maison ? La ville ? se demandait-il.
- Il faut aller voir ! s'exclama Lily, intenable, impatience et inconsciente.
Toujours aussi intrigué, Jack se consentit néanmoins à accéder à la requête de sa frangine. Tous deux suivirent ainsi le chemin dénoncé par la lumière étrange. Très rapidement, un bruit d'eau se fit entendre. Plus fort qu'un clapotis, moins puissant qu'une vague. Bientôt, les deux enfants débouchèrent devant une petite cascade qui parcourait un amas de rochers en s'écoulant dans un petit point d'eau depuis une courte falaise. La lumière aux allures surnaturelles provenait d'un point qui semblait se trouver derrière la chute d'eau.
- Qu'est-ce que c'est ? se demandait Jack en contemplant la cascade avant d'attarder son regard en son centre, là où se trouvait la lueur bleue.
- C'est joli ! s'exclama sa jeune sœur en s'approchant de la source.
- Tu ne devrais pas…
- On va voir ce que c'est ! C'est peut-être un trésor !
- Ca, ça m'étonnerait…
Mais Lily était terriblement têtue. Elle ne rechigna pas à la tâche. Jack dû à nouveau se résigner à la suivre, par manque d'autorité et de volonté. La petite fille avait déjà entamé la montée de rocher, plutôt habilement. Ses mains parcouraient sans trop de peine la roche humide, son visage continuellement éclaboussé par la petite chute d'eau d'à côté. Quand Jack l'a rejoignit, il l'aida par derrière, de peur qu'elle ne glisse et fasse une douloureuse chute. Lily parvint enfin à se retrouver à la même hauteur de la cascade où se trouvait la lumière et s'écria de surprise :
- Oh Jack ! Viens voir, regarde !
- Quoi ?
Le garçon grimpa à son tour à la même hauteur que Lily qui lui fit découvrir que la chute d'eau cachait l'entrée de ce qui semblait être une grotte. Sans aucune hésitation, elle se libéra de l'emprise de son frère et passa rapidement sur les pierres glissantes qui passaient derrière la cascade avant de s'engouffrer dans le trou rocailleux.
- Non Lily ! cria Jack en essayant de la rattraper en vain, frôlant à peine le pan de sa petite veste.
Il ne perdit cependant pas de temps à se jeter à son tour dans la caverne qui formait un tunnel, manquant de peu dans sa précipitation de glisser sur un rocher et de chuter avec le flux de la cascade.
- Lily ? appela-t-il, ayant perdu sa sœur de vue, Lily ce n'est pas prudent !
Il rampait désormais dans ce terrier rocheux comme un ver de terre dans sa galerie. Lily était bien plus fine et petite que lui, c'était la raison de la rapidité avec laquelle elle avait faussé compagnie à son frère. L'écho de l'appel de ce dernier se diffusa le long des parois et à sa joie, lui revint une réponse :
- Jack ! Viens voir !
Le garçon essayait tant bien que mal d'accélérer l'allure. Sa veste le protégeait de la roche qui pourrait lui râper la peau à force de s'y frotter pour avancer à la manière d'un serpent. Enfin, le tunnel s'élargit d'un seul coup en un espace réduit et sans issue. Sortant du trou, il aperçut Lily qui se tenait accroupit au bord d'un étrange petit bassin dont l'eau scintillait comme si elle était remplit de paillettes. Cette illumination était dû aux rayons de la pleine lune qui parvenaient à éclairer la source en ayant trouvé un passage d'une petite ouverture au plafond de la caverne que Jack ne remarqua qu'au dernier moment. Fasciné, le garçon figea son regard sur l'eau limpide et lumineuse. Il se demandait même si c'était réellement de l'eau.
- Tu as vu ? lança subitement Lily en lui adressant un grand sourire qui dévoilait toutes ses petites dents, c'est super joli !
Jack soupira de soulagement. Finalement, il n'y avait rien de dangereux en ces lieux. Le problème posera plutôt pour en ressortir. Sa sœur n'était pas déçue de cette balade en forêt et c'était ce qui le ravissait le plus. Il décida d'en profiter également et contempla le liquide scintillant comme les écailles du plus beau des poissons.
- Tu crois que je peux toucher ? demanda l'enfant en tendant la main vers l'étang étoilé.
- Non Lily, on ne sait pas ce que c'est !
Mais il était trop tard. Dès que les doigts de la petite fille effleurèrent la surface de l'eau, elle se fit violemment aspirée dans le bassin en lâchant un cri strident. Jack se jeta sur elle pour la rattraper et eut tout juste la chance de se raccrocher à elle avant que tout deux ne disparaissent.

*******************************
"Est-ce que le matin tu ne crois plus à la lune parce que le soleil se lève ?"
"Et est-ce que tu ne crois plus au soleil parce qu'il est caché par les nuages ?"


© Cissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clansdesastres.forumactif.org
Archange
Dieu et Fondateur de ces Terres
avatar

Points : 1000
Date d'inscription : 02/12/2012

MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Sam 25 Mar - 17:46

CHAPITRE
3
Voyage, Découvertes et Dangers…




Ayant l'impression de sombrer dans le vide, Jack et Lily ne purent s'empêcher d'hurler à plein poumon, leur main s'étreignant le plus fort possible, de peur d'être séparés si jamais ils lâchaient prise. Les yeux fermés, ils ne savaient pas dans quoi ils tombaient mais ce n'était pas de l'eau, c'était comme chuter dans le ciel. Une chute qui parut à la fois interminable et très courte, quand tout à coup ils s'écrasèrent lourdement sur un sol dur, rocheux, noir, humide et froid, sans pouvoir s'en apercevoir par eux-mêmes. Ils avaient perdu connaissance.

Ce noir, ce gouffre. C'était la première fois qu'ils y étaient confrontés. Alors qu'un temps indéfini s'était écoulé, Jack s'éveilla le premier. Ses paupières s'ouvrirent non sans peine. Il ressentit la douleur de la chute, et la sensation désagréable de s'être effondré dans une position inconfortable. Sur ses deux mains, il prit appuie pour se redresser. Son corps était endolori mais il parvint tout de même à s'asseoir. Cependant, ses esprits furent rapidement récupérés. Le garçon regarda autour de lui, ayant l'impression de ne pas avoir bougé de la grotte. Il y avait toujours ce petit bassin au centre de cette chambre caverneuse, scintillant. Soudain, son regard s'abaissa sur le visage de Lily qui était allongée à ses côtés et ne répondait d'aucun mouvement.
- Lily ! s'angoissa-t-il, est-ce que ça va ?
L'enfant fut parcouru d'un frémissement, avant de remuer légèrement et d'ouvrir les yeux. Ses prunelles verdoyantes se déposèrent sur le visage inquiet de son frère. Ce dernier fut néanmoins grandement rassuré de voir sa sœur sortir de l'inconscience.
- Jack ? Qu'est-ce qui s'est passé ?
- Je ne sais pas. Je ne sais pas du tout ce qui est arrivé.
Le jeune garçon était réellement décontenancé de la tournure des évènements. Lily s'assit à ses côtés. Elle avait eu plus de peur que de mal. Elle regarda le trou dans la paroi de la grotte qui donnait sur le tunnel. Le son doux de la cascade se faisait toujours entendre.
- Sortons d'ici, conseilla Jack avant de prendre la main de sa jeune sœur pour retourner dans le terrier rocailleux et revenir vers la surface.
Lily derrière lui, le garçon longeait les parois humides de la caverne jusqu'à arriver face à la petite chute d'eau qui formait un rideau rendant l'entrée de la grotte invisible aux yeux extérieurs. Comme pour y entrer, les deux enfants passèrent derrière elle en s'accrochant aux quelques rochers qui dépassaient du mur rugueux, le descendant ensuite prudemment pour ne pas risquer de glisser, et revenant finalement sur le sol herbeux. Ce fut une fois dehors qu'ils remarquèrent qu'il faisait déjà jour. Jack, qui était arrivé à terre le premier, récupéra Lily dans ses bras pour l'aider à descendre. Tous deux firent ensuite volte-face mais se figèrent sur place, les yeux écarquillés. L'endroit où ils se trouvaient était entouré de palmiers et autres arbres tropicaux. L'herbe claire au sol était parsemée de nombreuses et grandes fleurs aux couleurs chatoyantes. Une magnifique petite clairière s'était dressée devant eux et à quelques pas sous leur nez se trouvaient les cocotiers qui barraient la vue à tout ce qui pouvait se trouver derrière. En revanche, ils n'empêchaient pas l'arrivée d'une étrange odeur d'algues et de sel aux narines des deux enfants interloqués, ni même l'agréable chant de vagues, apporté par une douce brise. Il faisait chaud. Jack et Lily levèrent les yeux vers un magnifique ciel d'azur qui planait au-dessus de leurs prunelles ébahies.

Le frère et la sœur se donnèrent la main, incrédules, et marchèrent doucement vers les arbres des tropiques. L'haute et belle herbe leur effleurait les bottines. Les fleurs étaient si belles et imposantes qu'ils n'osaient pas les piétiner et les contournaient soigneusement. Etaient-ils dans un rêve ? Ils se seraient endormis durant leur excursion dans la forêt ? Ou bien n'étaient-ils même pas sortis de leur lit ?

Ils avaient l'impression de traverser une petite jungle tout droit sortie d'un monde féerique. Guidés par le son familier de la houle marine, les deux enfants débarquèrent très vite sur un sol jonché d'une couche sableuse, presque blanche. Dans leurs manteaux, ils avaient très chaud. Le soleil les frappait comme le zénith de midi aux Canaries. Devant eux s'étendait ainsi l'immensité d'une mer ou d'un océan aux vagues scintillantes et à l'écume d'ivoire s'étalant un temps sur la rive avant de reculer, rappelées par l'horizon. Devant ce paysage de rêve, les deux enfants demeuraient sans voix, les yeux ronds comme des soucoupes. Ils restaient immobiles devant le ressac d'eau turquoise qui caressait doucement dans un rythme régulier le sable fin et chaud d'une plage baignée de soleil sous un ciel sans nuage.
- Où sommes-nous ? demanda Jack, absolument abasourdi en faisant ses premiers pas sur la plage, lâchant la main de sa jeune sœur qui le suivait tout en retirant sa veste qui la faisait suer.
- C'est vraiment joli ici ! s'exclama-t-elle avant de s'élancer dans une course folle le long du ressac, jetant sa veste de côté au passage et riant aux anges.
Jack resta sur place, la suivant du regard. Il s'intéressa un instant à l'étendu de la place de sable qui semblait continuer infiniment en une côte constamment bordée de cette luxuriante et charmante jungle fleurie. Le regard marron du garçon s'attarda finalement sur l'horizon de l'océan où une forme au loin se dessinait, probablement une petite île. Lily revint près de son frère aussi vite qu'elle en était partie, sautillante de plaisir telle une sauterelle un matin de printemps.
- On ferait mieux de ne pas traîner dans le coin, lui dit alors Jack, une pointe d'inquiétude suite à ce décor trop parfait pour être vrai.
- Où va-t-on aller alors ? demanda l'enfant en cessant son manège et l'interrogeant du regard.
- Je ne sais pas, mais on finira bien par tomber sur quelqu'un qui pourra nous aider. Suis-moi Lily.
Il lui prit à nouveau la main et retourna sur ses pas pour retourner au sein de la petite jungle de laquelle ils étaient tous deux sortit.

Main dans la main, les deux enfants ne restèrent pas longtemps dans cette végétation tropicale qui se transforma, au fur et à mesure de leur progression, en une étrange forêt d'arbres épais et couvert de mousse aux imposants feuillages qui cachaient le soleil. De grosses racines sortaient du sol et rendaient gênant l'avancement des deux enfants qui devaient faire preuve de prouesses acrobatiques pour les contourner ou les franchir. Certains arbres étaient même renversés, servant parfois de pont pour passer de petits ruisseaux et sur lesquels poussaient d'étranges champignons de couleur variantes du bleu turquoise au noir charbon. Par moment, le piaillement d'oiseaux qui passaient par là troublait le silence de cet environnement plongé dans une certaine quiétude. Jack, cependant, observait les alentours avec prudence tandis que Lily était tout simplement émerveillée par ce qui lui arrivait.

Après un long moment de marche, Jack était sur le point de s'arrêter pour souffler lorsqu'un mur de pierre rongé par la mousse et le lierre surgit d'entre les arbres. Il avait l'air de constituer la paroi d'une immense et ancienne bâtisse dévorée petit à petit par la forêt et les effluves du temps. Légèrement anxieux, Jack ne lâcha pas la main de sa sœur et décida de contourner les lieux en longeant l'empilement de pierres verdâtres et grises. Ce bâtiment, quel qu'il soit, était vraiment grand mais se désagrégeait à vue d'œil. Il devait dater de plusieurs siècles. Personne ne semblait l'habiter. Des trous s'étaient formés dans les murs, il y avait des fenêtres brisées et des vitraux ternis de poussière.
- On dirait une sorte de vieille église gigantesque qui tombe en ruine, marmonna Jack qui détaillait le monument du regard.
Tout à coup, Lily se libéra de son emprise et s'engouffra en courant dans l'entrebâillement d'une lourde porte de bois, aux gonds et à la poignée rouillés, comme si elle avait aperçu quelque chose.
- Non Lily ! s'écria Jack prit au dépourvu.
Evidemment, la frangine ne l'écouta pas et disparue aussitôt. Son frère n'eut pas d'autre choix que de s'élancer derrière elle, pénétrant l'inconnu.
L'intérieur paraissait encore plus grand que l'extérieur. On aurait dit le hall d'un palais venant d'une autre époque. On repérait la présence d'un étage grâce à une mezzanine longeant les murs à plusieurs mètres du sol possédant de sombres ouvertures. Ces passerelles bardées de barrières aussi vertes que le reste des lieux étaient soutenues par d'impérieuses colonnes de pierres. Le plafond ne dominait pas toute cette immense salle car un énorme trou, probablement dû à un éboulement, laissait passer la lumière du jour qui éclairait les débris de brique et de rochers qui s'étaient effondrés au sol. Autre que les éboulis, il y avait des racines partout qui sortaient de la terre, soulevant les vieux dallages craquelés de la bâtisse. Tout paraissait tellement vieux et détruit, qu'à part les amas rocheux anéantit et la nature qui reprenait ses droits, on ne distinguait rien d'autre sur quoi mettre un nom. Les murs, tout comme tout promontoire présent, étaient envahis de plantes grimpantes qui s'en donnaient à cœur joie.
- Lily ? appela Jack d'une voix incertaine.
Si l'endroit avait été complétement fermé, il y aurait probablement eut un écho comme dans une chapelle. Pour cette option, le garçon n'avait pas osé hausser trop son appel. Mais en se rendant compte qu'il ne risquait pas d'attirer une quelconque attention malsaine sur lui, il s'apprêta à renouveler son cri lorsque la voix de sa sœur se fit entendre :
- Viens voir Jack !
Le garçon risqua un premier pas et manqua de trébucher sur une pierre glissante. Il chercha sa sœur du regard. Finalement, il l'aperçu à l'autre bout du grand hall, au sommet d'un large escalier à l'état des marches douteuses, sur une plate-forme qui se divisait en deux passerelles rejoignant les mezzanines de l'étage. Faisant plus attention où il mettait les pieds, Jack traversa habilement le hall jusqu'à l'escalier qu'il monta en se tenant à la rambarde poussiéreuse. Il finit enfin par rejoindre sa jeune sœur. Celle-ci pointa l'index devant elle. Contre le mur, au centre de la plate-forme, se tenait une statue, ou plutôt deux, que Jack n'avait même pas remarqué de loin. Et pour cause, elles étaient toutes deux vieillies comme la pierre des façades et se confondaient dans le décor. L'une des deux statues représentait un homme d'âge mûr, vêtu d'une tunique resserrée par une ceinture. Sa main frôlait l'encolure d'un grand loup qui se dressait fièrement à ses côtés. Jack considérait les personnages avec inquiétude. Il baissa son regard sur le piédestal qui les portaient, sur lequel était gravé un soleil et une lune s'effleurant le rebord de leur cercle respectif. Il restait de petites traces de couleurs jaune et bleue pour chacun des deux astres, effacées par le temps.
- Je me demande où on est, bredouilla Lily.
- Moi aussi…répondit son frère sur un ton quelque peu désespéré, sachant pertinemment qu'ils n'étaient plus dans la campagne canadienne.
- Regarde !
Une fois de plus, Lily se déroba, vive comme l'éclair, en empruntant l'appontement de droite, toujours suivit de Jack. Elle se stoppa. Il en fit autant. Sur la façade que longeait l'estrade s'étalait une grande fresque qui suivait la passerelle jusqu'au premier angle au loin. Jack et Lily suivirent le chemin au-dessus du hall en contemplant les gravures qui avaient l'air de raconter une histoire. Ils y voyaient des loups. Des loups qui couraient, qui chassaient, qui jouaient. Certains étaient vraiment étranges, arborant de grandes ailes d'aigles, d'autres des colliers ou des bracelets, d'autres de grandes oreilles, de longues queues, un pelage abondant, des griffes immenses, des crocs luisants. Il n'y avait hélas plus de couleurs, éteintes comme les autres. Les loups pourvus d'ailes volaient en cercle autour d'un soleil et d'une lune, ceux qui restaient en bas poussaient des hurlements. Les loups rejoignirent ensuite un groupe d'hommes, de femmes et d'enfants qui jouait avec eux où partageait leur repas. Jack pouvait presque imaginer la scène se mouvoir et l'histoire se produire réellement devant ses yeux comme lorsqu'il regardait la télévision.

Les deux enfants arrivèrent à la fin de la fresque, se terminant par cette étrange association d'humains et de loups bizarres. A sa suite, un magistral vitrail éclairait d'un rayon embrumé le parterre du hall. Les diverses couleurs des carreaux fascinaient malgré le teint grisâtre qu'elles avaient prises. Elles représentaient un monde étrange autour duquel un loup orange et un loup bleu aux allures fantomatiques tournaient. Jack et Lily restèrent un long moment devant la magnificence de cette antiquité énigmatique.

Tout à coup, un bruit retentit quelque part dans le vide de la bâtisse, faisant sursauter les deux enfants qui se croyaient seuls. Ils firent volte-face vers l'intérieur du hall sans rien apercevoir. Jack s'approcha même un peu de la rambarde, mais aucun mouvement en vue. Mais alors qu'il cherchait à se convaincre qu'il s'agissait d'une souris, un grondement apparu dans l'air, le faisant à nouveau tressauter et renoncer à l'idée du rongeur. Effrayée, Lily s'empara de son bras. Le grognement avait l'air de plus en plus proche et Jack n'arrivait pas à percevoir sa provenance.
- Jack ! s'écria Lily en lui tirant le bras avant de lui montrer du doigt une forme musclée et énorme se mouvoir dans l'ombre à l'autre bout de l'appontement.
La silhouette s'approcha dans son grognement rauque et ne tarda pas à se dévoiler à la lueur du jour. Jack déglutit devant la créature. C'était un genre de lion au pelage argenté et rayé de noir à la manière d'un tigre, qui fixait avidement les deux enfants de ses petits yeux jaunes perçants. Jack se retrouva paralysé par la peur, croisant les pupilles dilatées du monstre, mais un rugissement féroce de ce dernier, dévoilant des crocs immenses, le fit réagir au quart de tour. Jack enfourcha la main de sa sœur qui hurla de terreur et détala à toutes jambes sur la suite de la mezzanine. Le fauve s'élança à leur poursuite d'un bond de ses puissantes pattes et Jack, qui avait jeté un regard par-dessus son épaule, se rendit rapidement compte qu'il ne pourra jamais le semer. Il s'arrêta soudainement à un endroit où un pilier en ruine rendait une chute du balcon moins haute. Soulevant Lily par-dessus la barrière malgré les protestations d'incompréhension de cette dernière, il la relâcha de l'autre côté en espérant qu'elle ne se fasse pas trop mal, de quoi la mettre au moins à l'abri du félin assoiffé de sang. L'enfant poussa un cri aigu durant sa chute mais atterrit subitement sur quelque chose de blanc et poilu qui pris la poudre d'escampette en quittant le hall en ruine par un trou dans le mur.
- Lily ! s'écria Jack en voyant l'éclair blanc à quatre pattes s'enfuir avec sa sœur sur le dos.
Il n'eut pas le temps de voir exactement de quoi il s'agissait et n'eut pas non plus le temps de réfléchir à la question car le fauve était toujours à ses trousses et tenta de se jeter à sa gorge, mais le jeune garçon fit un bond en arrière, se plaquant dos au mur, entendant les mâchoires du félin claquer dans le vide. Il se hâta de fuir le plus vite possible tandis que le lion argenté se redressa sur ses pattes avant de reprendre la chasse. Jack revint vers la plate-forme, la statue et l'escalier. Sa course se freina lorsque, hors d'haleine, il trébucha dans les marches et fut frappé d'un puissant coup d'une patte griffue qui l'éjecta jusqu'en bas des marches. Le garçon s'écrasa lourdement sur le sol jonché de pierre dans une plainte douloureuse, plaquant sa main sur son épaule droite sanguinolente qui avait été lacéré par les crochets mortels de la patte féline. Son atterrissage sur les rochers lui donna l'impression d'avoir les côtes en bouillit. L'idée de se remettre debout paraissait impossible. Dans les marches, derrière lui, l'étrange lion à la crinière nacrée vint chercher sa proie. L'enfant se retrouvait figé d'effroi, le visage en pleurs, le corps meurtri.
- Quelle honte de s'en prendre à un petit d'humain ! lança tout à coup une voix masculine, grave, et furieuse.
- Ah ! Ces félins ne retiennent aucune leçon décidément ! répondit une autre sur un ton au contraire très jovial.
Jack ne se posa pas de question sur ce qu'il venait d'entendre car la bête se propulsa sur lui et l'enfant sitôt se cacha le visage en se recroquevillant sur lui-même. Il tremblait, paniqué, les mains sur la tête, mais jamais il ne sentit le coup de grâce venir. Au contraire, le bruit d'un coup avait bien eut lieu mais pas sur lui, et à cela s'ensuivit un grondement furieux du fauve. D'abord hésitant, la curiosité de sa miraculeuse survie décida Jack de se déplier et de regarder ce qui se passait autour de lui. Devant lui se dressait une silhouette canine au pelage noir, parsemé de poils rouge sang au bout de sa queue touffue, le long de ses pattes musclées et sur ses grandes oreilles. Un large collier de cuir clouté lui enserrait l'encolure sans visiblement le déranger. Il faisait bravement face au félin qu'il venait apparemment de repousser. Jack voyait ce qui semblait être un loup que de dos, mais l'animal lui adressa un regard froncé par-dessus son épaule, dévoilant des iris aussi rouge que certaines parties de sa fourrure. Jack avait son regard figé sur le canidé qui reprit son attention sur le fauve non loin de lui.
- Je déteste ces bêtes là ! grogna soudain le loup furieux.
Jack, stupéfait, écarquilla les yeux, fixant l'animal, bouche bée. Ce loup venait-il réellement de parler ?! Tout à coup, quelque chose frôla le garçon qui eut un sursaut avant de se retourner vers un deuxième loup, tout de blanc immaculé, mise à part une puissante paire d'ailes noires comme l'ébène collées à ses flancs. L'enfant demeurait immobile devant cette nouvelle apparition malgré le regard d'azur qu'imposait cet autre canidé. Ce dernier abaissa la truffe vers le visage du garçon. Ses babines étirées formaient un rictus le long de son museau avant d'ouvrir la gueule qui renfermait ses pairs de crocs.
- Il ne vaut mieux pas traîner ici quand Kartor est en colère ! ria t-il d'une voix chantante, offrant un clin d'œil avec l'enfant.
Puis, le loup blanc se coucha ventre à terre à ses côtés. Pendant ce temps-là, l'autre loup aux allures agressives prit les devant avec le fauve en passant à l'attaque. Il sauta sur son dos et s'y accrocha avec force et courage à l'aide de puissantes griffes avant d'enfoncer profondément ses crocs dans l'épaule du félin qui feula de colère et de douleur, se débattant, essayant d'éjecter son assaillant.
- Allez grimpe ! ordonna gentiment mais prestement le loup blanc aux ailes noires.
D'abord indécis, Jack se fit une raison et se ressaisit de ses émotions avant de se remettre sur ses jambes encore pantelantes sous tout ce qui lui arrivait depuis peu. Il passa l'une d'elle par-dessus le dos de l'animal afin de s'asseoir juste derrière ses ailes aussi grandes que celles d'un condor.
- On part devant ! annonça le canidé à son compagnon toujours aux prises avec le lion d'argent qui se débattait avec une réelle violence, sans parvenir à se dégager du loup noir et feu.
Sur ce, le loup au pelage de neige se mit à battre de ses ailes impressionnantes et s'envola dans les airs. Toujours aussi abasourdi par cet enchaînement d'évènements, Jack s'accrochait aux poils de l'animal de peur de glisser sur sa fourrure soyeuse. Le canidé le transporta sans peine hors de la bâtisse de pierre par le grand trou du plafond. Ailes déployées, il s'enfonça avec assurance et agilité dans la forêt en serpentant entre les arbres.

*******************************
"Est-ce que le matin tu ne crois plus à la lune parce que le soleil se lève ?"
"Et est-ce que tu ne crois plus au soleil parce qu'il est caché par les nuages ?"


© Cissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clansdesastres.forumactif.org
Archange
Dieu et Fondateur de ces Terres
avatar

Points : 1000
Date d'inscription : 02/12/2012

MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Sam 25 Mar - 17:50

LIVRE II

Les Clans des Astres


________________________________

CHAPITRE
1
Le Clan de la Lune



Le vent continuait de fouetter les cheveux du jeune garçon aux yeux fermés, aux poings crispés, au visage enfoui dans un pelage blanc secoué par les airs. Toujours cramponné à cette fourrure immaculée, Jack finit par ouvrir les yeux sans certitude. Il survolait une grande vallée sur le dos du loup blanc qui battait puissamment de ses grandes ailes noires pour maintenir une altitude et une vitesse constantes. Se sentant plus courageux, l'enfant souleva légèrement son menton des omoplates de l'animal pour plonger son regard à l'horizon où apparaissaient les cimes verdoyantes d'une forêt. Plus loin encore, ces mêmes cimes étaient dépassées par trois sombres tours qui pointaient le ciel avec insolence. Plus ils se rapprochaient de la forêt, plus Jack se rendit compte que ces piques de pierre appartenaient à un château noir situé derrière les bois.
- Est-ce que je suis en train de rêver ? se demandait le garçon, l'œil hagard.
- N'ai pas peur petit ! répondit le loup ailé, ceci est bien réel ! La question est surtout de savoir comment tu t'es retrouvé ici.
- Mais…Mais où allons-nous ?
- Je t'emmène chez moi. Au Château de l'Ombre !
Le loup blanc battit plus rapidement ses ailes qui fouettaient l'air férocement pour accélérer l'allure en direction de la forêt. La prise soudaine de vitesse effraya l'enfant qui changea de touffe de poils à serrer, sans chercher à savoir s'il faisait mal ou non à son sauveur. Il se crispa à nouveau sur le dos de l'animal et baissa les yeux en contrebas, vers la vallée, pour essayer d'oublier l'accélération du vol. Son attention fut alors attiré par du mouvement. Galopant dans l'herbe, non loin d'une rivière, un troupeau d'étranges antilopes cavalait paisiblement. Il n'arrivait pas bien à les détailler à cause de la hauteur mais il remarquait leur long cou, leur longue queue, leur cornes droites et pointues, leur pelage gris. Jamais encore Jack n'avait vu pareilles créatures. Il tenta en vain de les comparer à des gazelles ou des oryx d'Afrique. Ces cervidés qui gambadaient ne ressemblaient à rien de ce qu'il connaissait. Bientôt, les animaux qui s'étaient arrêtés pour boire à la rivière, furent trop loin pour que Jack puisse continuer à les observer. Cependant, alors qu'il s'apprêtait à regarder de nouveau devant lui, une autre forme mouvante qui courait dans la vallée à la suite du loup blanc l'apostropha. Ahuri et intrigué, Jack plissa le regard, les touffes de poils blancs bien empoignées par précaution, pour reconnaître en la rapide silhouette le loup noir et rouge qui s'était battu contre le fauve dans les ruines. Il avait l'air de suivre son camarade ailé.

Mais le loup blanc aux ailes noires prenait trop d'avance. Il passa enfin par-dessus les arbres de la forêt et l'autre loup au pelage sombre et dépourvu d'ailes disparu sous les feuillages. Cette forêt avait quelque chose de différent par rapport à l'autre que Jack avait pu un peu visiter. Celle-ci était plus dense. Jack avait énormément de mal à distinguer quoi que ce soit entre les arbres mais le peu qu'il voyait lui rappelait une abondante jungle possédant lianes et grosses fleurs colorées qui rappelaient un peu celles de la plage. Il n'y avait en revanche aucun palmier. A travers ce qu'il parvenait difficilement à voir, Jack tentait désespérément de poser le regard sur le loup qui les suivait à terre mais sans succès. Rien d'autre que la canopée ne lui apparaissait. Il reporta alors son attention devant lui, entre les oreilles du loup ailé, le vent sur son visage, les cheveux repoussés en arrière comme s'il avait la tête à la fenêtre d'une voiture en route. La forêt laissa place à des montées rocheuses qui traçaient une imposante muraille autour d'un grand château noir. Les grandes tours que Jack avait aperçues de loin étaient bordées d'une enceinte de pierres noires. Une vue qui ne lui inspirait nullement confiance mais en sentant le loup perdre de l'altitude, il comprit qu'il était arrivé à destination.

Très vite, les quatre pattes du canidé se posèrent sur le sol dur d'une roche sombre, sur laquelle était bâtit la sinistre demeure, juste devant une large et grande porte de fer. L'entrée principale, probablement. Malgré le soleil qui luisait haut dans le ciel, l'endroit avait une atmosphère assez glauque. Jack s'empressa de sauter du dos de l'animal avant même que ce dernier ne se mette ventre à terre pour lui soutenir un peu d'aide. Le jeune garçon fit volte-face devant le loup et se recula de quelques pas, l'air anxieux. Le loup blanc le regarda, interrogateur, son oreille droite tomba légèrement sur le côté alors qu'il repliait ses ailes noires contre ses flancs.
- Pourquoi t'éloignes tu ? demanda-t-il, amusé par le comportement de l'humain, c'est avancer qu'il faudrait faire pour espérer passer la porte !
Il se mit à rire, mais l'enfant ne se détendit pas devant cet humour.
- Je…Je veux rentrer chez moi, balbutia-t-il.
- Ne sois pas inquiet petit, personne ne te fera de mal ici. Au fait, tu as aimé la balade ? Heureusement que tu es léger comme une plume !
Le garçon rétorqua d'un regard sévère l'attitude du loup. Se moquait-il de lui ? Il avait suffisamment peur pour être de mauvaise humeur. L'animal ailé battait joyeusement de la queue. Son regard d'azur était tendre et son sourire, bien qu'étrange sur le visage d'un loup, inspirait la sympathie.
- Je m'appelle Brume ! annonça-t-il fièrement.
Cette nouvelle information interpella soudainement l'attention de Jack qui sentit ses yeux devenir un peu plus ronds que la normale.
- Brume…?
Le loup approuva d'un hochement de tête, l'air niais.
- Et toi ?
- J-Jack…
- Enchanté Jack ! Bienvenue au Clan de la Lune !
- Le Clan de la Lune…?
Mais une grosse voix interrompit brutalement la conversation :
- Qu'est-ce que c'est que cette histoire Brume ?!
Jack sentit son cœur louper un battement et leva son regard vers le ciel car c'était apparemment de là-haut que provenait la nouvelle voix masculine qui s'était manifestée. Celle-ci reprit :
- Tu ne crois tout de même pas que je vais laisser entrer un humain dans le château !
Le loup blanc, calme, leva à son tour le bout de son museau.
- Ah Brutus ! s'exclama-t-il avec entrain, tu n'as pas le choix parce que j'aimerais entrer aussi !
Perché sur un rempart au-dessus de la grosse porte de métal, un loup noir au ventre gris, plutôt costaud de nature, dévisageait Jack d'un sale regard ambré. Ce dernier remarqua par ailleurs le visage de l'animal parcouru d'une longue balafre sur le côté droit.
- Je doute que la Reine apprécie ! grogna-t-il.
- Au contraire, elle doit savoir ! répliqua Brume, c'est important !
- La Reine ? questionna l'enfant qui fixait à présent le loup ailé.
- Oui, elle et notre Roi sont à la tête de notre clan, ils dirigent absolument tout.
Hésitant, le dénommé Brutus consentit finalement à écouter son congénère et se recula de la vue des deux autres. Deux secondes plus tard, un mécanisme fut déclenché, faisant pivoter les gonds des lourdes portes de fer. Elles ouvrirent leur gueule pour dévoiler les entrailles du château. La mine joviale, Brume s'engouffra sans tarder à l'intérieur. Remarquant qu'il n'était pas suivit, il s'arrêta et pivota vers l'enfant avant de lui demander filature d'un geste du museau. Le jeune garçon jeta un œil par-dessus son épaule, sur les montées rocheuses. Il se tourna finalement vers le loup blanc aux ailes noires avant d'entamer la marche à son tour à pas incertains. Brume l'attendait patiemment. Or, Jack n'avançait pas vite et plusieurs fois dans son esprit, l'idée de prendre la fuite le frôla. Cependant, une fois les portes franchises, celles-ci se refermèrent aussitôt derrière lui, lâchant un grondement sourd à leur fermeture qui fit légèrement vibrer le sol. Jack leur jeta un regard inquiet, mais très vite, l'intérieur du château le détourna de son angoisse pour le conduire à un autre.

Il se trouvait dans une sorte de grand hall au plafond soutenu de colonnes démesurées, sans fenêtres pour faire entrer la lumière du jour. Pourtant, les lieux étaient éclairés. Jack devina l'astuce rapidement. En effet, de petits cristaux émettant une curieuse aura bleutée et lumineuse étaient disposés dans les quatre coins de la pièce. Un tapis écarlate aux pourtours brodés de filaments d'or traversait le sol du hall en son centre jusqu'à des portes de bois déjà ouvertes qui donnaient lieu à une autre pièce. Il n'y avait pas grand-chose d'autre autour du garçon qui jetait des regards sur des loups présents qui le suivaient d'un regard à la fois méfiant et intrigué. Affolé à l'idée de ne pas être le bienvenu en ces lieux, le jeune garçon maintenait une proximité nouvelle aux côtés de Brume, le seul vrai loup auquel il avait un minimum de confiance désormais. En tout, il y avait trois autres loups assis dans un coin du hall. L'un d'entre eux était ailé de plumes agoutis, avec un pelage entièrement rouge. Il dévisageait Jack de ses petits yeux noirs. Détournant les yeux sur le canidé à ses côtés, le garçon cru d'abord apercevoir un chien étrange. En effet, l'animal, plutôt élancé, avait de longues cornes de bouquetin au-dessus des oreilles, un pelage noir et feu et un curieux collier de métal qui couvrait presque la totalité de son cou. Les yeux rougeoyant de ce loup était encore plus menaçant que le précédent et força l'enfant à regarder devant lui, pétrifié d'inquiétude. Brume remarqua la panique du garçon.
- Ignores-les. Ils ne voient pas souvent des humains sur le territoire. Le loup ailé, c'est Clantar, un de nos gardes. Autant dire qu'il n'y a pas grand-chose à craindre de lui ! La louve à côté avec les cornes, c'est Pandore, notre lieutenant. Elle a plutôt mauvais caractère celle-là ! Et puis le loup violet avec la queue en panache et les pattes noires, c'est Noiros, c'est un apprenti guerrier.
- Je ne me sens pas à l'aise…
- Normal pour un humain !
Le loup blanc et l'enfant poursuivirent néanmoins leur chemin jusqu'à franchir les portes suivantes. Jack cru entendre un grognement derrière lui et jeta un timide regard par-dessus son épaule. Il croisa avec terreur les yeux rougeoyants de la louve aux allures de chien et s'en détourna immédiatement. L'autre salle était beaucoup plus grande que le hall. Le plafond était encore plus haut et trois gymnases pouvaient au moins tenir dans l'espace de la grande pièce qui prenait la forme d'un cercle immense. Les murs de la salle étaient troués d'ouvertures où des loups allaient et venaient. De nouveau, on ne devait la lumière qu'à la présence de ces étranges cristaux luisants qui prônaient sur des socles accrochés au mur. Comme dans les ruines de la forêt, il y avait des mezzanines qui signalaient la présence d'étages. Elles étaient nombreuses les une au-dessus des autres jusqu'au sommet. Il devait y avoir un grand nombre d'étages. Au centre de l'immensité de cette salle se dressait un promontoire impérieux. Jack sentit son cœur se glacer. Partout autour de lui, il y avait des loups. De pelages et physiques parfois très originaux. Certains étaient ailés, majestueux, qui parvenaient à fasciner l'enfant apeuré. Il croisait partout des regards farouches à son égard. Des petits louveteaux pas plus hauts que trois pommes s'enfuirent à son arrivée aux côtés du loup blanc, d'autres furent précédés de femelles peu enclines à risquer le moindre danger pour eux. Jamais Jack n'avait vu autant de loups de toute sa vie, jamais il n'en avait vu d'aussi étranges, si particuliers et pourtant, tout ceci lui rappelait quelque chose de familier. Soudain, le jeune garçon s'attarda sur une silhouette à l'autre bout de la salle. C'était un grand loup au long pelage crème, à l'encolure panachée de poils aux extrémités noires qui lui donnait l'impression d'une crinière. L'animal au museau long et fin fixait sans ciller l'enfant. Ce dernier se sentit réellement oppressé devant le canidé immobile qui le suivait des yeux. Jack se pencha alors à l'oreille de Brume en lui murmurant :
- Qui est-ce ?
En suivant le regard de l'enfant, le loup blanc devina de qui il voulait parler et répondit joyeusement :
- Ce n'est que Nosk ! L'un de nos bêtas. Il ne parle presque jamais et on s'ennuie toujours avec lui !
Brume s'arrêta soudainement, imité par le garçon. Sa queue remua. Les loups non loin devant lui s'écartèrent pour céder le passage à l'un d'eux. C'était une louve, beaucoup plus grande, le pelage noir d'ébène, qui faisait ressortir des yeux de saphir envoûtants. Confondues dans ses poils sombres, Jack n'avait pas tout de suite remarqué les immenses ailes de corbeaux supportées sur ses omoplates, se demandant même comment l'animal ne croulait pas sous leur poids. D'un battement de ces titanesques attributs, elle devait filer comme l'éclair dans les cieux. L'enfant l'imagina un instant en action. Ca devait être un spectacle splendide. En revanche, voyant la grande femelle noire s'approcher de lui, il se recula de deux pas mais fut stoppé par Brume qui s'était malicieusement glissé derrière lui et lui jeta un regard imprégné de confiance. La louve s'arrêta devant eux. Le loup blanc la salua respectueusement d'un signe de tête abaissé qu'elle lui rendit sur l'instant avant de prendre la parole d'une voix forte et autoritaire :
- Qu'est-ce qui t'as pris de ramener un humain ici Brume ?
- Ce n'est pas n'importe quel humain ! répondit le loup ailé en relevant vivement le museau, regardez ces vêtements ! Flairez son odeur ! Il est différent des autres !
La femelle fixait Brume un temps avant de faire un pas vers l'enfant, suffisant pour être face à lui qui voulait se dérober, sans le pouvoir à cause du loup blanc dans son dos. Il n'osait rien dire et ne bougea pas lorsque la louve noire tendit le cou vers lui avant d'inspirer son aura avec attention. Jack sentait le souffle de l'animal sur son visage et retenait le sien. Les autres loups présents dans la grande salle s'étaient réunis autour du trio pour suivre les évènements. Tout à coup, un autre loup, un peu plus petit que la Reine, traversa la foule pour les rejoindre. Jack s'attarda sur le nouveau venu au pelage rouge et au ventre blanc. Il avait aussi une paire d'ailes noires et ses yeux bleus firent rapidement le tour de la situation. Mais il ne dérangea pas la Reine et s'assit non loin d'elle. Brume le salua de la même manière qu'avec la louve noire. Celle-ci s'adressa au loup blanc après avoir terminé d'analyser l'odeur de Jack :
- Où as-tu trouvé ce garçon ?
- Dans la Cité Perdue. Il était attaqué par un ligre.
- Un ligre ? interrogea l'enfant qui se tourna vers le loup derrière lui.
- Oui. Tu sais, la grosse bestiole avec plein de griffes !
- Tu ne sais pas ce qu'est un ligre ? s'étonna la Reine en fixant le garçon.
Ce dernier nia d'un timide signe de tête. Il voulut ajouter quelque chose mais un grincement de portes, signalant l'ouverture de celles de l'entrée, l'interrompit dans son élan. Toutes les têtes canines pivotèrent vers le nouvel arrivant qui se fraya un passage parmi eux pour rejoindre le centre de l'attroupement où se tenaient les trois loups et l'enfant. Ce dernier reconnu le canidé au pelage rouge et noir qui s'était battu contre le ligre et qui avait tenté de rattraper Brume à travers la vallée. Ce dernier n'était pas pourvu d'ailes, ce qui pouvait expliquer son retard. La langue pendante, il était hors d'haleine et portait quelques traces de sang difficilement visibles sur ses poils noirs, sans doute dû au combat avec le fauve.
- Tu es en retard ! ria le loup blanc à son arrivée.
- Ce n'est pas toi qui affrontait le ligre ! répliqua l'autre sans prendre part à l'humour de son congénère.
- Evidemment, car moi, j'aurais mis moins de temps !
- Alors là, j'en doute ! Dis-moi plutôt pourquoi tu as emmené cet humain ici ?!
- Mais on s'était mis d'accord !
- D'accord pour lui porter secours ! Mais je n'ai jamais dit qu'il fallait le ramener !
Le loup noir et feu coucha les oreilles en arrière pour démontrer son irritation profonde. Brume étira un sourire moqueur. Jack ne s'attarda pas longtemps sur leur conversation, se retrouvant perturbé par la Reine qui le toisait d'un regard profond. Finalement, elle se détourna de lui, vers l'autre loup rouge et blanc qui attendait derrière. Ce dernier dressa les oreilles à l'approche de la femelle.
- Je ne comprends pas, lui dit-elle, cet humain n'est pas du village.
- Pas du village ? répéta le canidé aux ailes noires, incrédule, mais nulle part ailleurs il y a des humains.
Les deux loups se turent, plongés dans une réflexion intense. Dans toute la grande salle où les loups étaient réunis, on entendait plus que Brume et son camarade qui se lançaient des piques. Au bout d'un moment, la Reine revint vers Jack, cette fois ci accompagné du deuxième loup qui s'était levé pour la rejoindre.
- D'où viens-tu ? demanda la femelle.
- Euh…Où suis-je d'abord ? osa l'enfant, se faisant tout petit.
- Où tu es ? Eh bien…
- Et si on l'emmenait voir le Sage ? proposa l'autre loup ailé.
- Ce n'est pas une mauvaise idée, avoua la Reine, Brume ! Kartor ! Venez !
Ces derniers coupèrent aussitôt leur chamaillerie et obéirent sur le champ, se joignant au groupe qui traversa à nouveau la foule de loups. La femelle noire jeta un œil par-dessus son épaule en direction de l'enfant.
- Au fait jeune humain, je me nomme Raven, lui dit-elle, quatrième du nom. Voici mon mâle, Cœur Fort –elle présenta le loup ailé blanc et rouge- Nous sommes les souverains du Clan de la Lune.
- Je m'appelle Jack, euh…Votre Majesté…
- Appelles-moi Raven, petit. Suis-nous à présent.
Tous se rendirent dans une ouverture éclairée d'un cristal, s'engageant dans un couloir. La louve et son mâle menaient la marche, suivit du garçon puis des deux autres loups. Le noir et rouge passa à côté de l'enfant.
- Alors ? lança t-il subitement, tu n'as toujours pas dit d'où tu venais.
- Oh euh…Eh bien…balbutia l'enfant mal à l'aise devant le regard agressif de l'animal.
Brume passa de l'autre côté de Jack en s'exclamant :
- Ne soit pas intimidé ! Il aboie beaucoup mais ne mord pas !
- De quoi je me mêle ?! gronda l'autre loup.
Jack tenta de calmer la tension qui l'angoissait.
- Et toi tu es…?
- C'est Monsieur-Je-Grogne-Après-Le-Monde ! répondit Brume avant de rire.
- Je m'appelle Kartor ! rétorqua son camarade en colère.
Le groupe finit par s'engager dans un escalier perpendiculaire au couloir, arrivant au bout d'un bon moment dans un petit hall munit d'une fenêtre ouverte qui donnait vu sur les murailles du château. Dans un coin de la petite pièce se trouvait une table basse de bois qui reposait sur un épais tapis d'aspect laineux aux couleurs écarlates. Sur ce tapis, Jack vit un loup noir aux poils épais, aux longues pattes brunes et au museau blanchi de vieillesse. Il était assis face à la fenêtre et scrutait le ciel, l'œil hagard.
- Bonjour Vos Majesté, dit-il sans leur adresser un regard.
Il avait une voix grave mais très calme et posée qui trahissait son âge avancé.
- Bonjour Pharos, répondit Raven d'une voix plus douce que d'ordinaire, navrée de te déranger.
- Si je peux aider de quelque manière que ce soit, je suis toujours disponible…
Le vieux loup se décida enfin à pivoter son museau vers le groupe qui était venu à sa rencontre. Son regard se posa immédiatement sur Jack. Il devait deviner la raison de la présence de ce monde à son chevet, pourtant, la Reine s'enquit à lui expliquer.
- C'est à propos de ce petit d'humain.
- Cet humain…répéta le Sage.
Il fixa Jack intensément. Ce dernier, devant ces yeux pleins de sagesse, se sentit étrangement et rapidement en confiance.
- Cet humain, poursuivit le loup, n'est pas d'ici…
- Brume et Kartor l'ont sauvé d'un ligre dans la Cité Perdue, expliqua la Reine.

"Cachée dans une vaste forêt, cette cité en ruine a été abandonnée il y a très longtemps, lorsque les loups se sont séparés pour fonder leurs clans. La végétation poussait sur les murs détruits par endroit de ce lieu qui rappelait la paix d'autrefois."

Jack fronça un peu les sourcils en se souvenant de ce passage qu'il avait dans la tête mais…Ce n'était pas possible ! Brume et Kartor échangèrent un bref regard en maintenant le silence tandis que l'enfant fit un pas vers Pharos, prenant son courage à deux mains. Le vieux loup continuait de le considérer avant d'ajouter :
- Jeune humain, tu ne viens pas d'ici. Ce monde n'est pas le tien.
- Comment ça, ce n'est pas son monde ? demanda la Reine, décontenancée, tout en essayant de rester noble.
Le Sage se leva, s'avança face au garçon et se rassit, les articulations apparemment ankylosées par le temps, il regarda sa souveraine.
- Ma Reine, il faut que vous sachiez que notre monde est loin d'être le seul qui existe et loin d'être le seul peuplé d'humains.
- Ce petit d'humain vient d'un autre monde ?! s'exclama le Roi au côté de sa femelle.
- Ce n'est pas impossible, et même probable.
- Mais…Comment ?
Jack en était tout aussi abasourdi. Brume et Kartor se regardèrent à nouveau, déconcertés. Coeur Fort était très intrigué et Raven maintenait son calme et attendit les explications du loup noir aux pattes marron.
- Il se peut qu'entre deux mondes parallèles, un portail se forme au niveau d'un endroit qui se trouverait à la fois dans un monde et dans l'autre à la faveur d'un évènement mystique se déroulant en même temps dans chacun d'eux.
- Et ce garçon serait…
- Oui ! s'exclama soudain l'enfant, un éclair dans le regard.
Tous les loups présents tournèrent leur museau vers lui qui enchaînait son retour de mémoire :
- Dans une grotte derrière la cascade avec ma…!
Il s'interrompit aussitôt qu'il avait pris la parole. Cette fois-ci, une lueur d'effroi parcourue ses iris. Il en resta figé un court laps de temps avant de s'écrier :
- Lily !
Les loups le dévisageaient, sans comprendre sa réaction.
- Où…Où est ma sœur ?! paniqua l'enfant, les mains tremblantes, où est Lily ?!
- Ta sœur ? interrogea Raven.
- Oui ! Je l'ai vu partir avec l'un de vos loups !
- Une jeune humaine…? fit Coeur Fort en questionnant Brume et Kartor de ses yeux bleus.
Les deux mâles fixèrent leur Roi, silencieux un instant, avant que ne réponde Brume :
- Mais il n'y avait que lui quand nous sommes arrivés !
Kartor approuva ses dires d'un bref signe de tête. Jack sentit la panique le gagner à nouveau.
- Ce n'est pas un loup d'ici qui a emmené Lily…? s'étrangla-t-il.
Le Roi et la Reine se regardèrent, déroutés. Brume afficha un sourire et agitait doucement la queue, apparemment intéressé de la tournure de la situation, tandis que Kartor lâcha un soupir las en imaginant la suite des évènements.

*******************************
"Est-ce que le matin tu ne crois plus à la lune parce que le soleil se lève ?"
"Et est-ce que tu ne crois plus au soleil parce qu'il est caché par les nuages ?"


© Cissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clansdesastres.forumactif.org
Archange
Dieu et Fondateur de ces Terres
avatar

Points : 1000
Date d'inscription : 02/12/2012

MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Sam 25 Mar - 17:51

CHAPITRE
2
Le Clan du Soleil




Lily s'était endormie. Elle finit par se réveiller tout doucement, sentant qu'elle était allongée ventre contre quelque chose de doux et duveteux, dans un mouvement qui la berçait. L'enfant ouvrit les yeux et vit un pelage blanc comme neige contre lequel son visage était posé, les poils de velours servant de coussin à sa joue. Elle voyait défiler lentement, très lentement devant elle, un paysage de verdure interminable, au loin tranché par de basses collines. Il n'y avait rien d'autre qu'un tapis herbeux sous un ciel ensoleillé. Pas un arbre. Pas une maison. Rien que les brindilles doucement balayées par une petite brise agréable. Se redressant délicatement sur ses mains qui s'enfonçaient dans la fourrure immaculée, Lily se rendit compte qu'elle était assise sur le dos d'un loup tout blanc. Enfin, presque. Car il avait d'étranges poils glycines sur l'encolure et des oreilles teintées azurin. L'enfant se risqua à détailler l'animal du regard, regardant derrière elle et se penchant vers ses pattes. Ces dernières possédaient une livrée également bleutée sur leur partie intérieure. Le bout de la queue de l'animal arborait tout autant cette douce couleur. En conclusion de la petite fille : un loup étrange mais magnifique ! Le regard de Lily fut soudainement attiré par une forme à l'horizon vers laquelle elle était transportée et distingua bientôt les arbres d'une forêt.
- Oh ! Tu es réveillée ? demanda soudainement le canidé blanc d'une petite voix féminine.
Lily se raidit sur son dos en entendant ces mots et ne répondit pas. Non loin de l'orée du bois, la louve stoppa son chemin et Lily en profita pour sauter maladroitement à terre. Cette dernière pivota aussitôt vers l'animal qui tourna sur elle un regard bleu et bienveillant. Remarquant l'attitude craintive de l'enfant, elle s'empressa de la rassurer d'une voix douce et chantante :
- N'aie pas peur, je ne te ferais pas de mal. Je t'ai sauvé des griffes du ligre, tu t'en souviens ? Je suis passée juste en dessous de toi alors que tu tombais de la rambarde. Tu as finis par t'endormir.
- Un-Un ligre…? balbutia Lily, toujours éberluée devant la louve parlante.
- Oui, ce fauve énorme dans la cité.
Elle se tut, Lily en faisant autant. Ce silence n'étant guère agréable, elle finit par demander timidement :
- Pourquoi tu sais…Parler ?
La louve parut troublée de sa question.
- Quoi ? Toi aussi tu parles.
- Oui mais…Moi je suis une fille.
- Mais tout le monde parle dans les Terres d'Archange. Dans les mers et l'Océan, je ne sais pas mais…
- Les Terres…d'Archange…?
La louve devint aussi perturbée que l'enfant. Le silence revint. Puis elle tendit le museau vers Lily, flairant vaguement l'aura de l'humaine. Tout à coup, elle redressa subitement la tête, les yeux ronds, toisant l'enfant.
- Tu ne viens pas d'ici ! s'exclama-t-elle, les oreilles dressées en avant.
- Je suis…Dans les Terres d'Archange ?! répéta Lily avec stupéfaction sans avoir fait attention à la remarque de l'animal, mais c'est impossible ! Elles sont dans un livre !
Cette fois-ci, la louve immaculée était réellement prise au dépourvue.
- Un livre ?
- Oui, maman a un livre qui raconte l'histoire des Terres d'Archange.
Toujours aussi déconcertée, la jeune louve blanche aux balzanes bleutées jeta un œil par-dessus son épaule, vers les premiers arbres des bois, avant de regarder à nouveau l'enfant qui essayait de se faire comprendre.
- Je m'appelle Lyra, finit par dire en étirant un chaleureux sourire sur ses babines.
- Moi, c'est Lily, Lily Rivel.
Elle se mit à regarder autour d'elle, à la fois la forêt, la grande plaine et la louve.
- Où est Jack ? demanda-t-elle.
- Jack ?
- Mon grand frère, il était avec moi !
- Oh, je vois…
Pour une fois, Lyra semblait comprendre de quoi parlait l'enfant.
- Le ligre ne l'a pas mangé n'est-ce pas ? Pourquoi tu ne l'as pas aidé aussi ?!
La louve baissa la tête, honteuse.
- Je suis désolée…Mais j'ai sentis des odeurs ennemies alors je ne voulais pas m'attarder.
- Des méchants ? D'autres ligres ?
- Non. Des loups. Du Clan de la Lune.
- Tu es dans celui du Soleil ? Vous êtes en guerre ? Comme dans le livre ?
- Oui. On peut dire ça…C'est compliqué. Mais ne traînons pas ici. Remontes sur mon dos. Je t'emmène dans un lieu sûr.
- Où ça ?
- Au Château de Lumière. Là-bas, tu seras en sécurité.
- Mais…Et Jack ?
- Je t'en prie, on en parlera une fois arrivé.
Sur ce, Lily hocha la tête et, désormais confiante, s'approcha de l'animal qui se coucha à plat ventre pour la laisser remonter sur son dos. Lyra ne montrait pas son inquiétude vis-à-vis de la situation mais se remit en marche en accélérant un peu plus la cadence en direction de la forêt.

Elles étaient entrées dans la forêt. Une forêt d'arbres épais d'apparence classique des bois canadiens. Au loin, le clapotis d'un ruisseau se faisait entendre, mêlé aux gazouillements d'oiseaux invisibles. Toujours assise sur le dos de la louve, Lily observait avec attention tout ce qu'il y avait autour d'elle. Son émerveillement d'enfant était revenu rapidement. Après une bonne heure de marche parmi ces bois, un château immense émergea soudainement de derrière les troncs, collé à la paroi rocheuse d'une montagne. Peut-être le château avait-il été bâti avec la roche de ce mur géant, ou bien avait-il été directement taillé dedans. Lily leva les yeux vers les sommets de tours gigantesques qui se perdaient dans le ciel. Impressionnée et fascinée, elle n'attendit pas l'arrêt de Lyra pour descendre de son dos et voir par elle-même à quel point on se sentait petit devant une telle architecture. L'enfant acheva la marche aux côtés de l'animal qui gardait un œil sur elle. En face d'elles, d'immenses portes de bois aux poignées dorées bloquaient l'accès à l'intérieur.
- Qui va-là ?! s'écria soudainement une voix masculine du haut des remparts sans qu'aucun loup n'y était vu.
Lily regarda tout d'abord autour d'elle pour chercher la source de la voix mais voyant Lyra lever son museau vers le ciel, elle l'imita.
- C'est moi ! Lyra ! Tu ne me reconnais pas ou quoi Garni ?
- Il faut toujours se présenter aux portes !
- Cette voix…? C'est encore toi Devlin ?!
Un éclat de rire surgit du haut des remparts. Lily et Lyra gardèrent leur regard pointé sur eux. Un jeune loup tricolore de beige, marron et noir apparu, une touffe de poils clairsemée sur sa tête. Lyra haussa un sourcil, quelque peu désappointée.
- Haha ! ria le jeune loup dans les hauteurs, si tu voyais ta tête !
- Tu n'as vraiment rien de plus intelligent à faire ?! gronda soudainement une grosse voix qui venait du même endroit que le canidé tricolore.
Ce dernier cessa aussitôt son hilarité et fit volte-face pour voir derrière lui un autre loup, à forte corpulence et au pelage fauve, épais et hirsute. Lily et la jeune louve demeuraient silencieuses en observant la scène d'en bas. Le mâle s'approcha du jeunot et lui décocha un violent coup de patte pour le chasser en maugréant :
- Dégage de là !
Le dénommé Devlin courba l'échine et disparu du champ de vision des deux autres qui attendaient devant les portes de bois. L'imposant mâle prit sa place et se pencha par-dessus le rempart.
- Garni ! s'exclama Lyra, satisfaite, ouvre-nous la porte !
- Tout de suite !
Tirant sur un levier, le loup déclencha le mécanisme d'ouverture des portes qui pivotèrent sur leurs gonds d'or. Lyra échangea un sourire avec Lily avant d'entrer avec elle dans le château. Dans l'entrée de ce dernier, l'enfant fut éblouit de sa prestance. Dans ce grand hall qui pouvait librement faire concurrence aux plus belles salles de bal de palais, un plafond de verre dominait et éclairait les lieux à la perfection, baignant la moindre parcelle d'une lumière éclatante. Cette vitre géante parcourue de poutre de bois était soutenu par des piliers de marbre blanc, plantés dans un carrelage de dalles grises, recouvertes d'un large tapis d'émeraude qui tranchait la salle en son centre vers des portes lointaines. Lyra et Lily traversèrent rapidement le hall sous les regards de quelques loups curieux qui se trouvaient sur leur passage. La louve blanche et l'enfant franchirent les portes suivantes. Elles étaient arrivées dans la plus grande salle du château, la salle du trône en quelque sorte. Il y avait de grandes baies vitrées qui déchiraient chaque mur ainsi que le plafond, faisant de l'endroit un lieu très lumineux. Lily pencha la tête en arrière pour tout contempler, émerveillée. Un large escalier se trouvait au fond de cette immense salle et menait à un trône doré. Sur les côtés du piédestal, des couloirs spacieux étaient ancrés dans les murs.
- Bienvenue au Clan du Soleil, annonça Lyra de sa voix cristalline.
- C'est magnifique ! Si grand ! s'exclama Lily en fouillant le décor d'un regard pétillant.
Elle était fascinée par tout ce qu'elle voyait, y compris le nombre incalculable de loups qui se trouvaient là. Elle n'en croyait pas des yeux. Là-bas, un loup avec de grandes ailes ! Plus loin, celui-ci avec des bois de cerf ! Et ce pelage mauve si étrange ! Ils étaient tous si beaux ! Elle voulait visiter toute la demeure mais Lyra lui donna un petit coup de museau à l'épaule pour regagner son attention.
- Viens ! lui-dit-elle.
Lily se ressaisit. Elle suivit la jeune femelle qui la conduisit au pied de l'escalier qui menait au trône doré. L'enfant avait été tellement absorbé par ce nouvel environnement qu'elle n'avait même pas remarqué la présence soudaine d'un grand loup qui prônait en haut des marches. Quand elle l'aperçut, à l'arrêt de la femelle, ses iris se figèrent sur lui. Ce loup était tout simplement majestueux, avec un pelage épais d'une étrange couleur vert pâle, se tenant bien droit sur ses pattes musclées, deux grandes ailes repliées sur elles même. Son regard céruléen inspirait confiance et respect malgré sa corpulence imposante aux yeux de l'enfant. Il se leva sur ses quatre grandes pattes. Lyra s'inclina, museau face à terre. Lily remarqua la révérence et, tiré du livre qu'elle connaissait, elle devinait le souverain du Clan du Soleil. C'était trop beau pour être vrai !
- Qui est-ce ? demanda le grand mâle d'une voix calme.
- Cette jeune humaine était dans la Cité Perdue poursuivit par un ligre, répondit la jeune femelle blanche aux pattes bleues.
- Et que faisais-tu là-bas ?
Le souverain s'adressait cette fois-ci à Lily. Celle-ci fut un peu intimidé par son regard braqué sur elle.
- Euh…Je…
- Si je peux me permettre Altesse, intervint Lyra en redressant la tête vers le roi, je crois que cette petite d'humaine ne vient pas d'ici.
- Explique-toi.
- Son odeur est différente des humains que nous connaissons. De plus, elle n'était pas seule. Elle dit être venue ici avec son frère.
- Et où est-il à présent ?
- J'ai bien peur qu'il ne soit dans le Clan de la Lune…J'ai sentis la présence de ses loups à la cité.
- Je vois…
Il y eut un moment de silence. Mais la jeune femelle poursuivit bientôt :
- Ce n'est pas tout Sire. Cette humaine ne vient pas de notre monde mais dans le sien, un livre parle de nous !
- Que dis-tu ?
- Elle a raison ! coupa Lily, soudainement sortit de sa timidité, je connais une histoire qui parle des Terres d'Archange où des loups et des créatures merveilleuses prospéraient, c'était l'Age d'Harmonie !
Devant tant de détails, cette histoire presque impossible aux oreilles du souverain finit par trouver sa voie en lui qui gardait un calme certain. Bien qu'assez perturbé à l'idée qu'un autre monde existe et qu'en plus, le sien y était connu, il répondit néanmoins :
- C'est exact. Un temps révolu aujourd'hui.
- Vous êtes en guerre avec le Clan de la Lune ! ajouta Lily avec fierté comme si elle récitait une leçon.
- Incroyable. Tout ceci est donc vrai ? Mais comment es-tu arrivée chez nous ?
L'enfant hésita un instant, plus très sûre d'elle.
- Je ne sais pas…On a été aspiré dans un tourbillon…
Elle se mit à fixer le sol, soudainement abattue en se rendant compte de la gravité de la situation. Lyra lui adressa un regard de compassion. Elle se doutait bien que pour une petite d'humain aussi jeune, cette histoire était un véritable fardeau. Le grand mâle s'avança sur la plate-forme et entama doucement la descente de l'escalier sans lâcher l'enfant du regard.
- Ne t'en fais pas petite, dit-il d'une voix réconfortante, parmi nous, tu ne risques rien. Mon nom est Sanom, souverain du Royaume du Soleil.
- Moi c'est Lily. Vous allez retrouver mon frère ?
- Bien évidemment, répondit une voix inconnue.
Sanom s'arrêta au milieu des marches. Lily se pencha sur la droite pour regarder derrière lui qui avait jeté un œil par-dessus son épaule. Lyra, tout aussi intriguée, adressa un regard au même endroit. A côté du trône d'or, une grande louve venait de faire son apparition. Son pelage gris clair, presque blanc, parsemé de quelques tâches d'indigo luisait à la lumière du soleil qui traversait le plafond de verre. Elle était tout aussi majestueuse et imposante que le grand roi. Lily l'attribua immédiatement à la reine. D'immenses ailes grisâtres aux extrémités bleues se confondaient contre ses flancs aux poils lustrés. Lyra s'inclina de nouveau devant cette apparition qui rejoignit le grand mâle dans une démarche impériale, une longue queue fine terminée en touffe de fourrure serpentait derrière elle.
- Nous ferons tout ce qu'il faut pour, ajouta la nouvelle venue, je suis Wind, reine du Clan du Soleil.
- Moi c'est…
- Oui, Lily je sais. J'ai tout entendu. N'ai crainte, je ne pense pas que les loups de la Lune lui feront du mal.
L'enfant décida de jouer le jeu et, comme pour remercier la grande femelle, elle se pencha en avant pour s'incliner. Lyra étira un sourire mais Sanom termina de descendre les escaliers et passa à côté de l'enfant, suivit du regard par sa compagne.
- Viens avec moi.
Lily le suivit sans hésiter, mais regarda tout de même la jeune femelle blanche qui l'encouragea de son regard d'azur. Elle ne prit pas la décision de suivre également le noble loup et demeura avec la reine en retrait.
Au final, le souverain et l'enfant se retrouvèrent seuls et quittèrent la grande salle du trône sous les regards de loups curieux. Montant un grand escalier marbré en colimaçon, les fines fenêtres qui le parcouraient permettaient à Lily de voir à quel point ils montaient haut. A chaque fois qu'elle faisait un tour, elle voyait un peu plus loin la forêt qui ceinturait le château.

Elle fut hors d'haleine lorsqu'ils arrivèrent enfin au bout des marches. Il y avait une porte de bois qui fut poussée par le grand roi, révélant derrière une petite pièce avec une ouverture donnant sur un petit balcon suspendu dans le vide. Ce qui fit ouvrir les yeux de l'enfant ronds comme des soucoupes fut sans aucun doute le paysage éblouissant qui s'étalait sous la haute tour du château. Il y avait la forêt en premier plan, suivit d'une immense plaine qui se perdait à l'horizon. De l'autre côté, Lily se rendit compte que la tour dépassait la cime de la montagne qui se trouvait derrière la bâtisse. Derrière le mur rocheux, la montagne se poursuivait en un terrain verdoyant composé de multiples collines. Là encore, elles étaient trop hautes pour permettre de voir ce qu'il y avait encore plus loin.
- C'est vraiment magnifique ! s'émerveilla l'enfant en s'appuyant à la barrière du balcon, se dressant sur la pointe des pieds pour mieux voir.
- C'est le Royaume du Soleil, expliqua Sanom, autrement dit le mien. De l'autre côté de la Forêt du Nord se trouvent les Terres Neutres et plus loin encore au sud se situent le Royaume de la Lune, où se trouve probablement ton frère.
Lily leva les yeux vers la tête du grand loup.
- Il ne va rien lui arriver n'est-ce pas ?
- Les loups et les humains ne sont pas ennemis. Nous avons nos propres dangers à guetter. Cependant, on peut s'attendre à tout de la part du Clan de la Lune.
Le noble loup ne regardait pas l'enfant. Le bleu de ses iris était pointé vers l'horizon infini. Lily abandonna à revoir ces prunelles dans les siennes et scruta à nouveau le paysage. Tout ceci semblait tout droit sorti d'un rêve. De ses rêves. Ce qu'elle voyait quand elle et Jack regardaient ensemble leur livre de conte préféré. Mais Lily le savait, tout ceci était réel.

*******************************
"Est-ce que le matin tu ne crois plus à la lune parce que le soleil se lève ?"
"Et est-ce que tu ne crois plus au soleil parce qu'il est caché par les nuages ?"


© Cissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clansdesastres.forumactif.org
Archange
Dieu et Fondateur de ces Terres
avatar

Points : 1000
Date d'inscription : 02/12/2012

MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Sam 25 Mar - 17:53

LIVRE III

Les Terres Neutres


_____________________________________

CHAPITRE
1
Partie de Chasse au Clair de Lune



A toutes jambes, Jack traversait un étroit couloir de pierres noires. A chacun des pas de sa course folle, un souffle épuisé s'échappait de ses poumons. Tout à coup, l'enfant sentit le bout de sa chaussure cogner une dalle qui sortait légèrement du sol et tituba en avant en sautillant sur un pied avant de percuter brutalement une masse pelucheuse qui ne bougea pas à son contact. Jack tomba à la renverse. Devant lui se dressait un énorme loup. Il avait un épais pelage d'un noir profond, une longue queue touffue, et des marques d'un bleu nuit parcouraient son corps en lignes continues. Ses ailes étaient si grandes que même repliées sur son corps, elles dépassaient de sa silhouette.
- D-Désolé ! s'excusa Jack précipitamment devant les yeux blancs et menaçants de l'animal.
Ce dernier fronça davantage les sourcils, ses oreilles se penchèrent légèrement vers l'arrière et un grognement se fit entendre :
- Laisser un humain vivre au clan…
Jack entendit dans sa voix grave une frustration qu'il n'osait pas contredire. Il garda alors le silence tandis que le grand mâle reprit son chemin dans le couloir sombre, faisant fondre sa masse dans l'obscurité comme un fantôme. Jack se remit sur ses deux jambes, déglutit en restant un moment figé. Puis, il se souvint de pourquoi il était si pressé et se hâta de reprendre sa course.

Il manqua de trébucher à nouveau en sautant de justesse sur les premières marches d'un escalier en colimaçon qui montait au sommet d'une tour. La montée en quatrième vitesse lui donnait l'impression de tourner en rond à l'infini et était exténuante mais le garçon était déterminé. Bientôt, il déboucha à la dernière des marches rugueuses, hors d'une trappe dans le plafond qui bloquait le passage. Hors d'haleine, il se hissa en dehors du trou. C'était la fin de l'après-midi. Dans quelques heures aura lieu le coucher du soleil mais ce n'était pas pour cette raison qu'il avait galopé jusqu'ici. Ce qu'il n'avait en revanche pas prévu était la présence d'un loup posté en sentinelle sur cette tour. Pris au dépourvu, Jack se figea face à l'animal qui, guettant l'horizon, avait finalement tourné le bout de son museau vers lui. L'enfant ne craignait pas vraiment le loup, mais il ne le connaissait pas pour autant, ce qui le rendait méfiant. Il était encore loin de connaître tous les membres du clan. L'animal en face de Jack était encore jeune. Il avait eu sa première année il y a peu de temps. Le canidé avait un beau pelage noir, tout comme ses ailes recourbées sur ses flancs et des pattes blanches. Le bleu de ses iris avait pris le regard du garçon en otage.
- C'est toi le jeune humain qui a élu domicile dans notre clan ? Mon nom est Blizzard Ardent, je n'ai pas encore eu l'occasion de te connaître.
- Je m'appelle Jack, je t'ai dérangé ?
- Non, un peu de compagnie ne me déplaît pas.
- Et moi ? lança une voix féminine, je ne suis pas une bonne compagnie ?
Jack fit volte-face. Une louve ailée au pelage bleu de nuit venait d'apparaître, fixant l'enfant de ses yeux jaunes.
- Ne serait-ce pas le garçon dont tout le monde parle ? demanda-t-elle d'une voix douce.
- Oui, c'est Jack, répondit le loup, je viens juste de faire sa connaissance.
La belle louve bleue comme un ciel nocturne d'été s'avança de deux pas vers l'enfant, étirant un sourire sur ses babines, elle le salua :
- Je m'appelle Kiko.
Elle pensait sans doute recevoir la même expression chaleureuse, mais la femelle remarqua l'air perturbé de Jack. Son sourire s'effaça.
- Est-ce qu'il y a un souci ? demanda-t-elle.
- C'est que…Je suis un peu pressé, répondit timidement le garçon, je cherche Brume.
- On dirait que tu as pris mon père en amitié ! répliqua le jeune mâle.
Jack lui adressa un regard ébahit. Lui, le fils de Brume ? Il lui ressemblait si peu ! A part les ailes et peut-être un pourcentage de sa personnalité…Jamais Jack n'aurait cru le loup blanc père. Ceci expliquait peut-être le caractère si jovial de ce dernier.
- Vraiment ? C'est ton père ? Il m'a sauvé la vie !
Le jeune mâle ria.
- Je sais. Tes exploits ont parcouru le clan entier !
L'enfant parut soudain un peu gêné, mais il se reprit rapidement.
- Tu sais où est ton père ?
- Hm…Il est sûrement partit pour une balade en forêt…Tiens, il est là-bas ! Regarde ! J'avais raison, ce n'est pas lui qui partirait à la chasse, il n'est pas subalterne pour rien.
Jack se pencha sur la barrière du balcon de la grande tour. Au loin, par-dessus les murailles du château, une silhouette blanche et noire s'avançait vers les montées rocheuses qui faisaient le tour du domaine comme un rempart.
- Zut alors ! s'exclama l'enfant, je l'ai raté !
- Tu voulais lui parler ?
- Je voulais aller avec lui !
- Ne t'en fais pas Jack, intervint Kiko en dépliant ses grandes ailes de nuit, ça va être rapide, montes sur mon dos !
En peu de temps, Jack avait appris à faire confiance à ces étranges loups. Il en était ravi de plus de sa fascination de toujours pour ces animaux, même s'ils paraissaient désormais simplets dans son monde. Devant la gentillesse de la femelle, il s'exécuta aussitôt. La louve s'élança dans les airs en bondissant par-dessus la rambarde sous le regard enthousiaste de Blizzard Ardent.

Ce genre de sensation forte, Jack les adorait. Kiko avait plongé en chute libre dans le vide avant d'ouvrir ses ailes pour se redresser dans les airs, longeant les toits et les murs du château. L'enfant avait l'impression de chevaucher un aigle royal. La louve contournait sans défaut les corps des tours vers l'entrée de la bâtisse. La silhouette de Brume à ce niveau-là était prête à prendre son envol également, étirant ses grandes ailes de corbeau.
- Attends Brume ! s'écria Kiko en baissant d'altitude.
Par chance, le mâle l'entendit. Jack le voyait se tourner dans sa direction. Il était ravi de l'avoir rattrapé à temps. L'enfant l'avait cherché partout dans le château.
- Oui ? demanda le loup blanc en voyant la femelle bleue atterrir non loin de lui.
Jack sauta aussitôt à terre avant même que la louve n'ait eu le temps de poser ses quatre pattes au sol.
- Laisses-moi venir avec toi ! supplia le garçon, où vas-tu ?
- Simplement en balade et tu es le bienvenue ! répondit le loup avec enthousiasme.
Jack sourit jusqu'aux oreilles, soulagé au fond de lui de ne pas avoir été rejeté par le jeune mâle. Après avoir percuté le grand loup noir ailé, le garçon savait que tous les loups du clan n'étaient pas favorables à ce qu'il demeure trop longtemps ici. Il ne le pouvait pas de toute façon. Il devait retrouver Lily et rentrer dans son propre monde. L'enfant, cependant, avait su se plaire auprès des animaux. Brume était sans doute le loup en qui il avait le plus confiance et il y avait de quoi. Il lui avait sauvé la vie. Il était gentil, jovial et attentionné. Kiko souriait elle aussi et retourna dans l'enceinte du château par la voie des airs, ravie d'avoir accompli sa bonne action. Brume invita l'enfant à le chevaucher d'un signe de tête, chose qu'il accepta volontiers. Le mâle prit enfin son envol et d'un puissant battement d'aile, il passa au-dessus des remparts de roche avant de disparaître dans les entrailles de la forêt.

Le loup blanc finit par atterrir en plein cœur des bois. Une fois patte au sol, il replia ses ailes noires contre lui et Jack mis pied à terre avant de lui caresser affectueusement l'encolure immaculée. A part quelques chants d'oiseaux, les alentours étaient plutôt calmes. Brume et Jack marchèrent côte à côte, échangeant des sourires. Ce doux silence finit par être interrompu par l'enfant :
- Brume ?
- Oui ?
- C'est quoi exactement un "subalterne" ? Blizzard Ardent m'a dit que tu en étais un.
- Tu as déjà rencontré mon fils à ce que je vois ! Il a raison, et je dois dire que c'est un rang plutôt agréable quand on n'aime pas les responsabilités !
- C'est bas dans la hiérarchie ?
- Hum…Tu connais un peu des loups j'ai l'impression.
- Oui ! Dans mon monde aussi il y en a ! Mais ils ne parlent pas, ne volent pas et…Ils sont très simples en fait.
- Je vois, tout comme nous, nous avons des humains ici.
- Vraiment ?
- Bien sûr ! Mais à cause de la guerre, ils ne subsistent plus que dans un petit village à l'ouest des terres. L'espèce est quasiment éteinte.
Jack, heureux d'en apprendre un peu plus sur le monde qu'il croyait imaginaire des Terres d'Archange, avait un grand sourire béat. Il s'écoula une pause avant qu'il ne s'enquit :
- Et donc, il y a quoi en dessous de "subalterne" ?
- Euh…Rien. A part les louveteaux. Oh regardes !
Les deux amis se figèrent. Le loup avait repéré quelque chose mais l'enfant n'arrivait pas à définir où il avait posé son regard d'azur. Mais quand l'animal s'avançait lentement vers un épais buisson aux larges feuilles, Jack ne put s'empêcher de l'imiter, le suivant le plus discrètement possible. Cachée dans le feuillage verdoyant du taillis, l'enfant la vit enfin, cette petite créature reptilienne ailée, semblable à un lézard. L'animal, de même couleur que son décor, n'était pas facile à voir du premier coup d'œil mais le loup avait dû le repérer à l'odeur.
- Qu'est-ce que c'est ? demanda Jack, lorgnant la créature immobile.
- Il n'y a rien à craindre, répondit le loup blanc, c'est un dragon.
- C'est ça un dragon ?
Jack connaissait le terme, il s'imaginait déjà l'énorme monstre cracheur de feu des plus vieux contes de l'histoire. Le garçon n'était pas déçu cependant, il restait très fasciné de la découverte. Voir un dragon en vrai, dans un autre monde, ça valait largement tous les contes de l'univers. Brume, tel un professeur, poursuivait :
- Ils sont petits mais certains sont venimeux alors il ne vaut mieux pas trop les taquiner !
Il étira un sourire sur ses babines mais une voix soudaine les surpris :
- Je peux savoir ce que vous faites ?!
C'était Kartor. Il venait de surgir de derrière une broussaille fleurit d'énormes pâquerettes violettes et bleues. Un lapin mort gisait à ses pattes. Le petit dragon s'effraya à l'approche du mâle au pelage noir et rouge et disparu dans un envol vers le feuillage des arbres.
- J'essaye de m'amuser avec mon nouvel ami et toi ? répondit joyeusement le loup blanc.
- Tu essayes ? répliqua l'autre mâle d'un ton irrité, crois-moi que toi, tu n'as pas besoin d'essayer tout simplement et moi je sers pour le clan ! Une activité qui est loin de faire partie de ton emploie du temps !
- Ne t'en prends pas à lui ! intervint Jack, je découvre des tas de choses grâce à lui !
- Mêles-toi de tes affaires, humain !
- Calmes-toi voyons ! renchérit le loup blanc, ne crie donc pas sur notre invité de marque !
Le loup au sombre pelage gronda et s'apprêta à répliquer mais l'enfant le devança de justesse :
- Tu sais Kartor, tu es un grand guerrier et Brume un simple subalterne. Tu ne peux pas comparer une telle différence de…Maturité !
Jack, futé qu'il était, avait tenté par hasard d'atteindre l'ego de l'animal pour l'apaiser. Il avait eu du mal à chercher son dernier mot et une fois chose faite, il lança un regard complice au loup ailé. La méthode fonctionna. Kartor en restait silencieux. Brume félicita le garçon d'un coup de patte taquin.

Un rugissement stoppa l'échange de malice. Un énorme félin bondit hors des fourrés devant les trois compères. Jack reconnu la fourrure argenté du fauve avec effroi. C'était un ligre ! Mais sans crinière, ce qui devait annoncer une femelle. Elle en était tout aussi terrifiante qu'un mâle ! Kartor se plaça instinctivement devant les deux autres, montrant les crocs, avertissant le félin de ne pas faire un pas de plus au risque de se frotter à lui. Les oreilles rouge sang du loup pivotèrent cependant vers l'arrière et Brume, qui avait également entendu quelque chose, fit volte-face, devant un deuxième ligre, mâle cette fois-ci, qui venait de les prendre à revers. Le loup blanc retroussa les babines à son tour. Jack était pris en sandwich entre les deux canidés prit en embuscade. Le poil de Kartor se hérissa.
- Emmènes le petit loin de ces monstres ! ordonna-t-il pendant que les deux fauves traçaient des cercles autour du petit groupe.
- Et je te laisse seul face à eux ?! s'indigna le loup ailé.
- Exactement !
Brume parut hésitant. Son regard s'attarda un temps sur l'enfant apeuré. Puis, cachant son inquiétude, il haussa une épaule avant de répondre d'un ton qui se voulait désinvolte :
- D'accord !
Il sourit puis passa comme une anguille sous le garçon qui se retrouva sur le dos de l'animal. Ce dernier étira ses ailes noires et décolla du sol avant que le ligre mâle ne lui saute dessus. Brume prit son élan en donnant un coup de patte sur la tête du félin, s'envolant pour de bon hors du feuillage des arbres. Kartor réceptionna le fauve en l'attrapant à la gorge et fut écrasé par le poids de l'animal dont il se débarrassa en tailladant de ses griffes son ventre fragile tandis que la femelle tournait autour du combat, prête à récupérer le loup s'il s'en sortait.
- Qu'est-ce que tu fais ?! s'exclama Jack en s'agrippant au pelage immaculé du loup, tu ne vas pas le laisser tout seul ! Il faut faire demi-tour et l'aider !
- J'apprécie ton courage Jack mais les ligres ne feront qu'une bouchée de toi !
Le loup blanc ne reprochait rien au garçon et d'ailleurs, il souriait toujours. Jack était déçu et frustré, mais se fit une raison. Il était d'accord sur le fait que ces monstres le réduiraient en miette en deux secondes. Au-dessus de la cime des arbres, le crépuscule pointait à l'horizon dans un magnifique halo orangé. Brume volait vers la lisière de la forêt qui menait à la grande vallée, ce que Jack avait déjà survolé à son arrivée au château. La verdure des lieux s'était ternie devant le coucher du soleil. Le jeune loup atterrit doucement aux abords des bois et attendit que l'enfant descende de son dos.
- Il y a une grotte un peu plus loin près des collines, lui dit le loup précipitamment, vas te cacher là-bas, je vais aller aider Kartor et je reviendrais te chercher !
- Mais Brume…
- Ne discutes pas, fonces !
Le canidé donna un coup de museau dans le dos de l'enfant pour le pousser en avant. Ce dernier eut une dernière seconde d'hésitation avant de prendre ses jambes à son cou. Le loup blanc s'empressa de retourner dans les profondeurs de la forêt par les airs.

Jack courrait le plus rapidement possible tandis que la lumière du ciel déclinait derrière les collines. Si Brume voulait qu'il se cache, c'était sûrement pour de bonnes raisons. Sans doute qu'il voulait qu'il se mette à l'abri d'éventuels prédateurs tels que les ligres. Mais Jack connaissait un peu de ce monde grâce au livre que sa mère lui lisait. Il savait qu'il y avait d'autres créatures dangereuses qui rôdaient sur ces terres. Au bout d'un moment de course, l'enfant vit enfin les montées dont le loup lui avait parlé. Il s'y dirigea sans attendre, cherchant l'entrée de la grotte de son regard affolé. Il priait intérieurement que les deux canidés s'en sortent dans la forêt. La dernière fois, il n'y avait eu qu'un seul ligre. Cette fois-ci, ils étaient deux. Deux contre deux. Ca paraissait équitable, mais ces créatures étaient tellement puissantes. Dans l'obscurité du crépuscule qui prenait place, le garçon parvint enfin à distinguer l'entrée de la caverne. Il ralentit l'allure une fois proche, passant à une marche bien assurée.

Tout à coup, Jack entendit un gloussement étrange qui l'arrêta net. Dans la pénombre de la nuit qui tombait, il commençait à avoir du mal à voir autour de lui. Cependant, il distingua tout de même une silhouette qui venait de surgir de derrière la paroi rocheuse dans laquelle était creusée la grotte. Les yeux de Jack se plissèrent pour mieux voir. D'une grande ressemblance au départ avec les loups, l'enfant y voyait au fur et à mesure quelques détails particuliers. La lente levée du grand astre de la lune éclaira une fourrure brunâtre et tachetée sur un corps trapu à la queue courte, aux oreilles arrondies, aux yeux cruels, au museau large et sombre, ainsi qu'aux dents aiguisées comme des lames de rasoir qui luisaient sous les rayons lunaires. L'enfant sentit son sang se glacer d'effroi et se recula de quelques pas en fixant la créature. Ce n'était pas un loup, mais ça restait un canidé et bien connu aussi de son monde. C'était une hyène. L'animal gloussa à nouveau. Ses petits yeux jaunes brillaient dans la pénombre et lançaient des éclairs terrifiants sur le garçon sans défense. Une ombre plana soudainement au-dessus de lui, coupant un court instant le chemin des rayons de la lune qui reposaient sur lui. C'était une autre de ces créatures qui volait dans le ciel nocturne à l'aide d'une impressionnante paire d'ailes membraneuses rappelant celles des chauves-souris. L'animal posa ses quatre pattes à terre, derrière l'enfant. Elle railla en étirant ses babines qui dévoilaient ses carnassières dans un rictus méprisant aux allures sadiques. Jack était pétrifié de terreur et ne cessait de regarder devant et derrière lui à tour de rôle les deux monstres qui l'avaient pris en sandwich. Les cris des hyènes en attirèrent rapidement d'autres. Une meute, sortit des ombres nocturnes de la vallée, se regroupa autour de l'enfant. S'en était fait de lui ! Les créatures l'encerclaient, lui tournant autour comme des vautours, à se demander ce qu'elles attendaient car il n'y avait pas de doute sur le vainqueur cette fois-ci. Terrorisé, Jack ne pouvait s'empêcher de frissonner en imaginant déjà sa dépouille tirée de tous les côtés par ces monstres assoiffés de sang. Il craignait déjà la douleur et la mort qui l'attendait. Il restait figé au centre du cercle mortel, il pensait à Lily, sa mère, son père, Gabriel, son monde…Sa vie passait devant lui comme une histoire lointaine.

Un hurlement retentit soudain, résonnant dans la nuit. Il interrompit le pire qui était sur le point de se produire. Les hyènes braquèrent toutes leur regard vers le sommet d'une colline à proximité où la silhouette canine responsable du cri venait d'achever ce dernier. L'animal inconnu descendit lentement le versant de la colline. Les hyènes ricanèrent à son approche en faisant luire leurs crocs et leurs griffes sous le clair de lune. Jack sentit l'espoir gonfler dans sa poitrine, serait-ce Brume qui revenait le chercher ? Quand le canidé s'exposa un peu plus à la clarté de l'astre, le garçon devait se rendre à l'évidence. Ce n'était pas son ami. Ce n'était pas le jeune loup blanc aux ailes noires. Celui-ci avait une carrure plus élancée, plus fine et plus gracieuse. Pourtant, la fourrure blanche était au rendez-vous, ainsi que la paire d'aile, mais celle-ci était blanche également. Ce loup semblait tout droit descendre de la lune elle-même.

Jack ne pouvait détacher son regard de l'animal malgré le danger qui le guettait toujours. Ce loup était-il venu lui porter secours ? C'était l'impression qu'il donnait. Peut-être venait-il du Clan de la Lune ? Au fur et à mesure que le canidé se rapprochait des hyènes et de l'enfant, ce dernier remarqua les pattes tigrées de bleus du loup, ainsi que le bout de sa queue et ses oreilles. L'animal était bien courageux de venir provoquer la meute de monstres qui avait désormais jetée son dévolu sur lui, gloussant sournoisement. Elle n'attendit pas longtemps avant de se ruer sur le loup. Celui-ci ne prit son envol qu'au dernier moment, bondissant au-dessus des hyènes avec rapidité. Il fonçait droit sur l'enfant. Ce dernier n'avait pas d'autre choix que de lui faire confiance. Il sauta sur son dos au moment où il passa devant lui, au ras du sol. Sitôt fait, le canidé se dépêcha de mettre le plus de distance possible entre lui et les hyènes. Les monstres dotés d'ailes se lancèrent à sa poursuite, furieux. Le reste de la meute le prit en chasse en restant à terre.

Sur ce vol instable, cadencé par la panique de la fuite, Jack mit un certain temps à récupérer son équilibre. Le loup volait le plus vite possible pour semer les hyènes. L'endurance de l'animal fut plus forte que la détermination des monstres qui abandonnèrent la partie au bout d'un moment, disparaissant dans la noirceur de la nuit.

Ils volèrent longtemps. Le paysage de la vallée était varié mais sa contemplation n'avait plus la même splendeur, cachée dans l'obscurité de la nuit. Tout se ressemblait, tout n'était qu'ombre et reflet lunaire dans les cours d'eau. Jack ne faisait pas attention à ce décor. Il avait ses prunelles tournées vers le ciel aux milles et unes étoiles. Le garçon en avait vu beaucoup des cieux la nuit, mais dans ce monde, ils étaient si purs que leur admiration devenait magique. L'enfant avait l'impression de nager dans cet océan scintillant. On dirait la lueur de milliers de perles brillant dans les profondeurs abyssales de la mer.

Une masse apparue devant le loup. C'était un énorme rocher qui pointait vers le ciel. Une ouverture noire était dessinée dans la paroi rocheuse. Le destrier de Jack s'y engouffra sans hésitation. L'enfant dû se baisser de justesse sur le dos du loup pour ne pas se cogner au plafond de la grotte. L'endroit était étroit, rugueux, mais il y avait tout de même assez de place pour que Jack et le loup s'installent à leurs aises. L'enfant descendit du dos de l'animal et s'assit contre le mur de la caverne, jambes repliées contre lui. Le loup se coucha ventre à terre face à lui, devant l'entrée de son repère. Un silence gênant s'installa entre eux. Tout à coup, Jack étouffa une exclamation d'émerveillement en regardant au dehors. Le loup suivit son regard. La lune était devenue gigantesque, comme si elle n'était plus qu'à quelques centimètres de la planète. Sa couleur argentée était le soleil de la nuit. La moitié de son cercle était caché par l'horizon et Jack, devant ce paysage de planète fantomatique à la fois impressionnant et angoissant, ne pouvait s'empêcher de rester bouche bée.
- N'est-elle pas grandiose ? lança soudainement une voix claire, douce et féminine.
- Quoi ? fit l'enfant en se tournant subitement vers la louve blanche aux poils bleus.
- La lune, quelle imposante magie elle dégage. Cette énergie pure et bienveillante…
Jack considéra un instant l'animal.
- Etes-vous…du Clan de la Lune ?
- Non, je n'ai pas de clan.
- Tu es seule ?
L'animal hocha doucement la tête. Jack semblait déceler une certaine mélancolie dans son regard, ce qui lui fit regretter sa curiosité.
- Je m'appelle Jack, finit-il par dire.
- Mon nom est Lune Blanche, ravie de te connaître.

*******************************
"Est-ce que le matin tu ne crois plus à la lune parce que le soleil se lève ?"
"Et est-ce que tu ne crois plus au soleil parce qu'il est caché par les nuages ?"


© Cissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clansdesastres.forumactif.org
Archange
Dieu et Fondateur de ces Terres
avatar

Points : 1000
Date d'inscription : 02/12/2012

MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Mar 28 Mar - 21:44

CHAPITRE
2
Solitaires et Meutes




Un changement de lumière titilla les rétines de ses yeux pourtant encore défendus par les paupières. Cette lueur devenant gênante, le garçon se tira seul de son sommeil en dévoilant son regard marron. Il était allongé sur le dos sur le sol rocheux de la grotte. Sa tête reposait sur une fourrure douce et blanche. Brume lui vint en tête. L'enfant ne s'était pas rendu compte qu'il s'était endormi. Il se redressa soudainement avant de se tourner vers la louve aux ailes immaculées qui avait l'air d'être réveillée depuis un moment. Ce n'était donc pas Brume. Jack se souvint enfin de la veille, sa frayeur avec les hyènes et la femelle qui vint le sauver in extremis.
- Oh non ! s'exclama le garçon en jetant un oeil vers la lumière du jour en dehors de la grotte, c'est le matin ?
- Oui, répondit calmement la louve sans comprendre sa réaction.
- C'est affreux !
Lune Blanche pencha légèrement sa tête sur le côté, interrogeant l'humain de ses yeux bleus.
- Qu'est ce qui se passe ? demanda-t-elle de sa voix douce.
- Brume a dû me chercher toute la nuit…
- Brume ?
- Un ami du Clan de la Lune.
Jack s'attarda sur la louve qui resta silencieuse. Elle semblait réfléchir sur les derniers propos de l'enfant. Après quoi, elle lui demanda :
- Il y a quelque chose qui m'intrigue. Pourquoi un jeune humain comme toi est-il dans un clan de loup ?
Jack hésitait mais au moment de répondre, la femelle le devança :
- En plus, ton odeur est différente de celle des autres humains, mais elle m'est familière.
Sa réflexion l'emmenait près du but, lorsque l'enfant lui répondit :
- Tous les loups que j'ai rencontré m'ont dit que j'étais différent parce que je viens d'un autre…d'un autre monde.
- Quoi ?! Tu viens de…
Le regard de la louve s'agrandit, comme si elle avait enfin recollé les morceaux de ses pensées au sujet de l'enfant.
- Oui je sais, poursuivit Jack, c'est bizarre dit comme ça. Moi-même, j'ai encore du mal à y croire.
L'animal se dressa sur ses pattes.
- Mais…Non ! lança-t-elle, moi aussi je viens d'un autre monde !
Jack se tut sur l'instant, le regard figé sur Lune Blanche. Cette dernière était à la fois surprise et ravie de dévoiler son secret, comme si elle cherchait depuis toujours quelqu'un dans le même cas qu'elle.
- Un monde rempli d'humains comme toi, expliqua-t-elle, et c'est le tien ! J'ai reconnu ton odeur.
- C'est impossible…s'étrangla l'enfant, dans mon monde, les loups ne parlent pas et n'ont pas les poils bleus ! Ils n'ont pas d'ailes !
- Ah ça…C'est une histoire assez bizarre…
La jeune louve baissa son regard vers le sol rocheux de la grotte. Elle finit par s'assoir et tourna son museau vers l'entrée de la caverne par où pénétrait la lumière du jour. Jack voulait en savoir plus mais retint son impatience. Il fixait l'animal un temps avant de regarder à son tour l'extérieur. N'y voyant rien de particulier, il garda ses prunelles sur ce loup qui paraissait encore plus étrange maintenant qu'il savait d'où il venait.
- Alors que je venais de naître dans ce monde, raconta la louve d'un ton grave, ma mère et moi avions été pourchassé par des ligres. Dans notre échappatoire, nous avons traversé un étrange mur lumineux et nous sommes arrivés dans ton monde. Ma mère et moi y avons passé plusieurs cycles. Elle est finalement morte là-bas…Moi, j'ai pu survivre et vivre caché des humains qui sont très différents de ceux d'ici. C'est un monde où ils dominent et où il ne fait même pas bon respirer. C'est totalement par hasard que je tombai à nouveau sur une brèche qui me ramena ici alors que je croyais que la première fois n'était qu'un rêve. Mais finalement, je ressemblais à n'importe quel autre loup d'ici…J'ai rapidement su désormais qu'ici, c'était aussi mon monde, où je pouvais communiquer avec des humains sans les craindre, où je pouvais recommencer une nouvelle vie. Ma vraie vie.

Jack ne savait pas quoi dire. Tout ça semblait tout droit sorti d'un film de science-fiction. Mais le fait qu'il se retrouvait projeté dans ce monde n'était-il pas non plus un bon scénario fantastique ? Rien n'était impossible, il s'en rendait compte désormais.
- J'ai également compris que ce monde était régit par le Soleil et la Lune, continua la louve.
- Oui, répondit Jack, on m'a raconté que les astres avaient beaucoup d'importance pour les loups mais j'ai encore du mal à comprendre pourquoi. C'est comme le Clan de la Lune qui…Ah oui c'est vrai !
- Quoi ?
- Il faut que je retrouve Brume !
- Tu m'as bien dit que tu logeais au Clan de la Lune ?
L'enfant acquiesça.
- Je pourrais t'y conduire. Je vois un peu près où il se trouve. Montes.
Jack se glissa sur le dos de l'animal avant que celui-ci ne s'approche de la sortie. Au dehors, l'astre du jour était haut dans le ciel et la vallée battait son plein régime, balayée par une brise légère. On voyait les collines au loin, le scintillement des ruisseaux, le vol des oiseaux, un doux parfum de liberté qui embaumait tous ceux qui s'y trouvaient. Lune Blanche se propulsa hors de la grotte avant de déployer ses ailes immaculées et s'envola par-delà l'horizon.

***

Durant ce lever de soleil, le roi Sanom se sentait nostalgique. Le grand loup contemplait la vue que lui procurait la plus haute des tours de son Château de Lumière pourtant mille fois vue. Lily apparue derrière le souverain. Elle était accompagnée de deux loups au pelage beige, quasiment identiques. Leur seule grande différence était la couleur de leur iris. A la droite de l'enfant, une louve avait de grands yeux rouges, à sa gauche, un jeune mâle les possédait verdoyants. Il s'agissait du frère et de la sœur. La femelle avait en plus la particularité d'une ceinture entourant ses reins à laquelle pendait le fourreau d'un poignard. Sanom pivota sur lui-même pour faire face au trio. Il essayait de cacher une certaine inquiétude dans son regard, tout comme une confiance espérée.
- Et n'oubliez pas, dit-il aux deux canidés entourant Lily, il s'agit de parlementer avec le Clan de la Lune afin d'aider de jeunes humains égarés dans notre monde. Il faut qu'ils rentrent au plus vite chez eux. Je ne veux pas de querelles, c'est bien compris Selena et Aron ?
- Oui Sire ! répondirent en chœur les deux loups en bombant le poitrail.
Tous deux échangèrent un regard avec Lily avant de faire demi-tour et disparaître dans les escaliers de la tour. Sanom refit face à l'immensité de son royaume. Au bout d'un moment, il baissa le museau sur les trois silhouettes qu'il voyait sortir de la bâtisse avant de disparaître à nouveau sous les feuillages de la forêt.
- Que Nekar, Dieu-Soleil, vous protège…

La journée entra dans son après-midi. Le petit groupe de trois parcouraient la Grande Vallée sous le chaud soleil de la saison. Lily avait retroussée les manches de son pull rose et laissée par mégarde son épais manteau au château. Ce temps n'avait rien de comparable avec celui du Canada. Elle avait chaud. Cette nuit, elle avait dormi avec pour seul oreiller le doux pelage de Lyra, la louve blanche aux pattes bleues ciel. Elle avait été bien triste de la quitter au petit matin, mais elle voulait à tout prix retrouver son frère et le seul moyen d'y parvenir, c'était de se rendre dans le clan ennemi. Heureusement, elle était escortée par deux guerriers du Clan du Soleil, Selena et Aron. Deux loups en qui le roi en personne semblait attribuer toute confiance pour cette mission.

Alors que le groupe progressait dans la vallée, Lily pointa soudainement du doigt un troupeau de cervidés au loin, poussant un cri d'exclamation. Les animaux à la carrure élancée et aux fines cornes noires s'éloignèrent en bondissant à la vue des loups.
- Je mangerais bien un cerf, fit remarquer le jeune mâle.
- Nous sommes en mission Aron, rappela la femelle qui menait la marche.
- Alors ce sont des cerfs ? demanda Lily, chez nous, ils ne sont pas du tout comme ça !
- Et comment sont-ils ? demanda Aron.
Lily réfléchit un instant.
- Plus gros !
- J'aimerais bien visiter ton monde ! lança le loup en agitant légèrement la queue.
- Et ils ont des cornes immenses !
- Mais bon, chacun son monde, se renfrogna-t-il à cette idée.
- Silence ! ordonna soudainement Selena en se figeant.
Son frère l'imita aussitôt, huma l'air et plissa le museau, fronçant les sourcils. Lily se stoppa également et regardait ses deux compagnons d'un air interrogateur. Elle était sur le point de leur demander ce qui se passait quand un grondement se fit entendre de derrière une montée de terre herbeuse, mettant immédiatement les deux loups sur la défensive. Un autre sortit de sa cachette. Une grande louve au pelage mixte de noir et de rouge et au regard mauve qui se posa dangereusement sur les trois autres non loin devant. Sous ses poils épais roulaient une imposante musculature à chacun de ses mouvements. Elle finit par s'assoir en bloquant le passage.
- Tiens ! lança-t-elle, des fils du soleil et une humaine !
- Ne t'approches pas Imfer ! grogna Aron en hérissant le poil, à deux on te réduit en hachis pour ligre !
La louve menaçante étira un large sourire narquois.
- Pouvez-vous protéger cette humaine apparemment précieuse en même temps ? railla-t-elle.
Le frère et la sœur couchèrent furieusement les oreilles contre leur nuque et se placèrent devant l'enfant. Imfer avait l'air parfaitement confiante de sa victoire face à deux ennemis. Elle se leva et s'avança avec lenteur vers eux, un regard provocateur luisait au fond de ses iris. Lily était très inquiète sur la suite des évènements mais en un éclair, la bataille commença. Selena et Aron se ruèrent sur la femelle. Celle-ci s'arrêta, le sourire aux babines et tout à coup, les deux autres freinèrent subitement leur lancée, leurs griffes râpant sur le sol herbeux de la vallée. Lily eut un frisson, restée en retrait. Cinq loups venaient d'arriver autour d'Imfer. La petite escorte n'avait aucune chance ! Tous ces loups, composés de trois femelles et de deux grands mâles, avaient tous un pelage rouge et noir, différemment proportionné, sauf l'une des femelles qui était toute noire.
- C'est toute une meute ! s'effraya l'enfant en se reculant d'un pas.
- Pas vraiment, répondit Selena, c'est Imfer et ses cinq fils et filles.
- Mais qui est cette louve ? s'angoissa Lily.
- Une louve redoutable ! Elle est la compagne de Lame-Noire, le lieutenant de la Meute de l'Ombre.
- La Meute de l'Ombre…?
Lily ne se souvint pas de cette histoire dans son livre de conte qui ne racontait que les aventures de deux clans de loups ennemis dans un monde fascinant.
- C'est la plus grande meute de Solitaires jamais connue, longtemps accusée d'avoir tué des loups de clans, expliqua Selena.
- Ca y est ? coupa Imfer, les présentations sont faites ? Je vais poursuivre alors si vous le voulez bien ! Voici Erys, Sombre Lune, Daemon, Vengeresse et Nemeres, ceux et celles sur le point de vous détruire !
Les nommés dévoilèrent leurs crocs dans d'éternels grognements et s'approchèrent des deux malheureux loups du soleil qui ne bronchaient pas cependant, prêt à se battre qu'importaient les conséquences.
Tout semblait perdu mais tout à coup, une ombre ailée passa sur Lily et ses compagnons de route, attirant l'attention de tout le monde. Imfer et les siens levèrent leur museau vers le ciel, apercevant alors un imposant loup qui se posa entre les deux groupes adverses. Au départ, Lily crut reconnaître Sanom, mais elle se rendit rapidement compte de son erreur. Ce loup au pelage fauve et blanc, avait des ailes beaucoup plus grandes et le poil épais de son encolure rappelait gracieusement la crinière d'un lion. Le masque de poils noirs de sa tête faisait ressortir ses yeux violets. Ses ailes, fauves également, étaient tachetées de noirs et possédaient des extrémités rouges. Ses pattes, écarlates également, étaient striées de rayures sombres. Il faisait face avec courage à la troupe de Solitaires, les ailes déployées, la carrure impressionnante. C'était un colosse qui dépassait de hauteur la femelle noire et rouge qui commandait sa progéniture.
- Prince Khan ! s'exclama Selena avec surprise.
- Prenez l'enfant avec vous, ordonna le grand mâle, je vais tâcher de les ralentir.
- Hors de question ! répliqua Aron, l'échine hérissée, on ne vous abandonnera pas Sire !
- C'est un ordre !
- Mais…
- Vite !
Imfer se mit à rire. Un rire malfaisant. Elle n'avait pas l'intention de laisser ce petit monde lui échapper. Elle fixa sournoisement le prince du soleil et lança d'un ton sarcastique :
- Six contre un ? Même moi je n'oserais pas être aussi déloyale ! Je suis capable de te tuer à moi seule, misérable loup de clan !
Aron et Selena firent volte-face vers Lily et s'enfuirent à toutes pattes, Selena prenant l'enfant sur son dos au passage. Ce détail n'échappa pas à la louve bicolore qui ordonna à sa progéniture :
- Occupez-vous des autres !
Elle ne perdit pas de temps à engager le combat avec le prince pour l'empêcher de barrer le passage à sa troupe qui s'élança à la poursuite des trois autres. Imfer attrapa l'épaule du grand mâle avec ses crocs qu'elle tenta de déchiqueter. Khan battit furieusement des ailes, provoquant des rafales devant lui avant de saisir dans sa gueule une oreille de la louve qu'il tira avec acharnement. La prise lâcha. L'oreille de la femelle se retrouva fendue en deux, sanguinolente. La louve gronda sous l'effet de la douleur mais maintenait le bout de chair qu'elle tenait jusqu'à sentir à nouveau les canines du mâle, sur sa nuque cette fois-ci. Elle taillada son poitrail de ses griffes acérées tout en lâchant sa mâchoire pour secouer la tête et se défaire des crocs du mâle. Ce dernier la plaqua au sol de sa stature colossale. Imfer rua de coup le ventre du loup de ses pattes arrière et parvint à se libérer de l'emprise qu'il avait sur son cou avant de le saisir enfin à la gorge. Khan lâcha une plainte de douleur et redressa vivement la tête, la louve suspendue à sa jugulaire comme une sangsue. Il plaqua une patte à la gorge de cette dernière pour la faire lâcher, chose qu'elle fut contrainte de faire lorsqu'elle finit par manquer d'air. Après quoi, elle profita de la corpulence du mâle pour se glisser sous lui agilement, contournant ses membres et le percuta sur le côté pour le renverser. Cela ne fonctionna pas, le prince était trop robuste et maintenait son équilibre. Il se tourna vers elle et sa mâchoire se referma sur son omoplate. La louve gronda à nouveau mais malgré cela, elle se retourna sur elle-même, dos à terre, quitte à empirer la blessure, et riposta en griffant le museau du loup. Leur lutte acharnée soulevait des nuages de poussière autour d'eux et enrayait l'herbe qui se tâchait peu à peu de gouttelettes de sang.

Soudain, Khan parvint à s'esquiver du combat, brutalement attiré par une effluve inquiétante. Imfer l'avait sentie aussi et son grand sourire ne présageait rien de bon. Le sang qui s'échappait de son oreille déchirée gouttait sur le sol. Des touffes de pelage gisaient avec les tâches de sang qui recouvraient l'herbe aplatie. La fourrure claire du prince était salie de poils rougeâtres au niveau de son ventre, de son poitrail et de son museau. Il reprenait son souffle, l'oreille tendue vers l'avant. Soudain, son regard se figea. Derrière la femelle essoufflée, une troupe de loups apparurent, ayant tracé son chemin derrière les collines et les montées rocheuses. Les canidés entourèrent la louve, leur regard fusillant le grand prince. Imfer se redressa sur ses pattes et passa sa langue sur ses crocs ensanglantés, une lueur meurtrière dans ses yeux mauves braquée sur son ennemi. A ses côtés, un grand mâle noir se plaça. Il donna un coup de museau qui se voulait affectueux à la sombre femelle avant de tourner des iris rouge empli d'animosité envers le prince. Le reste de la meute attendait les ordres de leur lieutenant qui passa un coup de langue à l'oreille tranchée de sa compagne.
- Tuez-le, ordonna-t-il d'une voix sinistre.

*******************************
"Est-ce que le matin tu ne crois plus à la lune parce que le soleil se lève ?"
"Et est-ce que tu ne crois plus au soleil parce qu'il est caché par les nuages ?"


© Cissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clansdesastres.forumactif.org
Archange
Dieu et Fondateur de ces Terres
avatar

Points : 1000
Date d'inscription : 02/12/2012

MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Mar 28 Mar - 21:46

CHAPITRE
3
Le Sang des Guerriers




Selena et Aron couraient le plus rapidement possible. Ils savaient que cinq loups et louves n'ayant que pour seul but de les tuer les pourchassaient. Un seul faux pas, un dérapage, et c'était la fin. Lily avait ses petits poings qui serraient de toute leur force la fourrure de la femelle. Celle-ci ne faisait pas attention à la douleur des poils qui s'arrachaient lentement. Plus d'une fois, elle avait été tentée de faire face. Mais elle ne pouvait se permettre de faire prendre autant de risque à l'enfant. Ils traversaient la vallée au pas de course, faisant fuir les troupeaux de cerfs qu'ils rencontraient. Aron fulminait d'avoir été contraint de renoncer au combat. Il en était de même pour sa sœur qui n'avait qu'une seule envie, dégainer le poignard qui se balançait à sa ceinture.

Ils étaient hors d'haleine, sur le point de s'arrêter alors qu'ils étaient arrivés dans l'immensité de la plaine verdoyante que Lily avait vue pour la première fois en se réveillant sur le dos de Lyra. Un hurlement retentit soudainement, glauque et sinistre, il traînait en longueur, se répandant comme une vague de froid sur les fuyards. Ces derniers se stoppèrent subitement. Il y avait plusieurs silhouettes canines devant eux et l'une d'entre elles étaient la source du hurlement. Le groupe menaçant formait un barrage devant les trois amis qui firent volte-face. Mais trop tard, les cinq fils et filles d'Imfer venaient de les rejoindre, les prenant en sandwich avec l'autre troupe. Cette dernière s'étala autour du petit groupe, les encerclant dangereusement. Lily sentit les larmes lui monter aux yeux. Ces loups étaient tous des Solitaires, tous des membres de la terrible Meute de l'Ombre. Les poursuivants des loups du soleil s'étaient également éparpillés autour d'eux, se mêlant à leurs semblables. Il n'y avait plus aucun moyen de s'échapper. Ni Selena, ni Aron, n'avait d'ailes pour espérer un miracle.

Selena passait son regard sur chacun des loups qu'elle pouvait voir, les oreilles plaquées sur sa nuque. Aron tournait fébrilement autour de sa sœur, l'échine hérissée, les babines retroussées, il lançait des grondements menaçants aux nombreux loups qui formaient un cercle autour d'eux. Lily enlaça l'encolure de la louve, terrorisée.
- S-Selena…balbutia-t-elle.
La femelle sentait la pauvre enfant parcourue de tremblement et se jura de ne jamais renoncer, et de se battre jusqu'à la mort pour la défendre. Mais elle était dans le brouillard. Pourquoi la Meute de l'Ombre était-elle ici ? D'ordinaire, il n'était pas évident de la rencontrer. L'heure n'était pas aux interrogations cependant. Un éclair passa dans le regard de la louve beige.
- Descends Lily, dit-elle soudainement.
L'enfant n'obéit pas tout de suite, trop effrayée. Ses yeux bordés de larmes croisèrent le regard foudroyant de la femelle. Finalement, Lily se laissa glisser sur le pelage clair de la louve. Celle-ci se mit soudainement à luire. Surprise, l'enfant se recula. Une aura jaune entoura la louve qui ne bronchait pas. Très vite, elle n'était plus qu'une silhouette lumineuse au centre du cercle de loup. Cette lumière s'étira alors vers le ciel, l'aspect du loup se métamorphosa, devenant humanoïde. Aron jeta un œil à la scène. Soudain, le halo s'estompa et la louve avait disparu, laissant place à une jeune fille faiblement vêtue de d'un débardeur qui lui enlaçait le cou et descendait jusqu'au ventre où un short prenait le relai jusqu'au-dessus des genoux, le tout composé de cuir marron. Une longue chevelure blonde, virant dans l'orange, virevoltait à la place d'une quelconque fourrure. Elle portait également des chaussures de cuir, le tout lui donnait l'allure d'une sauvageonne qui avait cependant gardé ses yeux rouges. Lily resta figée. Pourtant, elle devrait le savoir, selon son livre, du mystérieux pouvoir des loups de clan. Elle toisait lentement la personne devant elle, qui était cette louve à l'instant, c'était Selena !
- Selena…s'étrangla Lily, incapable de dire autre chose.
Soudain, une autre lumière aveugla l'enfant. C'était Aron qui se mit à luire d'une forte lueur rayonnante. Lily plaça sa main devant son visage pour protéger ses yeux de l'intensité de la lumière qui disparue aussitôt brutalement qu'elle était venue, laissant place non pas à un loup mais à un jeune homme, vêtu comme Selena, aux courts cheveux blonds et aux yeux verts. Le regard du garçon se focalisait sur la Meute de l'Ombre qui n'était guère impressionnée de ces deux transformations.
- On est bien téméraire, tu ne trouves pas, Aron ? lâcha Selena, une goutte de sueur perlant sur sa tempe au désespoir de tous ces loups à affronter.
- Ce n'est pas comme si nous avions le choix, répondit le jeune homme sans lâcher ces adversaires des yeux.
Ces derniers s'approchaient lentement du petit groupe. Ils n'avaient rien à craindre des deux loups qui venaient de prendre forme humaine. Ce n'était pas cela qui pouvait les sauver de leurs griffes. A part les grognements satisfaits des Solitaires, le trio restait désormais parfaitement silencieux. Même Lily avait cessé de geindre, bloquée par la situation dans toute sa splendeur. Soudain, toute la meute se rua sur les trois malheureux. Selena attrapa son poignard et Aron se prépara à l'affrontement.

Mais un hurlement au loin arrêta net tout mouvement. Les loups de l'Ombre avaient arrêté leur course folle en entendant le cri. Les trois bipèdes les imitèrent à diriger leur regard au loin. Un loup s'y tenait en évidence et acheva son signal. Devant son pelage presque entièrement noir avec des parcelles écarlate, Lily cru son sang ne faire qu'un tour en se souvenant d'Imfer. Mais d'étranges ailes de chauve-souris parsemant son dos lui firent comprendre que ce n'était pas elle. L'individu fut rejoint par une troupe de loup. Encore la meute qui s'agrandissait ! Tous ces loups qui émerveillaient l'enfant autrefois lui faisaient presque tourner de l'œil à présent. Mais tout à coup, Selena s'exclama :
- Des guerriers du clan !
L'espoir empli le cœur des deux jeunes loups. Ceux de la meute ne se laissèrent pas intimider. Ils grognèrent et fixaient avec haine la petite armée de canidés qui venait d'apparaître non loin d'eux. Hauts sur leurs deux jambes, Selena et Aron n'avaient aucun mal à voir leurs alliés au loin dans la vaste plaine herbeuse. Le regard de la femelle s'attarda sur le loup ailé au corps agile et à la sombre fourrure.
- C'est Dark ! s'exclama-t-elle, notre lieutenant !
L'arrivée des troupes du clan renversait grandement la tendance. Le loup qui se trouvait à leur tête était loin d'être très imposant. Son seul attribut marquant était ses ailes membraneuses. Il avait de longues pattes et un corps fin, presque maigre. Ses yeux rouge-sang scrutèrent longuement la masse d'ennemis en face.
- A l'attaque ! ordonna-t-il d'une voix qui restait étrangement calme tout en ayant l'intonation nécessaire de l'autorité.
A ce moment précis, tous les loups qui se trouvaient avec lui chargèrent sur la meute ennemie. Ces membres ne se rebiffèrent pas à l'assaut et firent face vaillamment. Ceux qui possédaient des ailes s'envolèrent pour contrer l'attaque mais des loups du soleil ailés les égalisèrent en entamant le combat dans le ciel. Au sol, les loups du Clan du Soleil percutèrent violemment ceux de la Meute de l'Ombre qui délaissa totalement les trois autres. Selena aida les siens en usant de son couteau sur les loups de l'Ombre, les transperçant férocement. Aron restait en retrait pour protéger Lily en cas de besoin. Mais personne ne prenait en compte la présence de la petite humaine. Celle-ci était terrorisée par ce qui se déroulait devant ses yeux. Ce qu'elle croyait être un conte était un véritable récit de guerre ! Chose qui, à son âge, ne pouvait que lui échapper. A travers les pages d'un livre, cela ne paraissait rien, minime, insignifiant. Mais devant ses yeux effarouchés se déroulait un combat sanglant, mortel. La vaste plaine s'était transformée en un atroce champ de bataille. Elle ne reconnaissait pas les loups qui, à l'instant, ne voulaient que la dévorer et ceux qui étaient venus lui porter secours. En tout cas, autour d'elle et d'Aron, il n'y avait plus personne. Les troupes du soleil menaient égalité de nombre avec ceux de la Meute de l'Ombre. Chacun se battait avec acharnement. Le sang giclait si facilement dans l'herbe verte de la plaine. Lily se mit à nouveau à pleurer en silence devant cette violence. Le jeune homme à côté d'elle, qui était jadis un loup, ne pouvait que lui jeter un regard de compassion, sans oser toutefois relâcher sa vigilance sur la bataille. Ses yeux verts cherchaient en vint la chevelure orangé de sa sœur. Une forme humaine parmi les loups fut néanmoins rapide à trouver.

Lily se forçait à regarder le carnage devant ses iris innocents. Ce qu'elle vit la laissait bouche bée. En effet, plusieurs autres loups du Clan du Soleil se mirent à luire d'un rayon jaunâtre avant de prendre à leur tour forme humaine. Il y avait des hommes et des femmes, vêtus de milles et une façon et seule leur tignasse prenait plus ou moins la couleur de leur pelage d'origine. Il y avait là des jeunes hommes qui se battaient à l'épée. Leurs cheveux marron, rouge ou cyan virevoltaient au gré de leur mouvement d'attaque et d'esquive. Des femmes à la longue ou courte chevelure noire, mauve ou verdoyante, se défendaient avec férocité, frappant d'un poignard ou même seulement de leur poing, leurs ennemis à forme canine. Hélas, si la station bipède et l'agilité nouvelle était d'un grand avantage dans le combat, rien n'égalait la douleur de griffes et de crocs de loups s'abattant sur un bras ou une jambe humaine. Voilà pourquoi les canidés ayant adoptés cette apparence prenaient soin d'esquiver avec fougue les attaques de leurs adversaires. A l'aide de leurs bras, ils parvenaient à les immobiliser. Leurs biceps roulaient sous leur peau quand ils étranglaient une gorge ou bloquaient de puissantes mâchoires. Si les attaques humaines, avec ou sans armes, étaient redoutables sur les loups, les blessures infligées par ces derniers pouvaient être très graves. Dark, le lieutenant commandant l'armée du soleil, se battait tantôt dans les airs, tantôt au sol, pourfendant les deux terrains d'une vitesse incroyable, laissant toujours une morsure ou une grave griffure à un ennemi à chacun de ses passages. Il était si rapide que personne ne parvenait à riposter.

Lily ferma les yeux, se boucha les oreilles et s'effondra à genoux dans le tapis herbeux. Ses larmes s'écoulaient calmement le long de ses joues comme de petits ruisseaux. Malgré tout, elle entendait les grognements, les rugissements, les gémissements, les hurlements, la douleur, la violence, les râles sortant des gorges agonisantes. Se rendant compte qu'il y avait peu de chance pour que quelqu'un ne s'en prenne à elle, Aron profita de l'occasion pour s'agenouiller à ses côtés et lui passa délicatement un bras autour de l'épaule pour la réconforter, sans toutefois quitter Selena des yeux. Celle-ci sautait par-dessus les loups et plantait son poignard là où elle pouvait. Elle avait eu la chance de ne pas encore avoir subi de trop graves attaques. Seules quelques éraflures se voyaient sur ses jambes qui jouaient entre les assaillants.
- Arrêtez ! hurla soudainement Lily.
Aron eut un soubresaut à cette exclamation et entreprit de serrer l'enfant contre lui pour la faire taire. Il ne fallait surtout pas qu'elle attire l'attention des loups ennemis. La fillette demeurait en pleurs contre le torse du jeune homme qui passait en revue tous les loups présents. Tout allait bien, aucuns ne semblaient avoir fait attention au cri de l'humaine. Les loups ailés qui se battaient au-dessus des autres faisaient perler une fine pluie sanglante sur la bataille à terre. C'était un véritable combat de rapaces, qui s'arrachaient poils et plumes. Chacun essayait de faire vaciller son adversaire vers le sol afin qu'un loup à terre ne le réceptionne avec perte et fracas. Tout à coup, Selena se retrouva nez à nez avec un imposant mâle au pelage immaculé, mise à part ses pattes cendrées. Il lui jeta un regard menaçant en retroussant les babines. La jeune fille s'apprêta à le pourfendre de sa lame lorsque, soudain, le loup s'illumina d'une lumière verdoyante. Eberluée, Selena stoppa son geste. Son regard s'arrondit en voyant le loup allonger son apparence en forme humaine. Lorsque la lueur émeraude disparue, l'animal était devenu homme, grand, musclé, cheveux poivre et sel. Son regard rouge-sang transperçait celui de la jeune fille. L'homme étira un sourire qui dévoilait des canines lupines, mais Selena restait toujours aussi abasourdie. "Seuls les loups de clan ont ce pouvoir !" songea-t-elle, complétement décontenancée.
- Selena ! s'écria Aron en voyant sa sœur perdre subitement ses moyen devant l'ennemi qui lui sauta à la gorge, encerclant son cou de ses mains raides.
Par chance, une femme à la chevelure bleutée comme l'océan se jeta sur le dos de l'homme et passa une lame à la jugulaire avec une rapidité étonnante. L'ennemi n'eut aucun moyen de réagir. Devant l'échappatoire de son propre sang, il s'effondra en lâchant sa prise. Selena se releva, se massant le cou d'une main, son poignard dans l'autre, elle remercia son alliée d'un signe de tête avant de reprendre ses esprits et repartir à la bataille. Bientôt, elle tomba sur un autre loup de la Meute de l'Ombre qui prit l'apparence d'un bipède mais cette fois-ci, ne laissa aucune faille dans sa défense. Elle le blessa de sa lame à l'épaule mais il riposta d'un sabre qui entailla la joue de la jeune fille. Son adversaire bondit sur elle, la lame en avant et Selena dû se servir de son couteau comme bouclier en la lame de l'épée. Aron parut rassuré, ce qui n'était pas le cas de Lily qui gémissait dans ses bras.

Au bout d'un moment, un loup de la Meute de l'Ombre s'éloigna en claudiquant du champ de bataille avant de pousser un long hurlement de retraite. Aussitôt, tous ses congénères s'éclipsèrent des attaques des loups du soleil pour le rejoindre dans la plaine. Ceux qui avaient pris forme humaine récupérèrent leur apparence canine. Ils battirent ainsi en retraite et quittèrent les lieux jusqu'à disparaître dans l'immensité de la plaine. Les loups du Clan du Soleil ne cherchèrent pas à les rattraper et étaient soulagés de la fin de cette bataille. Il n'y avait pas eu beaucoup de morts. Seuls cinq corps gisaient au sol, dont deux guerriers du clan. Dark, le lieutenant du soleil, tenait l'un des trois autres corps entre ses crocs, il venait apparemment de l'achever. Aucune blessure ne salissait son pelage à majorité noir. Ses grandes ailes de chauve-souris se replièrent comme du papier dans son dos et il finit par lâcher la gorge sanguinolente de sa dernière victime. Les autres membres du clan reprirent pour certains leur apparence de loup, Selena également, et tous prirent quelques minutes à se retrouver et se lécher mutuellement leurs blessures en signe de félicitation au combat et de soutien à leur souffrance. Selena toutefois, ne s'y prêta pas. Une fois à quatre pattes, elle rejoignit rapidement son frère qui avait toujours son apparence d'adolescent. Il berçait l'enfant dans ses bras en lui murmurant des mots de soulagement.
- C'est fini, lui disait-il d'une voix doucereuse.
- Tout va bien ? s'empressa de demander sa sœur en arrivant à ses côtés, la langue pendante.
Le garçon leva son regard émeraude sur elle. Il reflétait toute l'inquiétude dont il avait fait preuve à son égard durant la bataille ainsi que l'humiliation de ne pas y avoir participé.
- Et toi alors ? répliqua-t-il, tu as failli te faire tuer ! Pourquoi tu n'as pas réagi ?!
- C'était si soudain ! As-tu déjà vu un Solitaire prendre forme humaine ? C'est impossible ! Comment va Lily ?
L'enfant se détacha du jeune homme. Ses yeux remplis de larmes se levèrent vers le visage familier de la louve beige. Lily remarqua l'entaille rouge à la joue de cette dernière et s'agrippa à sa fourrure, fourrant son nez dans son encolure, tétanisée. Ces carnages de guerre n'avaient rien à faire dans le cœur d'une petite fille. Selena posa doucement son museau sur l'épaule de l'enfant.
- Elle n'a rien à faire parmi nous, lui dit son frère.
Selena hocha doucement la tête mais tant de questions se bousculaient dans sa tête. Elle ne se fit pas prier pour les partager avec Aron.
- Je ne comprends pas…Pourquoi la Meute de l'Ombre nous a-t-elle attaqué ? Et comment ses membres ont-ils réussit à se changer en humain ?

*******************************
"Est-ce que le matin tu ne crois plus à la lune parce que le soleil se lève ?"
"Et est-ce que tu ne crois plus au soleil parce qu'il est caché par les nuages ?"


© Cissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clansdesastres.forumactif.org
Archange
Dieu et Fondateur de ces Terres
avatar

Points : 1000
Date d'inscription : 02/12/2012

MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Mar 28 Mar - 23:43

LIVRE IV

L'Héritage des Astres


_____________________________________

CHAPITRE
1
Le Pouvoir des Cristaux




La nouvelle s'était répandue comme une traînée de poudre. Au Château de Lumière, tout le monde ne parlait plus que de l'étrange acquisition de pouvoir par les loups de la Meute de l'Ombre. Cette information avait suscité une certaine inquiétude parmi les loups du Clan du Soleil. Après leur victoire face aux troupes de la meute de Solitaires, Selena, Aron et Lily étaient finalement revenus au sein du clan, escortés par la cohorte de leur lieutenant, Dark, un loup à l'apparence et comportement qui n'inspirait guère la confiance de la jeune humaine. Cependant, elle lui devait sa vie et celle de ses deux amis canins.
- Es-tu bien certaine de tes dires Selena ? lança la voix imposante de Sanom, le roi du clan.
Il avait convoqué la louve ainsi que son frère et la petite humaine dans une pièce reculée du château afin de pouvoir en discuter dans le calme le plus total. Le grand mâle ailé était accompagné de sa reine qui était assise à ses côtés, ainsi que de Dark qui se tenait à l'écart, dans un coin de la salle. Lily se trouvait en retrait également, consolée par la jeune Lyra qui se blottissait contre elle pour l'aider à se remettre de ses émotions de cet après-midi. La louve beige à la ceinture munit d'un poignard bomba la poitrine devant son roi en répondant d'une voix forte :
- Certaine ! Un loup s'est métamorphosé en homme juste sous mes yeux avant de m'étrangler, ce n'est quand même pas une illusion !
- D'accord, d'accord, répondit le roi, calme-toi Selena, il y a forcément une explication. Ce n'est pas normal que des Solitaires parviennent à utiliser ce pouvoir.
- Pourtant, intervint Aron, beaucoup d'entre eux l'ont fait.
Sanom émit un grondement sourd, démontrant son mécontentement et son incompréhension. Lily et Lyra écoutaient en silence la communion. Dark et Wind maintenaient leur opinion pour eux-mêmes. Mais le silence, qui battait à plein régime, finit par rendre Lily anxieuse et elle se permit de demander timidement :
- Euh…Dans mon livre aussi, c'est écrit que les loups peuvent devenir humains.
- Les loups de clan seulement, corrigea le roi, nous tenons ce pouvoir de Nekar, le Dieu-Soleil et les loups de la lune de Tikar, la déesse lunaire. Depuis des cycles et des cycles, nos dieux nous remercient de notre vénération pour eux en nous octroyant ce fabuleux pouvoir par l'intermédiaire des Cristaux Célestes.
- Des Cristaux Célestes ?
- Nous avons bâti un temple dans les profondeurs du château, expliqua Wind, en hommage à Nekar, le Temple Boréal. C'est dans ce temple que Nekar a créé nos cristaux solaires. Ce sont des dons précieux offert par le soleil. Ce sont eux qui nous permettent de nous transformer. Ils apportent lumière dans la nuit, chaleur dans le froid et fraîcheur dans la canicule. Ils sont envahis d'une magie pure et salvatrice.

Oubliant un instant les images de la bataille dans son esprit, Lily se retrouva fascinée de cette histoire. Pourtant, une fois encore, elle la connaissait déjà grâce à son livre, bien qu'il ne précisait pas toujours les détails. Connaître la vérité en vrai rendait l'information nouvelle. L'enfant savait ainsi que tout ceci était réel et n'avait pas à se l'imaginer quand sa mère lisait des lignes. Aux dires de la femelle, elle se souvenait ainsi avoir vu ces fameux cristaux au tournant d'un couloir ou dans la grande salle.
- Mais bien sûr ! s'exclama soudainement Aron.
Tous les regards dévièrent rapidement sur lui. Sanom se plaça devant le jeune guerrier qui avait un visage rayonnant d'un souvenir ressuscité.
- Qui y-a-t-il ? demanda le grand mâle.
- C'est évident Sire, souvenez-vous de ces vols de cristaux dans le château, ça fait plus de cinq jours que ça dure !
Le roi et la reine échangèrent subitement un regard. Lily, dans la confusion, tourna un air interrogateur à Lyra qui murmura à son oreille :
- Oui, depuis plusieurs jours, nous avons remarqué que des cristaux avaient disparus.
- On les a volés ?
La louve hocha la tête.
- Qui ? s'enquit à demander l'enfant.
Mais avant même que Lyra puisse répondre, Sanom reprit la parole :
- Ca expliquerait tout…Longtemps nous étions persuadés que les loups du Clan de la Lune nous volaient nos cristaux dans le but de nous affaiblir mais finalement, c'est plus probable que ce soit la Meute de l'Ombre la coupable de ces larcins !
Lily vit Selena hérisser l'échine avant de se placer au côté de son frère qui restait concentré sur la question. Dark demeurait impassible dans le coin de la pièce, seule Wind se mit à bouger en se levant et déclarant :
- N'allons pas trop vite en besogne Sanom. Ils sont aussi suspects que les loups de la lune mais nous n'avons aucune preuve.
- Bien sûr que si ! répliqua le mâle, cela explique pourquoi aucune trace odorante du Clan de la Lune ne se trouvait dans le château lors des vols ! De plus, il n'y a pas beaucoup d'autres alternatives pour que des loups Solitaires se mettent soudainement à obtenir les pouvoirs de l'astre et n'oublies pas que la meute a un comportement étrange en ce moment ! Pourquoi rôdait-elle dans la grande vallée ? Pourquoi nous a-t-elle attaqué ? La Meute de l'Ombre est installée dans les Bois de la Mort, tout à l'Est, de l'autre côté des Montagnes Sacrées, elle ne vient jamais en masse au centre des terres !

Un nouveau silence s'installa. La reine ne savait pas quoi répondre. Elle semblait avoir ravalé un commentaire qui ne valait désormais plus rien. Une lueur d'intérêt brillait dans le regard rouge-sang de Dark, toujours assit droit comme un i au fond de la salle. Selena et Aron approuvèrent totalement les dires de leur souverain. Pour eux, cela ne faisait aucun doute que la Meute de l'Ombre était responsable de ces fameux vols de cristaux mais Sanom se demandait comment elle pouvait parvenir dans le château sans se faire remarquer pour commettre ses vols ? La porte de bois de la pièce s'ouvrit soudainement, laissant apparaître dans son entrebâillement une jeune louve toute blanche, aux poils épais et à la longue queue féline et touffue. Lily la trouvait très belle dans sa démarche de noblesse qui faisait gracieusement danser ses longs poils sur son échine. Mais cette beauté était quelque peu décimée par le visage angoissé de la femelle qui se rendit auprès des deux souverains.
- Izu ? fit Sanom, que se passe-t-il ?
La jeune louve enfonça son museau dans le flanc du grand mâle.
- Père ! gémit-elle, Khan n'est toujours pas revenu, je suis inquiète !
Sanom accueillit sa fille d'un coup de langue entre ses deux oreilles pour la réconforter. Lily assistait à la scène avec une bouffée de chaleur au cœur.
- Ne t'inquiète pas Izu, rassura le loup ailé, je suis certain qu'il va revenir. Je vais envoyer une patrouille à sa recherche. Cela permettra de voir aussi si la Meute de l'Ombre est toujours dans le coin.
- Sire, intervint Selena, le prince Khan était venu à notre secours lorsque Imfer et les siens nous ont attaqué.
La louve blanche comme neige pivota son museau vers la guerrière.
- Il était partit vous retrouver pour vous accompagner dans le Royaume de la Lune…expliqua-t-elle.
Lily serra inconsciemment une touffe de fourrure de Lyra pour se rassurer. Elle se souvenait très bien de ce grand et magnifique loup au pelage clair et aux impressionnantes ailes qui s'était interposé entre elle et la féroce louve à la fourrure noire et rouge. Il avait démontré un courage à couper le souffle bien qu'il n'avait pas pu retenir les fils et filles de la terrifiante femelle de poursuivre Selena, Aron et Lily. Qu'était devenu le vaillant prince ? Lily était très inquiète. Elle devait la vie à ce loup, tout comme ses deux compagnons. Elle craignait le pire et s'enfonça un peu plus dans les poils blancs de son amie lupine qui semblait tout aussi bouleversée qu'elle. Sanom se tourna vers Dark qui dressa les oreilles en croisant son regard.
- Envoi un bêta et sa patrouille à la recherche de mon fils, ordonna le roi au lieutenant.
Lily fixait le loup au sombre pelage incliner la tête avec respect sans prononcer le moindre mot. Quand il se leva, elle ne put s'empêcher de bloquer ses iris verts sur les étranges ailes de l'animal jusqu'à ce qu'il disparaisse derrière la porte, suivit de Sanom, puis de sa compagne. Selena et Aron, comprenant que la réunion était terminée, engendrèrent le pas. Lyra se leva à son tour, imitée par Lily, et se dirigea vers la porte. L'enfant s'arrêta avant cependant, et regarda la belle louve blanche qui était restée immobile au centre de la salle, le museau pointé vers le bas, les yeux reflétant toute l'inquiétude au sujet de son frère disparu. Lyra remarqua l'arrêt de la petite humaine et stagnait devant la porte tandis que Lily s'approcha doucement de la princesse.
- B-Bonjour, balbutia-t-elle, plus émerveillée par la beauté de la louve qu'intimidée.
La femelle au pelage de velours dressa légèrement les oreilles. Elle se ressaisit un peu de ses émotions au contact de l'enfant avant de la regarder.
- Alors c'est toi la petite d'humain ? fit-elle d'une voix calme et douce, on m'a parlé de toi plus d'une fois. Désolée, nous n'avons pas encore trouvé le temps de nous rencontrer mais je suppose que tu sais déjà qui je suis ?
Lily hocha la tête.
- Princesse Izu, répondit-elle.
La louve se força à sourire.
- Et toi, tu es Lily. Celle qui vient d'un autre monde. J'ai appris ce qui s'est passé aujourd'hui.
Elle jeta un bref regard à Lyra, qui patientait devant la porte ouverte, puis reprit :
- Tu n'aurais jamais dû assister à une scène aussi horrible. C'est la première fois que la Meute de l'Ombre s'en prend à nous de la sorte.
Lily sentit une lourde boule au ventre qui l'obligea à dévier son regard des prunelles rougeoyantes de la princesse. Quand elle se sentit mieux, elle répondit d'une petite voix :
- Khan m'a sauvé la vie…
Izu la considérait du regard, se passant un coup de langue mal à l'aise sur les babines, nerveuse.
- Je sais…murmura-t-elle d'une voix attristée.
Se rendant compte du fardeau que portait la louve, l'enfant s'empressa d'ajouter :
- Et il est très fort ! Il reviendra ! Comme Jack…Il reviendra…
Sa petite voix s'estompa doucement. Son frère lui manquait terriblement. Elle ne cessait de se demander ce qu'il advenait de lui mais croyait en la bonté des loups du clan rival. Il devait être aussi bien traité qu'elle ici. Cependant, depuis la bataille d'aujourd'hui, la petite fille s'était rendu compte qu'elle n'était pas dans un conte fabuleux mais bel et bien dans une triste réalité. Elle songeait à son propre monde, sa maison, et sa famille qui devait la chercher partout. Oh comme elle s'en voulait d'avoir désobéit et fait un caprice ! Les larmes lui montaient aux yeux qu'elle se mit à essuyer de ses petits poings en sanglotant. Izu passa un coup de langue affectueuse sur les perles salées qui prenaient la fuite sur ses joues rougies par le chagrin.
- Nos frères nous reviendrons, lui dit-elle, tu as raison, gardons l'espoir !
Lily sécha ses pleurs d'un revers de la manche de son pull rose qui lui tenait trop chaud et renifla bruyamment. Lyra contemplait la scène avec compassion lorsque des cris s'élevèrent dans les couloirs du château, attirant l'attention de tout le monde.

Soudain, un jeune loup tricolore de beige, noir et marron se précipita dans l'allée. Il freina brutalement devant la chambre où se trouvaient les deux louves blanches et l'enfant. C'était Devlin. Le jeune mâle avait volé la place d'un garde lors de l'arrivée de Lily au château pour la première fois. Trop brutal, il glissa maladroitement sur le dallage gris et se cogna l'épaule à l'encadrement de la porte. Surprise par cette arrivée fracassante, Lyra se recula d'un pas. Izu et Lily la rejoignirent pour voir le turbulent loup se relever comme si de rien n'était.
- Les filles ! s'écria-t-il sans même prendre le temps de s'incliner devant la princesse, vous avez entendu ? Le prince est de retour !
Izu retint une exclamation. Lily et Lyra échangèrent un regard soulagé, trahissant la montée de joie en elles. Devlin ne les attendit pas plus longtemps et détala dans le couloir comme un lapin avant de disparaître à un tournant, Izu sur ses talons qui faisait virevolter sa longue queue touffue derrière elle. Lily et Lyra s'engagèrent à sa suite. La jeune louve blanche trottinait à la cadence des pas de course de l'enfant. A la suite d'un escalier et d'un petit dédale de couloir illuminé par les derniers rayons du soleil couchant, tous débarquèrent en trombe dans la grande salle. Un attroupement de loups encerclaient le grand prince qui dépassait la majorité en taille. A ses côtés s'inquiétaient le roi et la reine devant l'échine courbée du loup. Devlin se perdit dans la masse. Izu s'y fraya un passage aisément grâce à son statut. Lyra n'osait pas l'imiter et resta en retrait du troupeau avec la jeune humaine qui se mettait sur la pointe des pieds afin de mieux voir.

Khan avait la tête basse, la langue pendante, les pattes tremblantes, mais tenait solidement debout. Il était rentré seul à la surprise générale, tout juste avant le départ de la patrouille. Son clair pelage était salit de multiples blessures. Ses poils étaient rougis de sang, du sien et probablement de celui de ses récents ennemis. L'une de ses grandes ailes était particulièrement amochée, sanguinolente, aux plumes manquantes par endroit. Son museau était éraflé d'une profonde griffure et ses épaules meurtries de plusieurs morsures. Les loups présents échangèrent des mots entre eux, soulagés de revoir leur prince vivant. Izu quitta la foule et rejoignit son frère bien aimé, apposant sa tête contre son poitrail ensanglanté. Khan lui passa un coup de langue entre les oreilles pour la réconforter avant de lui murmurer des mots rassurants.
- Khan ! gémit la princesse, j'étais si inquiète ! Je suis si heureuse que tu aies pu leur échapper !
- J'ai eu énormément de chance, répondit faiblement le grand mâle.
- Un peu plus et j'envoyais une patrouille à ta recherche, mon fils, ajouta Sanom d'une voix chaleureuse.
Il sentit la tête de sa reine se coucher sur son épaule. La grande femelle avait toujours essayé de rester noble et de ne pas crouler sous ses émotions mais le retour de son fils était pour elle comme un miracle. Un loup passa à côté de Lily d'une démarche mal assurée. Il avait la tête qui pesait vers le bas, des membres raides, un épais pelage orangé qui rappelait le halo du coucher de soleil et un museau blanchit par les années. Lily suivit le vieux mâle d'un regard intrigué. Elle le vit disparaître dans l'attroupement canin autour du prince. Curieuse, l'enfant s'y faufila également sans laisser le temps à Lyra de la retenir. Le loup à la fourrure de flamme rejoignit les souverains à pas fatigués. Son approche poussa la jeune princesse à se retirer de son frère et rejoindre la chaleur corporelle de ses parents. Lily passait agilement entre les corps des loups jusqu'à arriver devant tout le monde au moment où le vieux loup examinait les blessures du grand prince. Lyra s'excusa auprès de tous les loups qu'elle devait pousser d'un peu pour pouvoir rejoindre sa petite protégée.
- Qu'est-ce qu'il fait ? demanda l'enfant lorsque la louve blanche parvint enfin à la retrouver.
- C'est notre Sage Kiram, répondit-elle d'une voix basse.
- C'est quoi ?
- C'est un grand connaisseur de la vie et des croyances. Il connaît l'histoire du monde et conseille nos souverains. C'est également notre loup-médecin et celui qui interprète la volonté des dieux. C'est notre plus vieux compagnon. Il a eu ses trente ans il y a peu de temps mais pour cela, il a dû renoncer au pouvoir des cristaux.
- Pourquoi ?
- Pour rester plus longtemps près de nous…Notre espérance de vie se situe aux alentours de vingt-ans. Kiram a abandonné son pouvoir de transformation humaine auprès de Nekar afin que ce dernier lui accorde de nouveaux cycles à vivre.
La louve sentit son cœur se serrer et poursuivit d'une petite voix :
- Mais tout le monde a senti…Que bientôt, il aura atteint la fin de son temps…
- Suivez-moi, Prince Khan, ordonna calmement le vieux mâle avant de se détourner du grand loup et de tracer un nouveau chemin entre les autres canidés de sa démarche clopin-clopant.
Khan le suivit en retenant des grimaces de douleur à chacun de ses mouvements, laissant perler sur les dalles grisâtres quelques gouttes écarlates. Bientôt, ils disparurent aux yeux de tous dans le tournant d'un couloir.

*******************************
"Est-ce que le matin tu ne crois plus à la lune parce que le soleil se lève ?"
"Et est-ce que tu ne crois plus au soleil parce qu'il est caché par les nuages ?"


© Cissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clansdesastres.forumactif.org
Archange
Dieu et Fondateur de ces Terres
avatar

Points : 1000
Date d'inscription : 02/12/2012

MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Sam 1 Avr - 1:14

CHAPITRE
2
Alphas et Bêtas




Le halo orangé du soleil couchant caressait le peu de nuage qu'il y avait dans le ciel d'une couverture rosée. Les cieux viraient dans un dégradé violacé et le manteau bleu nuit qui tapissait l'horizon opposé faisait petit à petit apparaître les étoiles. Les derniers rayons de lumière étaient tout ce qui restait de l'astre du jour, dévoré par la lande lointaine. Un vent frais s'éleva contre le visage de Jack. Cheveux au vent, il inspirait l'agréable fraîcheur du soir.

Les pattes blanches rayées de bleu repliées sous elle, Lune Blanche parcourait le ciel d'un vol assuré. Elle était cependant fatiguée du voyage, qui n'était pas arrangé par le poids du garçon sur son dos. Malheureusement, la jeune louve immaculée n'osait pas se poser pour reprendre son souffle. En effet, elle était en train de survoler une jungle immense qui s'emparait du sud des terres, celle qui bordait la forêt juste avant le Château de l'Ombre. Inquiet par le souffle haletant de l'animal, Jack lui caressa le cou en penchant un peu la tête sur le côté pour essayer de capter son regard.
- Tout va bien Lune Blanche ? demanda-t-il alors.
- Ne t'inquiète pas, souffla la louve, nous sommes presque arrivé !
La femelle n'avait pas tort, car les grandes tours de sombres pierres étaient proches. Bientôt, les premiers murs du château seraient visibles ainsi que la muraille rocheuse qui entourait le domaine. Alors que Lune Blanche survolait la Forêt du Sud, Jack apercevait même la lumière qui luisait aux fenêtres de la bâtisse. Brume lui avait expliqué le pouvoir des cristaux lunaires, offert au Clan de la Lune par la déesse Tikar au sein d'un temple à l'écart du château : le Temple Etoilé. C'était grâce à ces pierres magiques que le clan disposait de lumière durant la nuit.

Soudain, la louve ailée plongea vers le sol. Jack s'accrocha délicatement à son pelage blanc, craignant de lui faire mal. Lune Blanche esquiva maladroitement les frondaisons de l'épaisse forêt, sentant des touffes de fourrure se raccrocher à des branches. Elle arriva néanmoins sans plus d'encombres sur le sol frais des bois plongés dans la pénombre nocturne. Même quand la lune sera levée, ses pâles rayons d'opale ne parviendront pas à traverser le feuillage de la végétation environnante. Jack sauta à terre, ne posant aucune question. Il imaginait que la louve était à bout de force pour continuer dans les airs.
- Il est plus prudent de continuer comme ça, expliqua Lune Blanche.
Jack se sentit incrédule. Est-ce que la louve refusait de lui avouer sa fatigue ? Ou bien y avait-il un réel risque dans le ciel ? La femelle craignait-elle les loups de clans ? Il n'osait pas le lui demander et se contenta d'hocher la tête.
Les deux amis reprirent ainsi leur route à travers la végétation pourvue de nombreuses et belles fleurs qui poussaient un peu partout. Un mouvement au-dessus de leur tête attira l'attention du garçon qui reconnut un petit dragon qu'il perdit rapidement de vue dans l'obscurité. Il ne fallut pas longtemps à la louve et l'enfant pour s'extraire de la forêt et se retrouver face aux imposants remparts de roc qui précédaient le château. Ils étaient naturellement franchissables sans avoir besoin d'emprunter la voie des airs. Tous les loups du Clan de la Lune n'étaient pas pourvus d'ailes. Il suffisait d'avoir de bonnes pattes.
- Nos chemins se séparent ici, fit la louve en arrêt à la lisière du bois.
Elle se refusait à faire un pas de plus. Elle se sentait déjà suffisamment mal à l'aise d'avoir pénétré aussi loin le Royaume de la Lune qui recouvrait tout le sud des terres depuis la forêt. Jack n'avait encore jamais vu d'autres frontières ni même ce qu'il y avait derrière le Château de l'Ombre. Il ne se fiait plus à son livre de conte pour satisfaire sa soif de découverte. Il y a longtemps qu'il s'était rendu compte à quel point la réalité rendait nouvelle et impressionnante toute chose déjà connue.
- Merci Lune Blanche, répondit l'enfant avec un serrement au cœur, je n'oublierais jamais ce que tu as fait pour moi.
- N'en parlons plus. J'espère que tu retrouveras vite ta sœur. J'espère que vous retournerez vite dans votre monde.
Jack lui enlaça tendrement l'encolure. Lune Blanche posa son menton sur son épaule et ferma un temps les yeux. C'était la première fois qu'elle avait ce sentiment d'amour envers un être humain. Toute sa vie, elle avait craint les humains de la Terre et leur technologie dévastatrice. Elle ne pouvait rien reprocher au garçon. Depuis qu'elle vivait dans les Terres d'Archange, elle était seule. Sa rencontre avec Jack avait pansé une de ses plaies du cœur.

L'enfant desserra doucement son étreinte. Son regard exprimait le regret de devoir se séparer de celle qui lui avait sauvé la vie. Lune Blanche en exprimait la tristesse. Jack lui fit une dernière caresse derrière son oreille bleue avant de s'écarter d'elle à reculons. Un dernier au revoir de la main avant de se tourner vers les remparts rocheux qui formaient une ombre sinistre devant lui. Il leva les yeux vers le ciel. Il n'y avait plus aucune trace de jour dans le plafond sombre. Bientôt, la lueur argentée recouvrira le ciel de par son astre et ses étoiles. Arrivé à deux centimètres de la paroi, Jack jeta un œil par-dessus son épaule. Le pelage immaculé de la louve luisait dans l'obscurité. Elle attendait toujours à l'orée de la forêt, jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus voir le garçon. Ce dernier se mit à chercher une ouverture qui lui permettrait de franchir la palissade de pierre. Un couloir, un endroit moins haut, une pente…Il avait déjà vu des loups passer par ce genre d'endroit. Il fallait juste les trouver, ce qui n'était pas évident dans la pénombre.

Tout à coup, Jack entendit un féroce grondement suivit d'un couinement de douleur affreux qui le fit sursauter et faire volte-face sur l'instant. La blancheur de la louve avait disparu, projetée plus loin par une masse sombre et énorme qui la plaquait au sol. Impossible de différencier quoi que ce soit dans le noir, Jack était en panique. Il voyait les parcelles de la fourrure immaculée se débattre sous le corps immense d'une bête qui s'acharnait sur elle. Lune Blanche couinait de terreur, donnant des coups de pattes maladroits. La créature se pencha sur elle, Jack vit des crocs luire, la louve blanche hurla de douleur. L'enfant eut un violent frisson, angoissé à l'idée de ne pouvoir sauver son amie du monstre. Pourtant, voyant la louve se débattre pour sa survie, il prit son courage à deux mains et s'empressa de ramasser une branche qui traînait non loin avant de se ruer vers la créature. Il enfonça le bâton dans la masse noire avant de se rendre compte de la présence d'une immense paire d'ailes entre ses omoplates. Une longue et puissante queue touffue se détacha du corps sombre et frappa de plein fouet l'enfant qui fut propulsé deux mètres au loin. Jack atterrit lourdement au sol en étouffant un gémissement. La lune qui prenait place dans la toison noire illuminait la terre d'une lueur nouvelle, blanche et pure. Les rayons atteignirent la scène du combat. Jack vit ainsi se dessiner devant lui un énorme loup ailé au pelage noir parsemé de marques bleues qui venait de lancer la pauvre Solitaire contre un arbre de la forêt. Jack le reconnu. Pas de doute, ce grand mâle était celui qu'il avait bousculé la veille dans le couloir du château. Un canidé à la corpulence impressionnante et terrifiante.

Lune Blanche se releva avec bien des difficultés. Elle prenait appuie sur l'arbre pour maintenir son équilibre. Sa belle fourrure blanche était maculée de tâches rougeâtres au niveau des morsures de son adversaire. Elle lâcha une plainte douloureuse en essayant de poser l'une de ses pattes avant au sol. Jack était épouvanté en voyant le grand mâle prêt à l'achever.
- Non ! hurla l'enfant, arrêtez !
Mais le loup faisait la sourde oreille. D'une puissante patte musclée, il écrasa la femelle alors que celle-ci avait tenté de s'envoler pour lui échapper. Peine perdue. En dernier recours désespéré, elle lui mordit cette même patte mais à ce moment-là, le mâle lui saisit la nuque dans ses grandes mâchoires. Jack retint un cri d'horreur en entendant le gémissement aigu de la femelle. Soudain, une ombre plana au-dessus de la tête de l'enfant et un deuxième loup ailé se posa derrière le grand mâle. A l'aide des rayons lunaires, Jack reconnu rapidement le pelage rouge et blanc et les ailes noirs de Cœur Fort.
- Arrête Maelström ! ordonna le roi d'une voix forte.
Jack fut soulagé de cette intervention. Lune Blanche, blessée, ne trouvait plus la force de se lever. Son regard terrifié se posait simultanément sur les deux mâles. Elle tremblait de tous ses membres, la gorge et les épaules ensanglantées. Le grand loup noir émit un grondement rauque, mécontent d'être ainsi interrompu. Sa masse imposante pivota lentement en direction du souverain qui paraissait bien maigre à côté.
- C'est une Solitaire ! gronda-t-il.
- Je le sais ! répliqua Cœur Fort, elle est donc neutre par définition.
- Qu'importe ! Les Solitaires ne sont pas admis sur notre territoire !
Le loup noir fit volte-face vers la malheureuse femelle qui tressaillit en croisant ses petits yeux blancs perçants de fureur.
- Je t'ai donné un ordre ! rugit Cœur Fort.
Le loup rouge et blanc s'interposa avec force et donna un rude coup de griffe dans la figure du grand mâle qui s'apprêtait à abattre la louve ailée. En l'espace d'un instant, Jack crut d'abord que Maelström allait se jeter sur son roi. Il se rebiffa au dernier moment, ravalant ses crocs et se reculant de quelques pas, la queue basse de soumission. Cœur Fort, qui était de nature placide, que Jack n'avait encore jamais vraiment vu prendre de décision royale au contraire de la reine Raven, venait de révéler à quel point il pouvait se montrer féroce. Pourtant, la différence de corpulence offrait largement l'avantage au grand loup noir. Le regard glacial de ce dernier jeta son dévolu sur l'enfant qui sentit un frisson dans son échine.
- C'est toi qui a amené cette Solitaire ici ! lança furieusement l'animal.
Effrayé, Jack fit un pas de recul.
- Laisses-le ! riposta le roi, rien ne justifie ton attitude !
- Une Solitaire se promenant aux abords du château ! ragea le grand mâle, elle a violé notre royaume ! Elle est peut-être une espionne de la Meute de l'Ombre ! Cet affront doit être puni !
Cœur Fort se tenait devant la femelle mal en point et foudroyait le loup noir du regard.
- Ca suffit ! Tu lui as assez réglé son compte, non ?!
- Lune Blanche ! s'exclama soudainement Jack.
La louve blanche était parvenue à se remettre sur ses pattes. Des gouttes de sang perlaient sous elle, s'échappant de son pelage immaculé. Elle s'éclipsa en claudiquant le plus rapidement possible dans la forêt et disparue dans le noir. Voir cette fourrure blanche s'estomper dans la pénombre lui donnait l'impression de voir une étoile s'éteindre dans la nuit.
- Lune Blanche ! hurla à nouveau l'enfant avant de rejoindre l'orée du bois.
Une aile noire lui barra le chemin, Cœur Fort se tenait près de lui.
- Laisse-la partir, lui dit-il, Maelström a raison. Les Solitaires n'ont pas le droit de dépasser nos frontières.
Jack serra les poings en se tournant vers le loup.
- Mais elle m'a sauvé la vie ! Elle m'a ramené ici !
Cœur Fort hocha la tête.
- Je sais. C'est pour cela que j'aurais voulu l'épargner à tout prix.
Il jeta un œil de reproche à Maelström qui se tenait à quelques mètres de là. Ce dernier émit un grondement sourd du fond de la gorge en abaissant légèrement ses oreilles en arrière. Ses yeux blancs emplis de noirceur fusionnaient avec ceux de son roi. Sous l'autorité de ce dernier, il finit par détourner le museau à contre cœur.
- Tout va bien ? reprit Cœur Fort, on s'est fait un sang d'encre pour toi. Brume nous a raconté qu'il t'avait laissé dans la Grande Vallée le temps d'affronter des ligres mais qu'il n'est pas parvenu à te retrouver.
Jack inspira profondément, encore bouleversé par ce qui était arrivé à la louve qui avait pris le risque de l'escorter jusqu'ici.
- Brume m'avait demandé de me cacher mais des hyènes m'ont attaqué et je serais mort depuis longtemps si Lune Blanche n'était pas venue me sauver !
Il dévia ses iris sur Maelström qui le scrutait au loin. L'enfant le pourfendit de rancœur.
- Elle m'a hébergé et m'a ramené ici sur son dos, insista-t-il, on a voyagé toute la journée !
- Je suis désolé de ce qui est arrivé à ton amie, répondit calmement le roi, tu dois être épuisé et affamé. Je vais te ramener au château. Brume sera ravi de voir que tu n'as rien.
Jack renonça à essayer de faire comprendre au loup que Lune Blanche lui était devenue une amie très chère. Il lui devait la vie, l'hospitalité et même rien que son amitié était importante. Cette louve avait vécu des malheurs dans le monde du garçon, tant qu'il éprouvait pour elle une compassion hors du commun. L'enfant acquiesça les paroles du roi. Il tourna les talons avec lui avant de se rendre compte que Maelström avait disparu, probablement déjà rentré au clan. Cœur Fort entama la marche et se trouva un étroit passage dans la muraille de pierre. Jack, qui marchait à ses côtés, finit par rompre le silence de la nuit :
- Merci d'être intervenu…
- Je t'en prie.
La sentinelle de la grande porte de fer céda tout de suite le passage de son roi. Il faisait trop sombre pour que Jack puisse l'identifier. Ensemble, le mâle et l'enfant traversèrent le hall, sous le regard de quelques loups présents. Dans un coin de la pièce, un gros cristal luisait d'un éclat bleuté. Son rayonnement plongeait une partie des visages canins dans la lumière. Avant de passer dans la salle suivante, Jack reconnu Noiros, le loup indigo aux pattes noires. D'après Brume, c'était un guerrier du clan. Il était allongé entre deux grosses pierres, sa tête posée sur ses pattes étendues devant lui, endormi. Jack pensa à sa propre fatigue et se mit à bailler, ainsi qu'à sa faim que son estomac rappela d'un gargouillis peu discret.

Le loup rouge et blanc ouvrit les portes suivantes et pénétra dans la grande salle. Beaucoup de loups présents y avaient trouvé leur couche. Soit ils dormaient, soit ils étaient encore éveillés à converser entre eux ou à manger. Aux quatre coins de la salle immense scintillaient des cristaux lunaires. Ils reposaient sur des bougeoirs métalliques encastrés dans les murs de pierres sombres. Près de l'un d'eux, la maigre silhouette aux énormes cornes recourbées de Pandore, le lieutenant du clan, interpella l'enfant. L'étrange louve peinte de marron et de noir scrutait les lieux avec attention. Jack s'empressa de regarder ailleurs, craignant ses iris écarlates. Tout à coup, il percuta un loup qui passait devant lui.
- Oh ! s'exclama Jack, prit de cours, je suis désolé !
Il rouvrit les yeux qu'il leva sur un fin et long museau crème. Le loup à l'épaisse fourrure n'avait pas d'ailes mais une crinière de longs poils aux extrémités noires encerclait son encolure, lui offrant noble allure. Jack se souvint de ce loup qu'il n'avait jusque-là vu qu'une seule fois. Il s'appelait Nosk. D'un calme impassible, l'animal regarda l'enfant.
- Il n'y a pas de mal, répondit-il d'une voix doucereuse.
Il reprit sitôt après son chemin et disparu dans la noirceur d'un couloir.
- Papa ! s'écria soudainement une voix aigüe.
Jack s'arrêta à temps, manquant de peu de se faire renverser par un petit louveteau au pelage fauve et aux pattes noires. Un bandeau jaune soutenait une touffe de poils noirs au-dessus de ses grands yeux pétillants. Haut sur pattes et rempli d'une vitalité sans faille, le petit loup se rua dans les pattes du souverain, la queue battante.
- Pourquoi es-tu parti sans moi ? s'exclama-t-il, je voulais aller avec toi !
Le mâle lui écrasa la tête d'une patte pour le calmer.
- La prochaine fois Sinfor, répondit-il chaleureusement, c'est promis. Tu connais déjà Jack non ?
Agité, le petit se tourna vers l'enfant que lui désignait son père et le toisa rapidement du regard.
- Euh…Non ! lança-t-il, mais j'ai déjà entendu parler de toi ! Tout le monde raconte que tu viens d'un autre monde !
- Oui, répondit Jack, c'est vrai. Et toi, tu es…prince alors ?
- Exactement ! Je suis le prince Sinfor, fils du roi Cœur Fort et de Raven !
Le louveteau aux pattes d'ébène bomba fièrement le torse. Jack l'observait, fasciné. Ce monde l'émerveillait de plus en plus. Il avait su oublier un instant le malheur qu'il s'était abattu sur Lune Blanche. Quand il y repensa de nouveau, il se disait qu'il tenterait de la retrouver, quoi qu'il arrive.
- Je n'avais encore jamais vu un vrai humain d'aussi près ! poursuivit le louveteau, c'est vrai qu'on leur ressemble beaucoup quand on se transforme !
Les yeux de Jack s'illuminèrent. Il avait complétement oublié ce fabuleux pouvoir.
- Tu peux te transformer ? demanda-t-il au petit loup.
Mais celui-ci nia d'un signe de tête avant de répondre :
- Je n'y arrive pas encore.
Jack voulu renouveler sa question pour le roi mais ce dernier s'était déjà éloigné plus loin. En s'en rendant compte, son fils se hâta de se poursuivre. L'enfant se décida à partir à la recherche de Brume parmi les autres loups qui se trouvaient dans la salle. Il en repéra quelques un qu'il connaissait déjà comme Clantar et Blizzard Ardent. Les voyant dormir, Jack n'osa pas s'en approcher. A proximité d'un sombre couloir, il repéra la masse imposante de Maelström et sentit son corps se raidir. Ce loup lui imposait plus la crainte qu'autre chose. Le grand mâle était en pleine conversation avec la reine Raven, assit face à face, leurs ailes repliées contre leurs flancs.
- Te revoilà Jack ! s'écria soudain une voix.
Le jeune garçon dévia son regard vers un loup blanc aux ailes noires qui vint le rejoindre au petit trot.
- Brume !
L'enfant se jeta au cou de l'animal.
- Où es-tu donc allé te perdre encore ? lança joyeusement le canidé immaculé, nous t'avons chercher partout !
- Oh si tu savais !
Jack se décolla de la douce fourrure de l'animal qui battait doucement de la queue.
- Tu dois être mort de faim, lui-dit-il, suis-moi, je t'ai cueillit quelques fruits rien que pour toi ! Je crois me souvenir que les humains ne mangent pas de viande crue !
- On peut la faire cuir avec du feu tu sais.
- Sans doute, mais le feu est proscrit pour les loups ! Ce truc appartient aux humains. On y touche pas !
Jack se voyait mal se nourrir de fruits durant tout son séjour ici mais il n'avait pas trop le choix. Il ne s'imaginait pas non plus dévorant un cerf à belles dents !
- Merci Brume. Tu vas bien au fait ? Et Kartor ? Vous avez battu les ligres ?
- Evidemment ! s'enorgueillit l'animal, ces bêtes-là n'ont aucune chance contre nous.
Jack rigola. Il suivit son ami qui l'entraîna dans un petit couloir jusque dans une petite pièce à part. Il n'y avait personne d'autre. Brume présenta divers fruits aux formes et aux couleurs différentes qu'il avait disposé sur une petite table de bois. L'enfant s'assit sur un coussin rouge qui traînait par là et s'en régala déjà d'un bien juteux. Il ne connaissait aucun de ces mets, mais ils étaient délicieux. Brume se coucha non loin de lui, le sourire aux babines. Jack profita de ce moment de répit pour raconter en détail au loup blanc ce qui lui était arrivé. L'animal en riait comme s'il lui contait une histoire drôle. Au final, même l'enfant prenait le sujet avec humour, sauf lorsqu'il annonçait ce qui était arrivé à son amie Lune Blanche.
- Ce Maelström est terrifiant, conclut-il, il aurait pu la tuer !
Brume roula sur le flanc.
- C'est un de nos bêtas, lui dit-il, il a toujours été très…impulsif !
- C'est quoi un bêta ?
- Ce sont les loups les plus robustes parmi les guerriers. Ils servent de chefs lors de combat et dirigent les parties de chasse.
Jack demeura pensif. Le sujet que le loup noir avait entretenu avec la reine avait l'air important. Est-ce qu'il avait un rapport avec ce qui s'était passé entre lui et le roi ? Brume fixait l'enfant du coin de l'œil, ayant repéré son expression soucieuse.

Dans cette même pièce, Jack et Brume avaient fini par s'endormir. Il n'y avait aucun moyen de connaître l'heure pour le jeune garçon mais suite à ses récentes aventures, il avait rapidement trouvé le sommeil avec pour oreiller le pelage du loup blanc. Une aile noire recouvrait son corps avec attention, chose qu'il ne remarqua que lorsqu'il ouvrit un œil, réveillé par un petit bruit. Le cristal lunaire qui se trouvait jadis dans la pièce avait été retiré dans le couloir pour que sa lumière ne dérange en rien le sommeil des deux amis. Sa lueur se voyait depuis l'entrebâillement de la porte. Jack ouvrit les paupières au moment même où une ombre passa devant la lueur bleuté un court instant. Surpris, l'enfant se redressa d'un coup. L'ombre venait de s'éclipser. Discrètement, Jack écarta de lui l'aile noire du loup avant de se lever. Il se dirigea à pas silencieux vers la porte et jeta un regard par l'ouverture. Personne. Le cristal luisait juste à côté d'une lueur paisible qui dégageait toute la pureté de la lune en ce seul petit fragment. Le garçon jeta un œil par-dessus son épaule. Brume dormait à point fermé. Il se décida donc de quitter la pièce en ouvrant davantage la porte, priant de tout son être pour qu'elle ne grince pas.

Une fois dans le couloir, il repéra à l'autre bout cette même ombre si peu éclairée par les quelques cristaux qui longeaient le tunnel. Silencieux mais rapide, l'enfant s'empressa de la suivre. Arrivé au tournant du couloir, il se colla au mur avant de risquer un regard dans l'angle. Il vit une silhouette canine disparaître dans le sol, descendant un escalier à la va-vite. Jack reprit sa filature. Il maintenait une bonne distance avec le loup au loin. Il descendit à son tour les marches de pierre et s'arrêta à la dernière, se rendant compte qu'elle déboulait dans un petit hall. A l'angle du mur, l'enfant jeta un nouveau coup d'œil. Le loup caché dans la pénombre se tenait face à une porte de bois qu'il déverrouilla avant d'ouvrir. Donnant sur l'extérieur, la porte laissa pénétrer la lumière de la lune. Celle-ci se mit à éclairer le pelage blafard et l'encolure de Nosk. Jack ne bougeait pas de son poste. Seul son œil dépassait du mur. Quand le loup jeta un regard autour de lui pour s'assurer de ne pas être suivit, l'enfant se hâta de rabattre sa tête à l'abri. Par chance, le mâle ne le remarqua pas et fila à l'extérieur. Jack se risqua à nouveau. Remarquant que le loup n'était plus là, il sortit de sa cachette et se rendit prudemment à l'endroit où se trouvait le canidé à l'instant. Lorsqu'il vit une forme se mouvoir à l'extérieur, Jack s'empressa de se cacher derrière le battant de la porte ouverte. Soudain, celui-ci se ferma. Nosk ne voulait apparemment vraiment pas que l'on remarque son passage. L'enfant resta immobile comme une statue quelques minutes, craignant de tomber nez à nez avec l'animal. Finalement, il ouvrit doucement la porte. Dehors s'étendait un somptueux jardin sous la clarté lunaire. Une imposante muraille de pierre le rattachait au château. La cour était parcourue de divers sentiers sableux ou dallés. Les parterres d'herbes étaient complétés d'arbres ou de haies fleuries. Une fontaine en son milieu maintenait un petit bassin rempli d'eau qui scintillait à la lueur de l'astre nocturne. Jack fouilla la cour du regard. Il n'y avait pas une trace de Nosk. Où était-il passé ? Où filait-il ainsi en douce en plein milieu de la nuit ? Tant de questions le bousculaient soudainement au sujet du bêta.

*******************************
"Est-ce que le matin tu ne crois plus à la lune parce que le soleil se lève ?"
"Et est-ce que tu ne crois plus au soleil parce qu'il est caché par les nuages ?"


© Cissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clansdesastres.forumactif.org
Kartor

avatar

DCs : Artémis // Maelstrom // Lyra
Liens : Au fond du coeur
Présentation : Kartor
Points : 15
Date d'inscription : 06/12/2012

Feuille de personnage
Age: 8 ans
Rang: Guerrier
En couple avec: sa solitude

MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Sam 15 Avr - 19:13

CHAPITRE
3
Une Nouvelle Recrue







Aurore. La course du soleil qui débutait le matin venu. Son halo orangé parsemait le ciel d'un dégradé magnifique, mêlant autant de rose, que de violet ou de bleu de la nuit qui le fuyait. Tout là-haut dans le ciel, la lune s'éclipsait dans son territoire, tout doucement. Le loup planait dans les cieux, ses ailes grandes ouvertes, le bout de son museau pointé sur l'astre nocturne qui disparaissait tel un fantôme. Sa noble allure dégageait une incroyable majesté. Sa fourrure ne laissait plus voir trace de son récent combat contre la Meute de l'Ombre. Grâce aux soins de Kiram, le Sage du clan, le prince Khan donnait l'impression de ne jamais avoir souffert.

Le grand mâle survolait la Grande Vallée. Tout était calme et serein. Jamais on ne pourrait penser qu'un sanglant combat avait eu lieu dans les parages. Le vent était agréable. C'étaient encore les beaux jours avant l'arrivée de la saison morte. Il n'y avait aucune trace de la Meute de l'Ombre. Ni ici, ni ailleurs. Il semblerait qu'elle soit retournée dans son propre territoire nommé les Bois de la Mort. Le prince s'était cependant contenté de survoler la vallée. Ce décor était des plus splendides. Le décor de la vallée au lever du jour dans un ciel aux couleurs variées, comme si des pots de peinture avaient été renversés dessus. Au bout d'un moment, Khan prit un peu d'altitude, passant sur les sommets des hauts plateaux qui surplombaient le vaste territoire. De ci, de là, quelques arbustes poussaient au milieu de gros rochers sur un fin tapis d'herbe bercée par la brise. Sur l'instant, le loup fut tenté de s'y poser au rebord et d'y admirer la vue du jour qui sortait de son sommeil. Les hauts plateaux étaient toujours les premiers ensoleillés à l'arrivée de l'astre, recouvrant la vallée de leurs ombres.

Tout à coup, les yeux bienveillants du prince se posèrent sur une silhouette pendue sur une plate-forme herbeuse au-dessus du vide. Le canidé avait une bonne vue, un regard perçant comme celui d'un aigle, et il se rendit rapidement compte que la dite forme appartenait à un loup. Ce n'était pas difficile de le voir avec son pelage tout blanc, de même que ses ailes. En baissant un peu d'altitude, il vit cette fourrure immaculée tâchée d'empreintes rougeâtres. L'animal était blessé, prostré contre la paroi de la falaise. Khan ne resta pas longtemps hésitant sur l'inconnu et plongea vers lui.
Une fois proche de la plate-forme, il ralenti l'allure de son vol gracieux, redressa un peu son corps comme un oiseau désireux de se poser sur une branche, et finalement atterrit de ses quatre pattes sur le rebord. L'animal blessé sursauta de frayeur avant de se recroqueviller d'avantage sur lui-même. Ce ne fut qu'à ce moment précis que le prince s'aperçu que c'était une louve. Confus de l'avoir effrayé, le grand mâle se hâta de rabattre ses ailes contre ses flancs.
- N'ayez pas peur, rassura-t-il de sa voix doucereuse, je ne vous veux aucun mal, simplement vous aider.
La femelle, peu convaincue, s'entoura de ses blanches ailes plumeuses. Son regard azuré se plongea dans celui du grand mâle. Sans l'admettre, la prestance du canidé avait quelque chose de fascinant.
- Q-Qui…êtes-vous ? bredouilla-t-elle, apeurée.
Compréhensif, l'imposant loup au pelage clair s'assit sur le rebord de la plate-forme. Sa longue queue touffue s'enroula autour de ses pattes musclées aux larges griffes. Il bomba légèrement la poitrine, faisant ressortir l'épaisseur de son pelage semblable à une crinière.
- Mon nom est Khan, prince du Clan du Soleil.
La louve dressa les oreilles à l'évocation du statut du loup. En l'espace d'un instant, elle était désireuse de lui faire confiance. Les paroles du mâle furent suivit d'un silence à faire déprimer un mort. Ce dernier patientait calmement mais voyant que rien ne vint lui répondre, il ajouta :
- Puis-je me permettre de vous demander votre nom ?
La femelle tressaillit, comme si elle avait déjà oublié la présence du prince. Elle redressa son regard effaré sur lui. Lentement, elle retira ses belles ailes de velours qui la recouvraient pour les replier sur son dos, dévoilant ses pattes tremblantes rayées de poils bleus. De sa gorge rougit par son fluide vital s'échappait encore quelques gouttes écarlates. Les oreilles du prince pointèrent devant lui, son regard se plissa devant la vue du sang, inquiet de l'état de l'inconnue, se demandant surtout ce qui avait bien pu la mettre dans un tel état.
- Vous ne devriez pas bouger…conseilla-t-il.
Mais la louve insista pour se dresser sur ses frêles membres ensanglantés par le sang qui avait dégouliné depuis une morsure au niveau de l'épaule.
- Je m'appelle…Lune Blanche.
Elle finit par s'asseoir. Khan la toisa un instant sous silence. Elle courba doucement l'échine, pointant son museau vers le bas en signe de faible révérence.
- Que vous est-il arrivé ? demanda le prince en distinguant petit à petit les diverses plaies qui hantaient le corps de la malheureuse.
Lune Blanche détourna le regard, rechignant à répondre. Un frisson parcouru son échine. Elle pensa soudainement à Jack. Une ombre noire gâcha le cours de ses pensées. Elle frissonna en songeant au grand loup noir ailé.
- Laissez-moi vous aider, proposa Khan sans insister sur l'état de la femelle, nous pourrons vous soigner au clan.
Mais soudain, la louve se recoucha maladroitement sous la douleur, n'osant plus croiser le regard du grand mâle.
- N-Non…Ca ira.
- Vous êtes gravement blessée ! Vous n'avez rien à craindre de moi, je vous porterais s'il le faut mais laissez-moi vous venir en aide !
Lune Blanche hocha négativement la tête.
- Je suis une Solitaire…marmonna-t-elle, je ne devrais pas aller dans les royaumes.
Khan se dressa sur ses hautes pattes. On y voyait ses muscles rouler sous son épais pelage.
- Et moi, je suis le prince de mon clan. Je vous protégerais.
Lune Blanche redressa son museau vers le grand mâle. Ses paroles semblèrent l'avoir enfin convaincue. Elle se leva à nouveau et n'eut qu'un faible mouvement de recul quand le prince s'approcha d'elle et se coucha à plat ventre en abaissant ses ailes sur le sol pour lui éviter d'être gênée par leur envergure. La louve hésita. Son premier réflexe fut de flairer le mâle avant de passer délicatement une patte, puis l'autre, par-dessus son dos. Elle avait l'air d'avoir peur de lui faire mal mais lorsqu'elle laissa son poids peser sur lui, elle fut un peu perturbé de le sentir se remettre soudainement debout.
- Ayez confiance, lui dit-il.
Ses fortes pattes ne lui donnaient aucun mal à supporter le poids de la femelle entre ses ailes. Celles-ci se déployèrent avec grâce, formant une ligne bien horizontale face à la vallée lorsqu'il fit demi-tour. Khan sentait les rapides battements de cœur de la femelle qui tambourinaient entre ses omoplates. Il fit quelques pas vers le rebord de la plate-forme avant de se jeter soudainement dans le précipice.

Un simple battement d'aile lui permit de ne pas succomber à la chute libre. En un rien de temps qu'il n'en fallait pour le dire, il planait à nouveau dans le ciel comme si de rien n'était. La louve qu'il transportait était un poids plume pour lui. Le regard de cette dernière pétillait d'émerveillement qui remplaçait la frayeur du décollage. Le prince reprit la direction du Royaume du Soleil. Au loin déjà commençait la grande plaine qui suivait la vallée. La plate étendue formait un océan de verdure qui se prolongeait à l'infini.



***



- L'Univers est immense. On ne peut imaginer le nombre de mondes qui s'y trouvent. Qui s'y forment. Chacun d'eux séparés des autres par une distance incommensurable, le rendant unique aux yeux de ses propres habitants. Au Commencement des Temps, l'Univers n'était qu'un néant, froid et obscur. Un néant indéfinissable. Présent depuis...Toujours probablement. Et puis, dans les ténèbres éternelles naquit une étoile. L'Etoile Originelle. Comment ? Pourquoi ? Encore un mystère qu'on ne saura jamais. Mais elle était le début de Tout. L'Etoile Originelle resta ainsi dans l'espace sans fin, immobile, ou non, durant un temps qu'on ne peut connaître. Seule dans les abîmes d'un Univers vide. Jusqu'à ce qu'elle se désintègre soudainement et se transforme en une multitude de petites étoiles. C'était l'Eclosion Divine. Les Dieux naquirent ainsi et se répandirent aux quatre coins improbables du néant. Tous s'en allèrent façonner l'Univers, créant Astres et Mondes à leur guise.
Lily avait les yeux grands ouverts. Assise sur des planches de bois, le dos appuyé sur le mur de la pièce, elle contemplait le vieux loup d'un regard fasciné. Quand sa mère lui lisait une nouvelle histoire, elle arborait exactement la même expression. Autant empli de soif de découverte et de magie. Trois petits louveteaux se trouvaient à ses côtés dont un qui avait posé sa petite tête noire sur ses genoux. Kiram, le Sage boiteux du clan au pelage flamboyant, se tenait couché ventre contre terre sur un tapis carmin. Sa tête fatiguée balançait doucement de gauche à droite quand il adressa son vieux regard ambré à chacun des enfants. Ses pattes avants étaient croisées devant lui et de temps en temps, il stoppait son histoire pour souffler un peu en laissant pendre sa langue hors de son museau aux poils blanchis par les années. A l'ouverture de la pièce qui ne disposait pas de porte, Lyra y était postée. Elle formait une tâche blanche au sein du petit groupe. Ses oreilles bleutées comme le ciel étaient dirigées vers le vieux Sage. Elle souriait, attendrie par la scène, guettant sa protégée humaine qui buvait les paroles du loup. Lily caressa la fourrure du louveteau tout noir qui se trouvait contre elle. Seul le bout de sa queue était blanc.
- Nekar était un Dieu né des fragments les plus brillants de l'Etoile Originelle, poursuivit Kiram, longtemps il vagabonda dans l'espace, éclairant tout sur son passage, de son aura écarlate et chaude. Tikar était une Déesse moins lumineuse. Projetée trop fort dans les abysses de l'inexistant, cela l'avait refroidit trop rapidement. Son aura bleutée dégageait une douce fraîcheur. Les deux Divinités voyagèrent chacune de leur côté, sans connaissance de l'autre. Leur rencontre hasardeuse scella la venue d'un nouveau monde. De leur union il naquit. Terne. Vide. Sans vie. Puis arriva la naissance d'Archange, la Première Ame de ce nouveau monde. Le premier être à fouler sa terre désertique. Fils de Nekar et Tikar, Archange, le loup ailé aux deux facettes, était le gardien de ces terres qu'il décida d’aménager.
Ses géniteurs lui offrirent les jours et les nuits ainsi que l'énergie nécessaire à son œuvre. C'est ainsi que furent créées les Terres d'Archange...
Lily poussa un soupire de fascination. Des étoiles brillaient dans ses petits yeux verts. Pour elle, tout était encore mieux que son livre de conte. L'enfant repoussa d'un bref geste de la main ses cheveux bruns en arrière sans lâcher le vieux mâle du regard.
- Et tout ça existe ? demanda-t-elle, la bouche grande ouverte, les Dieux et Archange ?
Kiram avait un large sourire. L'idée même qu'une petite humaine s'intéresse autant à ses histoires, à l'histoire de ce monde, lui faisait plaisir. Il hocha doucement le museau pour approuver les paroles de l'enfant.
- Bien évidemment, répondit-il.
- Vous l'avez déjà vu ?
- Non, jamais. Mais mon grand-père oui.
Lily arrondit ses yeux comme des soucoupes, éblouie, imaginant un instant se retrouver face au grand loup légendaire.
- Une fois, poursuivit le vieux Sage, il l'a vu au loin alors qu'il se rendait dans les Montagnes Sacrées pour observer les cieux.
- Waouh ! C'est loin les Montagnes Sacrée ?
- On peut les rejoindre par la Forêt du Nord mais elles sont si immenses, si vastes, qu'on ne connaît pas encore tout d'elles. On raconte que, caché au cœur de ces montagnes, se trouve un arbre énorme et qu'Archange repose entre ses racines sacrées. C'est l'Arbre Vénérable. Personne ne doit s'en approcher.
- Pourquoi ?
- Il ne faut pas violer la frontière sacrée du maître de ces terres.
Lily se tut. Son esprit était embrumé d'un tas de rêves sur ce qu'elle venait d'apprendre à l'instant. Est-ce qu'elle aura aussi la chance de voir ce dieu ? Rien que l'idée d'aller voir les Montagnes Sacrées lui faisait grandement envie. Oui, elle aimerait tellement voir toutes ces choses. Un petit louveteau blanc tacheté d'une magnifique couleur d'or, tourna son regard ambré sur la petite fille en agitant la queue.
- Mais si Kiram nous raconte tout ça, lança-t-il joyeusement, c'est parce qu'aujourd'hui c'est la fête d'Archange ! N'est-ce pas ?
Il pointa fougueusement le bout de son museau vers le vieux mâle au regard amusé.
- C'est exact, répondit-il chaleureusement.
Lily interrogeait le petit loup et son doyen du regard. Pour une fois, elle n'eut pas besoin d'énoncer la moindre question pour que le vieux loup lui réponde.
- En ce jour, nous commémorons notre gardien du monde Archange. Certains loups ont l'habitude de se rendre aux pieds des Montagnes Sacrée, à l'est des Terres Neutres, là où se trouve le Dôme d'Archange.
- C'est le dôme sacré ? demanda l'enfant qui reprenait les lignes de son livre en mémoire.
Kiram hocha la tête.
- Ils y vont pour faire des cadeaux, c'est ça ?
- En effet, il y en a qui déposent des offrandes, d'autres qui énoncent leurs prières.
- Vous allez y aller ?
- Oui.
- Je pourrais y aller aussi ?
- Cela ne dépend pas de moi.
A ce moment précis, le vieux Sage dévia son regard ambré sur la blancheur du pelage de Lyra, toujours assise à sa place. Lily imita l'animal. Elle implorait son amie du regard, comme si la décision lui revenait. La jeune femelle se sentit bien mal à l'aise en voyant ainsi toutes ces prunelles se converger en sa direction. Il était vrai que la louve s'était éprise d'une grande amitié, et presque d'un sentiment maternel envers la petite d'humain. Elle ne la lâchait plus d'une patte depuis qu'elle était revenue à la suite du combat qui avait opposé les loups de la Meute de l'Ombre à ceux du Clan du Soleil. Qui plus est, Lyra était celle qui lui avait sauvé la vie pour la première fois à l'intérieur de la Cité Perdue. Mais toute décision à prendre au sein d'un clan, revenait aux souverains de ce clan.
- J'en parlerais au roi, finit-elle par dire doucement.
Lily sourit jusqu'aux oreilles comme si sa demande était d'ores et déjà approuvée.
- Le prince Khan est revenu ! déclara une voix qui semblait venir des entrailles du château.
Curieux et agités, les trois petits louveteaux profitèrent de cette annonce comme prétexte pour fuir la pièce et se dégourdir les pattes. Lily, qui avait énormément de fascination pour le grand mâle, se dressa sur ses jambes à son tour, imitée par Lyra, et toutes les deux disparurent dans le couloir illuminé par les rayons du soleil matinal qui perçaient les grandes baies vitrées.

Les deux amies rejoignirent l'immense salle principale du château, la salle du trône, ensoleillé de son plafond de verre qui donnait vu sur un superbe ciel d'azur, sans aucun nuage pour le contredire. Les nombreux loups présents avaient tous leur attention tournée vers le plus grand d'entre eux. C'était le noble prince. Lily s'apprêtait à le saluer en l'appelant et agitant sa main en sa direction, lorsqu'elle remarqua quelque chose sur le dos du puissant canidé. Une fourrure blanche tâchée de rouge dépassait du rebord des grandes ailes du prince. Ce dernier se coucha à plat ventre sur le dallage grisâtre de la salle. Son museau se tourna vers la forme qu'il portait. C'était une louve ailée. Aussitôt, Lily couru vers lui, se frayant rapidement un passage entre les autres canidés. Lyra se hâta de la poursuivre, toujours prise au dépourvu par la vitalité de l'enfant.
- Nous sommes arrivé, indiqua le prince à son fardeau.
L'inconnue se dressa sur le dos du souverain qu'elle quitta d'une frêle démarche. Lily eut un frisson d'horreur en remarquant que l'animal était rougit de blessure. Si au départ, ses pattes rayées d'azur, couleur de ses oreilles et du bout de sa queue, l'avait émerveillé de beauté, son regard effaré ne scrutait plus que ses plaies.
- Quelqu'un sait-il où se trouve Kiram ? demanda le grand mâle d'une voix forte en soutenant de l'épaule la louve ailée.
Lily leva aussitôt sa main vers le plafond de verre comme si elle était à l'école et répondait à une question de la maîtresse.
- Moi ! s'écria-t-elle, suivez-moi !
L'enfant, excitée, fit signe aux deux loups de la suivre. Lyra, qui l'avait rejoint, n'y opposa aucune objection. Au contraire, il y avait quelque chose d'heureux sur son visage. Elle regardait le prince et l'inconnue suivre la petite d'humaine comme si elle était elle-même une louve du clan. Tout le monde ici s'était adaptée à la présence de la petite fille et s'était attendrit dans ses mésaventures. Quand Lily s'éloigna dans le couloir qu'elle avait emprunté pour venir dans le grand hall, Lyra ne pouvait qu'être fascinée de la mémoire de la petite pour se retrouver dans l'immensité du château. La louve immaculée laissa passer le prince et sa protégée avant de fermer la marche pour les accompagner. Elle ne voulait pas laisser Lily seule.

Sans se tromper, la petite d'humaine conduisit les loups jusqu'à la petite pièce qu'elle avait quitté jadis avec les trois louveteaux. Le vieux Kiram s'y trouvait toujours et s'était levé à la venue du prince qu'il salua en pointant son museau bien bas, effleurant presque le tissage du tapis écarlate du bout de la truffe. Lily rejoignit Lyra qui l'attendait à l'entrée de la pièce sans quitter la louve inconnue des yeux. Cette dernière éprouvait une confiance aveugle envers Khan mais cela ne semblait pas être offert au vieux Sage qui se trouvait devant elle.
- Cette louve est blessée Kiram, expliqua le prince, je l'ai trouvé ainsi sur les Hauts-Plateaux.
Il tourna le bout de son museau vers la louve blanche.
- Voici Kiram, notre Sage. Laisses-le t'examiner, il est là pour t'aider.
Silencieuse comme une biche effarée, Lune Blanche hocha timidement la tête et fit deux pas en direction du vieux mâle. Ce dernier inclina légèrement la tête en signe de salut à la nouvelle venue.
- Comment t'appelles-tu ? demanda-t-il de sa voix grave mais réconfortante.
- Lune Blanche…répondit aussitôt la jeune femelle en se dandinant d'une patte à l'autre, encore un peu intimidée.
Le Sage se recula de la louve et lui désigna le tapis.
- Couches-toi ici, lui dit-il, nous allons voir ces vilaines blessures. Prince Khan, pouvez-vous apporter un lièvre à cette jeune louve ? Elle m'a l'air bien maigre.
- Bien sûr, répondit le grand mâle avant se tourner les talons et de quitter rapidement la salle en passant entre Lily et Lyra qui s'étaient écartées pour lui céder le passage.
Kiram s'approcha de la femelle qui lui avait obéit en se mettant à plat ventre contre la chaleur de la broderie rougeoyante. Il passa son museau à proximité de son pelage ensanglanté, flairant son effluve. Le procédé dura un certain temps. Lily et Lyra restaient à l'entrée de la pièce, attentives au Sage en action. Au bout d'un moment, ce dernier plissa le museau et redressa vivement la tête.
- Un loup de la lune t'as fait ça, lâcha-t-il soudainement.
Lune Blanche tressaillit.
- Il n'y est pas allé de patte morte, poursuivit le mâle, je dois avoir de quoi soigner tout ça.
- Ce…Ce n'est pas de ma faute…balbutia la femelle blessée, je voulais juste…aider…ce petit garçon…
Kiram dressa les oreilles. Lyra et Lily échangèrent vivement un regard avant que l'enfant ne s'approche de la louve ailée.
- Tu as vu Jack ? s'exclama-t-elle, il est où ?!
Lune Blanche leva ses prunelles d'azur vers le visage troublé de la petite d'humain. Ses yeux s'arrondirent comme des soucoupes et sa queue se mit à balayer le sol derrière elle.
- Oui c'est bien lui ! Tu es…Sa sœur ?
Lily joignit ses mains pour se tortiller les doigts avant d'approuver les paroles de la femelle en agitant nerveusement la tête mais des lueurs ravies illuminaient son regard verdoyant.
- J'ai trouvé ton frère dans la Grande Vallée, raconta la louve blanche et bleue, il m'a dit qu'il voulait retourner dans le Clan de la Lune.
- Je crois deviner la suite, intervint Kiram, en le ramenant, tu as été attaqué par les loups de la lune.
Le vieux mâle venait de retirer une grosse dalle de pierre avec sa patte et enfonça sa tête dans le trou ainsi formé avant de la ressortir et de la remettre plusieurs fois de suite, sortant à chaque fois des plantes étranges.
- Tu as entendu Lyra ! s'exclama Lily en faisant volte-face vers son amie canine, Jack à l'air d'aller bien et d'avoir des amis comme moi !
La louve blanche afficha un large sourire.
- Les loups de la lune ne sont pas différents de nous après tout, dit-elle, ils vénèrent la lune et il n'y a rien de mal à ça.
Elle se tut en croisant le regard du vieux Sage. Pourtant celui-ci n'avait pas l'air fâché par ses paroles qui, aux oreilles d'un autre loup du clan, pouvait facilement comparaître comme un symbole de trahison. Lily le savait. Le Clan du Soleil et le Clan de la Lune se haïssaient depuis des siècles. Kiram revint auprès de Lune Blanche de sa démarche boiteuse, diverses plantes dans sa gueule, qu'il déposa près d'elle.
- Il se peut que ça pique un peu, prévint-il.
Alors que le loup écarta du reste une sorte de grosse fougère à la tige épaisse et aux feuilles d'un bleu céruléen poussant à partir d'un cœur rougeoyant, Lily se précipita vers lui et s'y accroupit.
- C'est quoi ? demanda-t-elle, curieuse.
Le vieux mâle utilisa ses griffes pour entailler l'épaisse tige de la plante qui se mit à sécréter un liquide verdâtre.
- C'est une fougère bleutée, répondit-il en restant concentré sur ses gestes, sa sève permet de nettoyer les blessures. Il ne faut pas toucher aux parties rouges centrales que tu vois, elles donnent des migraines.
Assit près de Lune Blanche qui suivait ses mouvements, Kiram récolta la sève de la plante sur une grosse feuille qu'il appliqua sur une des plaies de la louve, la massant de petits gestes circulaires. La femelle ne bronchait pas, bien que son museau se crispait légèrement, à l'abri des regards indiscrets. Le Sage renouvela son geste sur toutes les blessures facilement identifiable par les marques sanglantes sur le corps de la louve blanche. Kiram avait remarqué l'expression cachée de la louve, signe de douleur. De ses crocs, il arracha la tige d'une deuxième plante qui avait la forme d'un oignon, laissant apparaître un petit trou.
- C'est un bulbe, expliqua-t-il à Lily en découvrant son air interrogateur, avec la poudre qu'il contient, je peux soulager les douleurs de Lune Blanche.
Le loup prit l'orbe dans sa gueule et renversa un peu de son contenu sur chacune des plaies désormais propres. Le rouge du sang qui salissait le pelage immaculé de la louve ne se voyait presque plus. Lune Blanche sentit des picotements au contact du médicament et serra une fois de plus les dents mais très rapidement, elle ne remarqua bientôt plus la moindre souffrance. Reconnaissante, la louve dressa un regard empli de gratitude envers le vieux mâle.
- Je tiens à vous remercier de votre aide…murmura-t-elle, peu de loups m'auraient aidé…Cela semble les horrifier que je puisse venir d'un autre monde...
- Un autre monde ? s'exclama Lily, prise au dépourvu.
Elle tourna un rapide regard vers Lyra, dont le visage exprimait autant de stupeur que de confusion. Seul Kiram ne paraissait pas surpris par la nouvelle.
- J'ai moi-même connu un loup venant d'un autre monde durant ma jeunesse, raconta-t-il, je sais désormais que ce n'est pas impossible. Comment es-tu arrivé jusqu'ici ?
Lune Blanche mit un certain temps avant de répondre. Lily la fixait intensément. Quand la louve baissa la tête pour éviter son regard, ses paroles s'entendirent timidement :
- Je suis née sur les Terres d'Archange mais j'ai grandi dans un monde peuplé d'humains…Lily, je viens de ton monde.
La louve se hâta de poursuivre avant que l'enfant ne puisse prononcer un mot.
- J'ai perdu ma mère dans ce monde étrange et hostile à toute vie animale et j'y ai vécu caché pendant longtemps.
Un lourd silence pesait dans la pièce. Lune Blanche n'osait plus regarder personne et le vieux Sage, comme habitué à toutes les atmosphères possible, laissait voir sa compassion sans exprimer la moindre surprise.
- Je crois qu'il ne faudrait pas en dire davantage, intervint soudainement Lyra, ce n'est encore qu'une enfant.
Lune Blanche semblait l'avoir oublié, car elle reconsidéra aussitôt le visage de Lily qui avait changé de couleur, et d'expression. Peut-être n'arrivait-elle pas à assimiler ce qu'elle venait de lui avouer, ou bien ne l'avait-elle peut-être pas comprit. Quoi qu'il en soit, la louve ailée prit conscience de la sensibilité de la petite d'humain, ce qui la maintint un temps au silence. Elle était confuse, regrettant à la fois la révélation, et à la fois soulagée de ne pas cacher la vérité à la sœur de Jack. Kiram profita de ce moment de répit pour ranger le reste des plantes qu'il avait sorti de sous la dalle de pierre.
- Un jour, poursuivit la louve en pointant son museau vers le vieux loup, je me suis perdue dans un vaste océan de neige et j'ai glissé dans une crevasse. Quand je me suis réveillé…Je me suis retrouvée ici. C'était lors de la dernière Saison Froide.
Kiram hocha la tête. Sa patte fit glisser la dalle qui referma l'antre de ses herbes médicinales.
- Tu vas rester ici cette nuit, dit-il, le temps que tu récupères. Le repos guérira mieux ton mal que mes remèdes.
- Ainsi que de nouvelles forces, lança une voix derrière tout le monde.
Khan venait de réapparaître à l'entrée de la pièce, le corps inerte d'un étrange lièvre ailé entre ses crocs. Lily sentit son coeur se serrer et rejoignit rapidement Lyra lorsque le grand mâle pénétra les lieux. Son regard fixait le malheureux animal mort qui pendait à sa gueule. Elle déglutit et serra une touffe de poils blancs de son amie. Elle se faisait néanmoins à l'idée que les loups se nourrissaient tous ainsi. Depuis qu'elle était arrivée au Clan du Soleil, Lyra avait toujours eu la gentillesse de lui chercher des fruits quand elle avait faim. Mais la douceur d'un vrai lit, la satiété d'un vrai repas, la chaleur d'un vrai foyer, de sa famille, tout lui manquait affreusement. Le prince déposa le gibier devant Lune Blanche qui s'empressa de le dépecer avidement. Elle était affamée et épuisée. Du sang perlait de ses crocs. Lily était cependant ravie que le liquide écarlate n'appartienne qu'à la proie.
- Jamais…Je ne…pourrais vous remercier…bredouilla la louve entre deux bouchées de viande.
En l'espace d'un instant, Lily crut voir des larmes jaillir de ses prunelles d'azur. Elle ne parvint pas à s'en assurer de là où elle se trouvait. Le prince Khan était resté près de la louve, la dominant involontairement de toute sa noble corpulence, tandis que Kiram était allé se coucher dans un coin de la pièce pour reposer ses articulations ankylosées.
- Il n'est pas nécessaire de nous remercier, répondit le prince d'une voix bienveillante, mais tu sais, ce monde ci est dangereux aussi. Il serait plus prudent pour toi que tu restes au Clan du Soleil. Cela te permettrait d'avoir une nouvelle demeure et famille. Qu'en dis-tu ?
Lune Blanche stoppa immédiatement son repas. Surprise par les paroles du souverain, elle redressa vivement la tête en sa direction et fut soudainement touchée par son imposante grandeur. Lily se blottit contre Lyra, retenant son souffle. Elle réagissait comme si elle-même était une louve du clan qui s'apprêtait à voir venir un nouveau membre. Par ailleurs, Lyra ressentait la même chose qu'elle. Elle y avait songé dès lors qu'elle avait aperçu la femelle blessée.
- Votre proposition est très honorable et très gentille, marmonna Lune Blanche en couchant les oreilles sur le côté de sa tête en signe de soumission au prince, je...je ne sais pas quoi dire…Je pense que je vais rester, oui.
Lily s'exclama de joie et serra Lyra contre elle. Cette dernière exprimait calmement son ressentit d'un large sourire le long de ses babines. Les yeux mi-clos, Kiram gardait ses opinions pour lui-même. Le prince aussi se mit à sourire, satisfait d'une telle décision. Il était heureux de pouvoir désormais veiller sur la femelle en tant que membre à part entière du clan.
- Je suis heureux de te l'entendre dire, lui dit-il, ici, tu as un clan entier pour te servir de famille et de foyer. Tu seras sous la protection du Soleil. J'ignore si tu y crois mais je peux t'assurer que Nekar est avec nous.
- Je ne peux que le remercier de m'avoir offert une nouvelle vie et un destin plus joyeux que je n'aurais pu l'imaginer, répondit la louve dont la voix était étreinte de sanglots heureux, il mérite que l'on croit en lui…

*******************************

Forme humaine
Spoiler:
 


Signature and Avatar © Cissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kartor

avatar

DCs : Artémis // Maelstrom // Lyra
Liens : Au fond du coeur
Présentation : Kartor
Points : 15
Date d'inscription : 06/12/2012

Feuille de personnage
Age: 8 ans
Rang: Guerrier
En couple avec: sa solitude

MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Lun 17 Avr - 17:55

CHAPITRE
4
La Fête d'Archange



- Au Dôme d'Archange ? Je peux venir ? Vraiment ?
La louve ailée au pelage bleu nuit afficha un large sourire.
- Mais bien sûr ! Puisque je te le dis.
Chargée de son rôle de garde sur les remparts qui surplombaient l'entrée du château, Kiko avait la joie immense de partager son expérience avec le petit d'humain qui résidait dans le Clan de la Lune. Jack se sentait bizarre, ainsi posté au-dessus des lourdes portes de fer. A ses côtés se trouvait le levier qui, une fois tiré, permettait l'ouverture des battants métalliques.

En ce début d'après-midi, le jeune garçon avait encore eu le temps de goûter les délicieux fruits rapportés par son ami Brume. Depuis ce matin, il avait été le témoin de toute la petite vie qui animait le clan entier. Il avait vu Pandore, le mystérieux lieutenant, partir tôt faire seule le tour du royaume. Le terrifiant Maelström s'était vu converser avec la noble reine Raven avant de mener un groupe de chasseurs dans la Forêt du Sud dont faisait partie Noiros et Blizzard Ardent. Le fils de Brume avait d'ailleurs salué l'enfant d'un clin d'œil en passant devant lui. Le garde Clantar avait récupéré le poste de Kiko au sommet d'une tour tandis que Brutus se trouvait quelque part non loin des murs du Château de l'Ombre. Avant même le réveil de Jack, Pharos, le Sage, avait quitté le domaine. Probablement à la recherche de plantes médicinales. Avant de rejoindre le sommet des portes où se trouvait Kiko, Jack avait même repéré dans le grand hall le jeune Sinfor qui jouait dans les pattes de son père, le roi Cœur Fort. En revanche, il n'avait pas aperçu Nosk. Il ne l'avait plus vu depuis cette nuit, où le loup s'était éclipsé en douce du château pour une raison inconnue.
- Allons-y, lança finalement Kiko, Gal doit venir prendre la relève.
- D'accord ! répondit l'enfant avec enthousiasme.
Les deux amis quittèrent les lieux, descendant dans le grand hall par l'intermédiaire d'un escalier qui terminait la passerelle passant au-dessus des portes.
- Le dôme est assez loin d'ici, informa la louve bleue, je vais prendre une proie dans la réserve pour ne pas perdre de temps à chasser.
- Je peux t'accompagner ?
- Pas de problème. Suis-moi.
Kiko s'engouffra à travers la porte qui séparait le hall de la pièce principale du château. Jack la suivait de près. Jamais encore il n'avait eu l'occasion de voir la fameuse réserve de nourriture du clan, constamment ressourcée par les loups qui ramenaient leurs prises d'une longue journée de chasse. L'enfant ne connaissait son existence que de son livre. Il savait en l'occurrence qu'elle se trouvait dans les sous-sols de la bâtisse. En effet, le couloir qu'emprunta Kiko après avoir traversé la grande salle se transforma en un étroit escalier qui perçait le sol. Le manque de cristaux lunaire à cet endroit rendait l'accès au sous-sol sombre. On ne voyait presque pas la porte de bois qui concluait la descente des marches.

De son pelage bleu-nuit, la louve ailée était sur le point de disparaître dans la pénombre quand elle atteignit l'issue. Jack, qui se trouvait toujours sur ses talons, descendait les marches de pierre en tâtant les murs qui l'entouraient. Quand Kiko fit basculer le battant, l'enfant s'attendait à pénétrer dans un lieu plongé dans l'obscurité totale. Il n'en fut rien. La pièce dans laquelle débarqua Jack était vide, aux murs et au sol sans dallage, gris de pierre. Cette pièce restait d'une assez grande taille. Le plafond était haut et représentait tout ce que Jack avait descendu en marche tout à l'heure. Il ne s'imaginait pas à quel point il était descendu ! Il leva le regard vers ce qui évoquait le sol de la surface. La voute était maintenu par de hautes colonnes striées. Six pour être exacte, réparties à part égale contre les murs des lieux. Certes, l'endroit n'était pas aussi lumineux que le reste du château, mais perché sur une étrange fontaine sans eau au centre de la pièce, un cristal repoussait les ombres. La base de la fontaine formait une large coupelle remplie de terre sur laquelle poussaient des plantes. Jack remarqua d'ailleurs qu'entre les colonnes qui longeaient les murs, se trouvaient également de la végétation diverse, sauf que celle-ci, n'était pas ralliée à la terre. Soudain, à peine avait-il fait un pas que l'enfant bascula en avant sans crier gare.
- Attention ! s'exclama Kiko en rattrapant l'humain par le col de son pull entre ses crocs et le rabattant près d'elle, regardes un peu où tu marches.
En effet, Jack n'avait pas remarqué qu'après la porte qu'il venait de franchir se trouvait un deuxième escalier de trois ou quatre de marches au plus, permettant de rejoindre le contrebas de la salle. Kiko s'y engagea, suivit de l'enfant qui se montra plus attentif à ce qui l'entourait. La louve et l'enfant traversèrent la pièce au cristal unique, au fond de laquelle se trouvait une ouverture plus ténébreuse. On ne voyait pas vers où elle menait. Jack jetait des regards intrigués sur les plantes qu'il croisait en chemin, certaines étaient munit de fleurs.
- Kiko…commença-t-il, toutes ces plantes…?
- N'y touches pas, répondit gentiment la femelle bleue, c'est la réserve de notre Sage. Ce sont ses plantes médicinales. Regardes, il en fait même poussé de lui-même ! Elles sont protégées des effluves du temps par ce cristal. Ainsi, jamais elles ne flétrissent.
Jack pouvait en effet sentir les douces odeurs parfumées des fleurs qui se trouvaient dans cette salle. Cet endroit était très chaleureux, rempli d'une étrange sérénité. Cette atmosphère de béatitude fondit rapidement lorsque l'enfant s'engagea derrière la louve dans le couloir dénué de lumière. Inquiet de perdre son amie dans un éventuel dédale, il posa sa main sur sa croupe. Le contact avec son pelage de velours le rassurait.

L'instant d'après, une faible lueur se vit au bout du tunnel. Kiko et Jack débouchèrent dans une seconde et ultime pièce. Son plafond était beaucoup plus bas que le précédent. Un homme adulte pouvait le toucher rien qu'en levant les bras. En revanche, la superficie de la salle était bien plus vaste. Il faisait moins sombre car les cristaux lunaires qui se trouvaient sur leurs socles encastrés dans les murs étaient plus nombreux. La salle était aussi longue que large et donnait la sensation d'être dans un bunker. Ça sentait le renfermé et il faisait un peu plus frais qu'ailleurs.

Jack fit un pas derrière la louve qui s'était engagée dans la salle mais s'arrêta aussitôt en croisant le regard blanc, vitreux et vide de vie d'un cerf inerte qui gisait contre un mur entre deux gros piliers. Le garçon se figea. Aux côtés du cadavre s'en trouvaient d'autres de différents animaux. Des lièvres, des cerfs, des oiseaux, des rongeurs…Tous portant des traces mortelles de crocs ou de griffes. Kiko s'était arrêtée et observait l'enfant sans réagir, lui laissant le temps d'encaisser ces visions. Il devait accepter le fait que les loups tuaient pour se nourrir. Il le savait. Mais il ne l'avait encore jamais vu en vrai. Malgré le grand nombre de corps qui étaient éparpillés dans le sous-sol, il n'y avait aucune odeur de charogne, de pourriture. Aucun corps nécrosés, à l'odeur nauséabonde. Ils avaient tous l'air fraîchement tué. Jack se ressaisit. Tout ceci était l'œuvre des cristaux. Ils étaient là pour arrêter le temps sur les carcasses. Quelle magie incroyable.

Kiko s'appropria un lièvre pourvu d'une petite paire d'ailes de la même couleur de sa fourrure grisonnante. Elle retourna aussitôt au côté de l'enfant et tous deux quittèrent les sous-sols du château. C'était le départ d'une grande traversée. Le Dôme d'Archange était proche du Royaume du Soleil, au nord, à l'autre bout du Cœur des Terres d'Archange. Le monde que connaissait Jack était en effet composé de continents bien distincts. Il y avait le continent principal, le centre du monde, nommé le Coeur. C'était le continent central qui contenait les plus grandes ressources et était la source également de toute vie. C'était également ici même que les deux clans étaient installés.




- Tu traînes petit ! s'exclama Kiko.
Jack la suivait avec peine au cœur de la Forêt du Sud. Ce n'était pas une simple forêt comme on en voyait partout. L'enfant ne cessait de trébucher sur des racines énormes qui sortaient de la terre. Il s'emmêlait dans les lianes qui pendaient par-delà les branches trop basses des arbres. Il grimpait des rochers, contournait des buissons de ronces. La balade était moins appréciable que le jour où il l'avait faite avec Brume. A ce moment-là, il suspectait le loup d'avoir emprunté que des passages faciles d'accès.
- C'est une véritable jungle ! rouspéta le garçon en rejoignant la femelle après s'être démené avec un taillis qu'il avait dû traverser tête baissée, à l'aveuglette.
- La jungle ? On y est presque, répondit Kiko d'un air amusé, elle s'étend juste après mais elle est beaucoup trop dangereuse pour toi. Nous prendrons la voie des airs.
Jack souffla, soulagé. Kiko se mit à rire. Elle prenait plaisir à taquiner l'enfant. Elle sentait un instinct maternel l'envahir lorsqu'elle était auprès de lui, elle le voyait comme un petit louveteau égaré. Bien qu'elle se refusait à le croire, le jour où cet enfant quittera son monde, elle éprouvera une peine profonde, c'était déjà ancré au fond d'elle-même. Parmi les immenses fleurs colorées, typique de la Forêt du Sud, la randonnée de la louve et du garçon se poursuivit sans encombre jusqu'aux frontières de la jungle que Jack n'avait encore jamais visitée, sauf depuis les hauteurs. D'après Kiko et d'après tous les loups du clan, c'était un endroit des plus dangereux.
- Montes, lança la louve ailée à Jack.

Elle ne reçut aucune réponse. Elle regarda le visage pensif d'un garçon qui tentait de percer d'un regard tous les mystères que renfermaient les frondaisons face à lui. On reconnaissait le début du nouveau territoire. Les arbres étaient différents, bien plus immenses, aux feuilles impressionnantes, aux formes diverses et variées. Le sol était caché de broussailles et de fougères denses. On n'y voyait pas plus loin que des deux premières rangées de végétation tant le reste disparaissait dans cet amas de verdure qui formait une étrange brume camouflant les profondeurs tropicales.
- Jack ?
L'enfant sortit de ses pensées et croisa le regard intrigué de Kiko qui s'était mise à plat ventre pour lui permettre de monter sur son dos.
- Tu rêvasses ? demanda-t-elle.
Jack hocha négativement la tête et prit place derrière les ailes de la louve bleue. Cette derrière bondit hors du sol et traversa le feuillage des arbres de deux battements d'ailes. Jack plissa le regard heurté par les rayons d'un soleil estival dans un ciel d'azur sans nuage. Le paysage de la forêt, sous lui, du Château de l'Ombre derrière lui, et de la jungle devant lui l'émerveillait toujours autant. C'était à chaque fois un spectacle nouveau qui s'inscrivait dans sa mémoire. Pourvu que tout ceci n'était pas qu'un rêve, que bientôt, il se réveillerait dans son lit, un nouveau jour à la maison qui débutait comme si rien ne s'était passé. Non, c'était impossible.

Il faisait incroyablement chaud. Même avec les manches retroussées de son pull, Jack regrettait amèrement de s'être habillé de la sorte. Mais comment aurait-il pu prévoir que sa balade nocturne dans la forêt canadienne allait tourner à un voyage dans un autre monde ?

Au cours du vol, Jack remarqua une forme énorme à l'horizon en direction de l'Est. C'était une masse gigantesque qui coupait le paysage de tout son long. Il ne pouvait en distinguait que la silhouette tant c'était à des kilomètres d'ici mais Jack devina finalement une impressionnante chaîne montagneuse. Elle avait l'air petite de son point de vue mais il savait que s'il devait se retrouver au pied d'elle, son sommet serait impossible à apercevoir.
- Est-ce que ce sont les Montagnes Sacrées ? hurla-t-il à Kiko afin de contrer le vent que les deux protagonistes avaient dans les oreilles.
- C'est bien elles ! répondit la louve, la plus grande chaîne de montagne du monde ! La légende raconte qu'elles abritent autant de mystères que de magie, ce serait là-bas que demeure le gardien de notre monde !
- Archange ?
- En effet.

Kiko n'alla pas plus loin par les airs une fois la jungle survolée. Aux abords de la vallée, elle retourna sur la terre ferme. La Grande Vallée, il ne l'avait vu que brièvement et le plus souvent depuis les airs lorsque Brume l'avait transporté pour la première fois en quittant la Cité Perdue, ou lorsque Lune Blanche l'avait reconduit dans le Royaume de la Lune. Lune Blanche…Que devenait-elle ? Avait-elle survécu à ses blessures ? Jack la reverra-t-il un jour ? Qui sait, elle n'était peut-être pas loin, quelque part dans la vallée. Cet endroit avait l'air bien plus paisible le jour que la nuit. Plus jamais Jack ne se risquera seul dans les contrées hostiles de ce monde. Si seulement il pouvait se souvenir du chemin qui menait à l'antre de la louve blanche, il aurait eu une chance de la revoir et de s'assurer qu'elle allait bien.

Sur le versant de la lande, Kiko reprit la route en direction du nord. La vallée était immense. Impossible d'en voir l'extrémité, même depuis les airs. Jack savait qu'elle couvrait une grande partie du continent. La Grande Vallée était au centre même du Cœur. Jack ne pouvait s'empêcher de se demander comment les loups parvenaient à se repérer et à se rendre dans des lieux précis tels que le Dôme d' Archange. Pour lui, tout se ressemblait aux alentours. Des arbres, des collines, de la rocaille dominaient. Jack, malgré la beauté de l'endroit, était anxieux. Il savait désormais qu'une meute de hyènes était capable de surgir de n'importe où et il doutait que la louve ailée soit de taille à les affronter. Au loin, l'enfant eut cependant le bonheur de contempler un troupeau de cerfs au galop dans les hautes herbes. Leur robe grise scintillait d'éclats d'argent sous le soleil. Il remarqua avec amusement la noirceur du pelage ébouriffé de leurs nouveau-nés. La troupe disparue derrière une montée de terre.

Arrivés aux abords d'un ruisseau, les deux amis firent une halte. Jack s'agenouilla au bord de l'eau et s'arrosa le visage. Kiko déposa le lièvre dans l'herbe avant de laper le flux rafraîchissant à grands coups de langue. Après quoi, affamée, elle se coucha sur le tapis verdoyant et dépeça l'animal. Jack se répugna de ce spectacle mais n'était pas mécontent de se reposer les jambes qui n'avaient jamais marché autant et surtout pas sous une chaleur pareille.
- C'est encore loin ? demanda-t-il, assit dans la pelouse sauvage.
- Oh oui, répondit Kiko, les crocs rougis par le sang de la proie.
- On n'y sera jamais avant la nuit ! On aurait dû partir dès le matin.
- Justement non Jack. Les loups du Clan du Soleil s'y rendent plus tôt dans la journée. On ne peut pas prendre le risque de croiser leur route.
Jack voulu lui répondre mais se ravisa au dernier moment. Et si une rencontre lui aurait permis de retrouver Lily ?
- As-tu faim ? demanda subitement la louve, sortant le garçon de sa rêverie.
- Ça ira, répondit-il, j'ai mangé quelques fruits avant de partir. Ça en devient lassant d'ailleurs.
- Les fruits ? Je te comprends. La viande est bien meilleure !
Kiko et Jack échangèrent un rire, mais une voix forte stoppa soudainement leur complice hilarité :
- Qu'est-ce que vous faites ici ?
C'était Kartor, le guerrier au pelage noir parsemé de poils rouge-sang. Il venait d'apparaître de derrière un imposant rocher non loin des deux amis.
- Et toi donc ? renvoya la louve bleue, nous sommes en Terres Neutres, je n'ai pas à me justifier.
- Qu'est-ce que tu racontes ? Tu emmenais peut-être l'enfant d'humain à la chasse ? Cet endroit est dangereux pour lui.
- Oh ça va ! Je suis là aussi je te rappelle. J'assure sa protection.
- Toi ? Laisse-moi rire.
- Pardon ?!
En voilà deux qui n'avaient pas l'air habitué à s'entendre comme deux membres du même clan. D'un autre côté, Kartor avait un caractère difficile et Kiko n'était pas le genre de louve à se laisser marcher sur les pattes. Elle était vexée d'être ainsi considérée par le guerrier sous prétexte qu'elle n'avait qu'un rôle de garde au sein du clan.
- En attendant, s'enquit le mâle, ça ne me dis pas où vous comptez vagabonder comme ça.
- Nous nous rendons au Dôme d'Archange, s'empressa de répondre l'enfant afin de dissiper tout malentendu.
- Pourquoi faire ?
- Pour la fête d'Archange tiens ! lâcha la femelle d'un ton amer.
Jack ignorait tout du pourquoi les deux loups faisaient autant d'efforts pour s'envoyer un maximum de piques mais il préférait de loin éviter tout conflit.
- Sois ravi d'être tombé sur nous, lança-t-il, le sourire aux lèvres, comme ça tu peux nous accompagner si tu veux.
Mais le loup au sombre pelage serra les crocs.
- Non, je ne suis pas ravi du tout ! grogna-t-il, et c'est vraiment une idée stupide de s'y rendre alors que des loups du soleil peuvent y être aussi !
- Je ne crains pas les loups du soleil, maugréa Kiko, et je sais me défendre.
- Je ne t'ai pas demandé ton avis ! Le guerrier dans l'histoire, c'est moi ! Compris ?!
- Dans ce cas, viens avec nous pour nous protéger s'il faut ! s'exclama Jack de justesse en coupant une éventuelle réplique de la louve ailée.
Cette dernière lui jeta un regard rancunier, pinçant les babines de frustration. L'enfant ne lui répondit que d'un regard inspirant la patience, ce qui fit ravaler des paroles à la femelle. Il était clair qu'elle se serait volontiers passée d'une telle compagnie. Mais Kartor n'était pas prêt de les lâcher. Il valait mieux l'accepter plutôt que d'être forcé de retourner au clan.
- Vous croyez que j'ai que ça à faire ? rétorqua le loup.
- C'est ton rôle en tant que guerrier, non ? répondit Jack avec assurance.
Il se passa un temps sans que personne n'émette une seule parole. Mais tous parlaient par regards échangés.
- Bien, souffla le mâle, ne perdons pas de temps alors.
Il ouvrit la marche. Kiko eut tout juste le temps de finir son lièvre ailé avant de se lancer à la suite des deux autres, la mine boudeuse. Elle n'était plus aussi réjouissante qu'avant. Elle n'avait pas la patience de Brume pour supporter son irascible compagnon de clan. Jack se garda de commenter la situation mais n'en pensait pas moins. Il se demandait en l'occurrence si les loups du soleil étaient aussi teigneux que ceux de la lune.

Le reste du voyage se déroula sans encombre. Jack avait pu suivre la course du soleil au-dessus de sa tête, dans les espaces dégagés de la vallée, puis de la vaste plaine herbeuse, de l'autre côté de laquelle se trouvait le Royaume du Soleil. L'immense chaîne des Montagnes Sacrées traçait tout l'Est des terres comme une barrière infranchissable. Durant sa traversée de la Grande Plaine, le groupe s'était dirigé vers les monts. Exténué, Jack sentait ses jambes molles et brûlantes. Il était cependant déterminé à aller jusqu'au bout, à suivre la cadence régulière des loups. Kiko faisait-elle ce voyage chaque année, ou chaque cycle comme ils disaient ici, juste pour faire honneur au gardien ?
- Tu veux que je te porte ? demanda-t-elle en ayant fait une halte pour permettre à l'enfant de la rattraper.
- Non merci Kiko, répondit le garçon essoufflé, ça ira.

Les trois amis atteignirent les Montagnes Sacrées au crépuscule. On ne voyait plus qu'un demi-cercle lumineux à l'horizon de la plaine. Les derniers rayons de son éclat coloraient l'herbe d'orange et zébraient le ciel rosé de stries flamboyantes, le faisant virer vers l'indigo. Jack ne voyait désormais plus qu'un tout petit bout des Montagnes Sacrées, résumé en un gigantesque mur de roche, parcouru tout d'abord de touffes d'herbes et de broussailles, prit en relai par de petits arbustes. D'imposantes corniches de pierre empêchaient Jack d'en voir d'avantage. A côté de cette masse incroyable, la Cordillère des Andes n'était qu'un amas de pierre insignifiant. Et devant le petit groupe baigné des dernières lueurs crépusculaires, il y avait ce monument.

Des marches de pierres blanches comme l'écume de mer traçaient un escalier qui serpentait entre les rochers et les fougères, le long d'une montée de terre qui précédait les falaises du mont. A l'extrémité de ce chemin d'ivoire se dressaient de fines colonnes en marbre blanc qui soutenaient une large coupole. D'épaisses racines sortaient du mur de la montagne, encerclant le lieu, comme s'il était né du mont lui-même. A quel arbre appartenait ces racines ? Vu leur taille, il devait être immense. Mais impossible de le voir d'ici par la faute des corniches de pierre. Encerclant la montée qui supportait le dôme, ces épaisses racines semblaient prêtes à l'engloutir.

Kartor entama les premières marches d'ivoires, suivit de près par Kiko et Jack, qui était impatient de voir ce que renfermait le dôme. Passant à côté d'un bouquet de fleurs violettes au détour du chemin de marches blanches, Jack vit un papillon prendre la poudre d'escampette à son passage. Il était très beau. De grandes ailes bleues et un corps rouge, flamboyant. Des motifs blancs sur ses ailes rappelaient avec amusement les crocs d'une mâchoire. Une mâchoire bleue…
Soudain, Jack se heurta à la croupe de la louve ailée qui marchait devant lui. Celle-ci venait de s'arrêter, parce que Kartor avait fait stop lui-même, bloquant l'escalier de son corps.
- Attendez, lança-t-il subitement, le regard fixe vers le sommet des marches qui menait à la coupole.
- Qui y-a-t-il ? demanda Kiko.
Jack regardait les deux loups à tour de rôle avant de plonger ses iris en direction du dôme, comme s'il espérait repérer quelque chose.
- Un loup du soleil, gronda faiblement le loup rouge et noir, j'en étais sûr que ce n'était pas une bonne idée de venir !
- Arrêtes Kartor, répliqua la louve, tous les loups du soleil ne sont pas…
- Restez ici, coupa le mâle, je vais m'en occuper.
Kiko tenta de l'en dissuader mais n'eut pas le temps que le guerrier se rua vers le haut des marches. La femelle afficha une mine renfrognée. Jack suivit le loup du regard qui détala jusqu'à disparaître à l'intérieur du dôme. S'ensuivit alors un terrible grognement, accompagné d'un couinement suppliant. Un combat s'était apparemment engagé. Jack sentit son cœur se serrer, ce n'était certainement pas Kartor qui gémissait de la sorte et il craignait l'état dans lequel il mettrait l'animal inconnu.

Soudain, une louve blanche ailée sortit en trombe du dôme et s'étala sur les marches, blessée à divers endroit. Le cœur de Jack loupa un battement quand il aperçut les pattes tigrées de bleu de l'animal. Lune Blanche ! La pauvre louve était terrorisée, comme le jour où Maelstrom s'en était prise à elle. La femelle se trouvait à une quinzaine de marches en hauteur par rapport à Jack et Kiko. Son regard bleu empli d'effroi et d'incompréhension s'abaissa jusqu'à celui de l'enfant. Kartor apparu à son tour. Il poussa un grognement qui fit sursauter Lune Blanche.
- Arrêtes Kartor ! hurla soudainement Jack en agitant les bras à l'attention du loup.
Mais ce dernier fit la sourde oreille et se rua sur la louve blanche. Prise de panique, celle-ci prit son envol mais le mâle arriva à temps pour lui saisir une patte arrière de ses crocs. La louve gémit de douleur.
- Ca suffit ! s'exclama Kiko.
Elle grimpa les marche quatre à quatre, suivit en tout hâte par Jack. Kartor tentait de faire revenir la femelle au sol mais lorsque Kiko le percuta de plein fouet, il lâcha sa prise.
- Lune Blanche ! hurla Jack en voyant la malheureuse fuir à toute aile sans jeter le moindre regard derrière elle.
C'était trop injuste ! Cela faisait la deuxième fois qu'elle se faisait attaquer aussi injustement ! Et par des loups de la lune. Jack scrutait le ciel baigné de lueurs orangées et la silhouette blanche qui disparaissait au-dessus de la Grande Plaine. Il passa sa main sur ses yeux larmoyants, les lèvres pincées pour l'empêcher d'éclater en sanglot.
- Pourquoi as-tu fais ça ? gronda Kartor, je la tenais !
- C'est précisément pour ça que je l'ai fait ! rugit Kiko, le pelage hérissée.
Jack pivota sur ses talons. A quelques marches du dôme, Kiko et Kartor se faisaient face, les oreilles plaquées contre leur nuque et leur fourrure dressée de colère. L'enfant renifla et dissimula sa peine avant de les rejoindre d'un pas traînant.
- Qu'est-ce qui t'as pris ? poursuivit la louve bleue, cette louve ne t'avait rien fait ! Elle était venue rendre hommage à Archange, c'est tout !
- C'était une louve du soleil !
- Et alors ? Tu l'as bien vu ? Elle était inoffensive ! Tu devrais avoir honte de ce que tu as fait ! Nous devons tenter de nous lier aux loups du soleil, pas de les massacrer sans arrêt ! Comment veux-tu que se finisse la guerre ?!
Jack était préoccupé par la querelle. Lune Blanche venait de son propre monde. Elle vivait seule dans une grotte de la Grande Vallée. Pourquoi Kartor l'a-t-il identifié comme une louve du Clan du Soleil ?
- Il n'y a que toi pour vouloir être amie avec ces maudits loups ! répliqua le mâle, ça devrait être considéré comme une trahison pour nous !
- Je t'interdis de me traiter de traîtresse ! Je suis fidèle au clan mais je veux que la paix règne pour tout le monde, tu peux comprendre ça espèce de grosse brute ?!
- Tu ferais mieux d'arrêter ça tout de suite ! Un beau jour, ils s'en prendront à toi dès que tu auras le dos tourné et tu ne verras rien venir avec tes belles pensées naïves !
- Non ! Parce que je sais qu'ils ne le feront pas, je sais faire confiance aux autres moi !
Elle soutenait son regard meurtrier avec une assurance insolente. Elle, la simple garde, qui osait tenir tête au meilleur guerrier du clan. Le loup au sombre pelage serra les crocs en la fusillant de ses iris rouge-sang. La tension était à son comble, ce qui intimidait l'enfant et lui faisait maintenir le silence. Au bout d'un moment, Kartor rompit.
- Très bien, dit-il d'un ton froid, dans ce cas, vous vous débrouillerez tous seuls. Vous n'avez pas besoin de moi après tout n'est-ce pas ?
Le loup contourna la femelle ailée et descendit les dalles d'ivoire sans jeter le moindre regard à Jack qui se sentit soudainement peiné. Même s'il en voulait à Kartor d'avoir blessé Lune Blanche, il savait que les intentions du loup n'étaient pas mauvaises.
- Kartor, attends ! lança l'enfant.
Mais l'animal n'en avait cure et poursuivit sa marche. Il s'éloigna seul dans la Grande Plaine. Kiko demeura silencieuse et était restée immobile comme si le loup se trouvait toujours en face d'elle. Jack finit par détourner le regard et grimpa lentement les dernières marches qui le séparaient du dôme. Entre les colonnes de marbre blanc se trouvait un piédestal qui portait la statue d'un loup ailé, se tenant debout, une patte avant en l'air, repliée vers son ventre. Le plus spectaculaire étant d'une moitié de son corps avait été sculpté dans une pierre noire et l'autre, dans la même pierre blanche que celle des marches du monument. Les deux couleurs séparaient l'animal entre les deux yeux. Sur le pied du socle était gravé un soleil et une lune qui fusionnaient en s'effleurant le rebord de leur cercle respectif. Jack se souvenait de ce dessin. Il y avait le même à la Cité Perdu, sous la statue d'un homme et d'un loup en parfaite harmonie.

*******************************

Forme humaine
Spoiler:
 


Signature and Avatar © Cissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kartor

avatar

DCs : Artémis // Maelstrom // Lyra
Liens : Au fond du coeur
Présentation : Kartor
Points : 15
Date d'inscription : 06/12/2012

Feuille de personnage
Age: 8 ans
Rang: Guerrier
En couple avec: sa solitude

MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Lun 17 Avr - 20:23

CHAPITRE
5
La Plaine du Volcan





Un grondement retentit. Il venait des entrailles de la terre. Une terre noire, dure comme la roche, parsemée d'un tapis gris de cendres. L'air chargé de soufre était chaud, à l'odeur âcre. Pas la moindre trace de verdure ne pouvait apparaître, et si jadis il y en avait eu, le magma séché avait tout recouvert, après l'avoir brûlée. Sur cette plaine désolée subsistaient uniquement de gros rochers roussis, ainsi qu'une inquiétante montagne fumante, au centre de l'hostile territoire. Et sur la cime de cette montagne étaient éjectées des vapeurs incandescentes, faisant pleuvoir des cendres lumineuses au-dessus d'un cratère bouillonnant de lave. Les effluves noires qui s'en échappaient s'élevaient et s'étendaient infiniment dans le ciel, empêchant toute lumière du jour ou de la nuit d'éclairer la surface de la plaine inhospitalière. Jamais le bleu des cieux n'était visible. Ils étaient en feu. Les nuages noirs se mêlaient au reflet du magma et de l'incandescence des cendres pour former des tourbillons écarlates recouvrant le ciel de la plaine qui, aux abords des frontières, se dissipaient, balayés par les vents.

Dans cette contrée hostile, plus dangereuse encore que le plus marécageux des marais, plus colérique encore que le plus puissant des orages, plus ardente encore que le plus imposant des incendies, grouillait une vie misérable. Dans les recoins de ces plateaux saupoudrés de cendres chaudes se traînaient des créatures squelettiques qui espéraient trouver au détour d'un rocher la dépouille d'un malheureux égaré. Ces bestioles n'étaient pas plus grandes, ni plus grosses qu'un loup. Elles possédaient un sinistre pelage noir et crasseux. Leurs côtes se voyaient à travers et leurs petits yeux étaient rouges comme le sang. Le long de leurs pattes griffues à deux doigts pelait leur fourrure salie de soufre et de cendres. Une longue queue touffue battait l'air chaud et remuait des nuages grisâtres sur leur furtif passage. Des oreilles pointues se confondaient dans les longs poils sombres de leur encolure et des dents aussi crochues que leurs griffes ornaient des mâchoires allongées, rappelant les canidés. À vrai dire, les ainsi nommés kars n'étaient pas loin de cette famille. Ces charognards aux allures repoussantes étaient pourtant parfaitement inoffensifs.

Un petit groupe d'entre eux prit la fuite à l'approche d'un autre animal. C'était un loup. Son pelage noir se fondait aisément parmi les roches de la plaine et ce n'était pas quelques-uns de ses poils parsemés de rouge qui risquaient de déstabiliser cette harmonie. Le loup grondait, l'échine courbée. L'atmosphère colérique qui l'englobait se liait à la frustration des kars affamés et à la rage immortelle du volcan à proximité.

Soudain, prit d'un accès de fureur, Kartor fit exploser un rocher proche d'un puissant coup de griffes, dissuadant davantage les autres rôdeurs des lieux de tenter une approche. Le loup était venu ici dans le but de relâcher la hargne qui l'habitait, ce qu'il n'aurait pas pu faire pour faire entendre raison à Kiko. La haine qu'il éprouvait pour le Clan du Soleil était trop forte pour accepter la moindre part de vérité dans les paroles de la louve bleue. Le rocher était réduit en petits cailloux sous le choc et la force du guerrier qui se contraignait à humer l'air chargé de soufre et si lourd à respirer. Il ne rechignait pas à avancer dans la Plaine du Volcan. Volcan qui était encore et toujours en train de cracher son épaisse fumée noire, faute de pouvoir faire jaillir son magma. Kartor était aussi furieux qu'un volcan en éruption. La voix de Kiko hantait encore son esprit. "Non ! Parce que je sais qu'ils le feront pas, je sais faire confiance aux autres moi !".

Le mâle ferma les yeux avant de lâcher un grognement et de détruire un autre rocher à coup de griffes.
- Elle a tort ! s'exclama-t-il, elle a tort ! Elle a tort ! Ne…jamais…faire confiance…aux autres !
Jamais le guerrier de la lune n'oublierait la raison de son mépris et celle pour laquelle il était devenu le meilleur guerrier du Clan de la Lune. Il y avait bien longtemps que Kartor avait cessé d'avoir confiance. La silhouette sinistre du loup disparue sous les ombres inquiétantes des cumulus noirs et feu au moment-même où deux autres faisaient leur apparition aux frontières du territoire.

Kiko cessa de courir, essoufflée et épuisée. Elle avait su gagner du temps par la voie des airs, le jeune Jack sur son dos. Malheureusement, il était très difficile de repérer un loup noir et rouge sur le sol sombre et volcanique en pleine nuit. De plus, les nuages chargés de cendres incandescentes rendaient le vol dangereux. La louve avait contourné une bonne partie des Montagnes Sacrées durant une bonne partie de la nuit afin de rejoindre la Plaine du Volcan. Selon elle, s'engouffrer dans les monts était risqué et elle se refusait à mettre en péril la vie de l'enfant. Les épais cumulus rouges et noirs de la plaine étaient stoppés par les hautes murailles des Montagnes Sacrées sur l'ouest du territoire mais avaient tendance à dépasser les limites des autres régions limitrophes jusqu'à être dissipées par les vents.

Après avoir tant marché pour atteindre le Dôme d'Archange, ce nouvel effort fut éprouvant. Une fois posée sur une corniche de la montagne, juste au-dessus des nuages ardents, la louve fut contrainte de faire la descente des roches à pattes, accompagnée de Jack, qui se mit à tousser violemment lorsqu'il commença à respirer le soufre de cette nouvelle atmosphère. Le côté interne de la montagne était verdoyant de forêt et de plateaux herbeux. Mais le versant qui faisait face à la plaine volcanique ne permettait pas une telle abondance. Dans sa prudente descente aux côtés de Kiko, Jack glissait sur des pierres noircies de cendres, se raccrochant parfois à des broussailles cassantes, sèches, dénuées de vie qui rappelaient les ronces. Les deux amis étaient pressés. Kiko gagna du temps en planant une dernière fois avec Jack jusqu'au sol de la plaine.
- Tu es sûr qu'il est dans les parages ? demanda l'enfant, peu rassuré.
- J'ai perçu son odeur, répondit la louve, allons-y !
Elle reprit une course à en perdre haleine, évitant les quelques endroits un peu trop chauds pour ses pattes. Jack craignait moins la chaleur avec ses chaussures mais peinait à suivre la louve ailée. C'était pourtant lui qui l'avait convaincue de retrouver le guerrier. Elle avait accepté mais au fond, le garçon savait qu'elle s'en voulait. En effet, Kiko songeait également qu'elle n'aurait pas dû s'énerver contre Kartor. Mais il l'avait poussée à bout. Elle s'était énervée et les mots avaient dépassé sa pensée, lui faisant découvrir une facette d'elle-même qu'elle ne connaissait pas et qu'elle détestait déjà. Les cendres rejetées du Mont Incandescent se collaient au visage en sueur de Jack qui se frotta les yeux, piqués par le soufre. Il s'efforçait cependant à les maintenir ouverts pour ne pas perdre de vue la tache bleue, presque lumineuse dans ce décor, qui galopait devant lui.

Truffe au sol, Kiko redoubla d'efforts pour rattraper le guerrier, difficilement identifiable. Jack avait la main plaquée sur le nez. Cette odeur âcre était plus que désagréable. Quelque part, il s'en voulait de ce qui était arrivé. Après tout, c'était lui qui avait insisté pour que Kartor les accompagne. Si Lune Blanche avait été blessé et l'honneur du guerrier froissé, c'était entièrement de sa faute. Il voulait corriger ne serait-ce qu'une part de ses erreurs, quitte à supporter ce qu'il était en train de vivre. Alors qu'il se disait que jamais ils ne le retrouveraient, Jack aperçut enfin sa silhouette à quelques mètres à peine, mais se confondant dans le décor apocalyptique.
- Là-bas ! s'exclama-t-il à l'adresse de la louve qui pointa son museau dans la direction indiquée avant de s'y rendre en courant.
Jack lui emboîta le pas malgré ses jambes fatiguées. De grosses gouttes de sueur perlaient sur son front. Comment Kiko supportait-elle la chaleur avec son pelage de loup ?
- Kartor ! appela l'enfant une fois à proximité du loup qui leur tournait le dos, attends !
Le guerrier ne s'arrêta pas, ne se retourna pas, ne lui adressa aucun regard. Jack se demanda même s'il avait entendu. Il semblerait que oui mais qu'il n'ait eu aucune envie de discuter. Au contraire, il accéléra la cadence de ses pas.
- Attends une minute ! lança Kiko en suivant son rythme derrière lui.
- Qu'est-ce que tu veux encore ?! répliqua froidement le loup.
La louve et l'enfant s'efforçaient de tenir l'allure rapide imposée par le guerrier.
- Je…Je suis désolée, s'excusa la femelle, je ne pensais pas ce que j'ai dit…Enfin, pas vraiment.
Cela faisait tout drôle à Jack de voir la vaillante louve au pelage bleu courber l'échine, même devant un loup plus imposant qu'elle. L'enfant fatiguait réellement à trotter derrière les deux canidés qui avaient l'air d'avoir oublié sa présence. Mais Kartor fit brusquement volte-face et imposa sa carrure à Kiko.
- Ah oui ? Rien que ça ? maugréa-t-il, ironique, le regard froncé.
Jack se recroquevilla un peu sur lui-même malgré le fait que le mâle rejetait la faute sur la louve à ses côtés. Celle-ci, en revanche, reprit un peu de son tempérament, soutenant le regard rouge du guerrier.
- Oui, fit-elle, confiante, rien que ça. C'est simple mais c'est vrai.
Jack priait intérieurement pour que la situation s'améliore. Hélas, Kartor était rancunier. Il tourna le dos à tout le monde et reprit sa marche effrénée.
- Parfait ! Au moins tu as l'art de ne pas gaspiller ton temps !
Il laissa là seule la louve désemparée. Celle-ci tourna son museau vers l'enfant qui la fusillait d'un regard insistant.
- Je ne peux rien faire de plus Jack, lui dit-elle, il est borné et de toute façon ça ne changera pas. Viens, rentrons.
- Mais Kiko…
- Je n'ai pas envie de cuir ici ! Les kars n'attendent que ça…
Elle adressa un regard furtif vers les formes mouvantes qui rôdaient autour tels des vautours. La forme bleue que la louve ailée constituait dans cette plaine de la mort la rendait visible à des kilomètres. Jack n'était pas plus rassuré à la vision des charognards qu'il préférait connaître imprimés par mots sur les pages de son livre que face à face.

Soudain, un léger tremblement de terre apparu, accompagné d'un grondement. Jack manqua de perdre son équilibre et écarta les jambes pour le conserver.
- Qu'est-ce qui se passe ? s'exclama-t-il.
Kiko dressa les oreilles hautes sur sa tête avant de pointer son museau vers le sommet du volcan qui éjectait des traînées de fumée de plus en plus intenses. Très vite, comme un monstre sortant de son sommeil, une masse lumineuse dégoulina des rebords du cratère. L'éruption était imminente.
- Il ne faut pas rester ici ! lança la louve à l'enfant qu'elle prit immédiatement sur son dos.
Une fois de plus, elle ne pouvait se permettre d'user de ses ailes pour se tirer d'affaire, au risque de s'asphyxier dans les nuages de soufre et de cendre. Par ailleurs, dans sa course effrénée en proie à la panique, Kiko se retrouva rapidement exténuée. Ses forces l'abandonnèrent sous la chaleur qui s'était intensifiée. Sa respiration était saccadée et rendue difficile par la lourdeur de l'air. Jack sauta de son dos et passa un bras sur son garrot pour l'inciter à poursuivre l'effort.
- Kiko ! hurla-t-il, ne t'arrêtes pas !
- Ne restes pas là Jack…souffla la louve bleue, la langue pendante et les pattes tremblantes.
- Je ne pars pas sans toi !
Le jeune garçon poussait la louve à avancer mais rien n'y fit, la garde était à bout de souffle. Jack regarda avec effroi les coulées de lave le long de la montagne noire qui menaçaient d'engloutir tous ceux qui avaient le malheur de s'attarder dans la plaine. La terre gronda à nouveau, Jack pouvait la sentir vibrer sous ses semelles. Kiko semblait prête à abandonner mais l'enfant, qui guettait une aide quelconque du regard, refusait de la laisser. Il distingua non loin de lui une forme mouvante qui n'était pas un kar puisqu'ils avaient tous fui.
- Kartor ! s'exclama-t-il avec soulagement en reconnaissant le large collier du guerrier.
Le loup arriva auprès des deux autres.
- Ce n'est peut-être qu'un détail qui remet en cause vos vies mais je vous signale que le volcan se réveille ! rugit-il.
- Laissez-moi ! répliqua la louve bleue qui toussait le soufre de plus en plus abondant.
- Kiko, je t'en prie ! gémit Jack qui lui tirait les poils pour la faire avancer.
- Qu'est-ce que tu attends ? maugréa Kartor, tu veux définitivement faire partit du décor ?
Mais au lieu de réagir, la pauvre femelle se coucha à plat ventre sur le sol rocheux et chaud.
- Je vous dis que je ne peux pas faire un pas de plus ! se plaignit-elle, je n'en peux plus…Je suffoque et mes coussinets me brûlent…
Jack s'accroupit à ses côtés, désespéré, il caressa son poil océan. Kartor lorgnait cette scène qui devait tant être jugée pathétique pour le battant qu'il était.
- Cesses tes jérémiades ! renchérit-il à la femelle.
Il s'approcha d'elle et écarta l'enfant d'un coup de museau.
- Bouges de là, ronchonna-t-il à son attention.
Le loup noir et rouge colla sa truffe dans le flanc de Kiko, essayant en vain de la relever. Mais la louve restait étendue et sans force tandis que le magma déferlait de la pente du volcan comme pour une promenade habituelle. Jack scrutait les alentours de ses yeux effarés, comme si la solution allait lui tomber du ciel. Tout à coup, un éclat bleuté fit son apparition à ses côtés. C'était Kartor qui s'était mis à luire. Le regard de Jack s'arrondit tandis qu'il assistait au changement d'apparence du guerrier. Sa forme canine lumineuse s'étira en une silhouette bipède encore cachée par la lumière lunaire qui l'enveloppait. Lorsque celle-ci s'estompa, elle laissa la place à un homme de grande taille vêtu d'un corset noir et d'un pantalon de cuir rouge. Le tout monté sur des bottines ébène aux épaisses semelles. Ses iris ardents et son collier clouté étaient toujours présents. Son fin visage se retrouva encadré d'une longue chevelure en bataille, battue par le vent, à la couleur flamboyante. Ses mains munies de mitaines noires passèrent sous le ventre de la louve qu'il souleva en faisant rouler ses biceps. De ses jambes, il détala dans la direction opposée à la coulée de lave. Jack s'était tant émerveillé de ce qu'il venait de voir qu'il en était figé. Le loup sous forme humaine fit une halte.
- Mais dépêches-toi enfin ! gronda-t-il.
Jack se ressaisit subitement et remarqua les perles de sueur qui humidifiaient son front et celui de Kartor. L'enfant prit la suite du loup dans sa fuite, ralentie par le poids de la louve. Un nouveau tremblement de terre stoppa leur course, les faisant vaciller comme sur un navire en pleine tempête. Encore une fois. Et cette fois, Kartor ne se reprit pas à temps. Il tomba sur les genoux et dérapa violemment sur la roche, gardant Kiko contre lui et le haut du corps hors du sol tandis que ses genoux s'étaient grandement ouverts. Jack s'était écrasé au sol sous la puissance du tremblement. Il se releva et reprit sa course vers l'horizon, accompagné du loup à forme d'homme dont le sang des jambes se mêlait à son bas déjà rouge d'origine. La douleur ne semblait pas être un obstacle. Tout à coup, encore un tremblement, plus fort encore, suivi d'un bruit terrifiant, ébranla la plaine. Kartor dut s'arrêter à nouveau pour éviter une nouvelle chute. Ce ne fut pas le cas de Jack qui tituba et tomba dos contre roche. Son regard se posa vers le volcan au loin qui expulsa soudainement d'impressionnants jets de lave hors de son cratère.

Les yeux rouges du loup se perdirent dans cette vision infernale avant qu'une étincelle de braise n'atteigne son bras où la brûlure le ramena à la réalité. La lave gagnait du terrain et il fallait s'éloigner au plus vite de cette pluie de feu. Kartor poursuivit sa course. Jack se releva tant bien que mal et se lança à sa suite, suivant une piste sanglante sur le sol laissée par les genoux éraflés de l'homme. Jack vit au loin de gros rochers noirs qui formaient un abri dos à la montagne de feu. C'étaient des roches volcaniques, elles résisteraient sans problème au désastre. Kartor se dirigea vers ces rochers salvateurs.
- Suis-moi ! lança-t-il à Jack qui ralentissait sa cadence de plus en plus suite à la fatigue.
Le loup se jeta alors dans l'abri, imité par l'enfant, tandis que la pluie de cendre et de lave se répandait dans la plaine. Kiko bouillait de l'intérieur. Se montrer aussi inutile n'était pas ce qu'elle préférait mais pour le moment elle devait se contenter d'être un fardeau, un être inutile qui ralentit et encombre les autres. Ce sentiment d'impuissance était insoutenable. Jack se blottissait contre l'homme, craignant d'exposer son corps hors du toit protecteur des roches. Il regardait, terrifié, les gouttelettes de lave qui pleuvaient dans la plaine. Kartor était assis au fond de l'abri, Kiko contre lui dans ses bras et ses genoux ouverts et rouges de sang légèrement repliés. Le flot de lave qui déferlait sur les pentes du volcan était lent et ne risquait pas d'atteindre l'abri avant un bon bout de temps, ce qui laissait du répit au petit groupe prit au piège.

Le loup sous sa forme d'homme vaillant à la longue chevelure flamboyante, au regard perçant et aux bras musclés, ne regardait pas la louve qui jetait vers lui des yeux bleus admiratifs qui contrastaient tant avec ses prunelles écarlates, ni même Jack qui était pétri de terreur contre lui. Kartor était bien trop attentif aux événements extérieurs qu'il observait bien à l'abri par un petit trou entre les roches qui lui servaient de toit, sans pour autant relâcher son étreinte autour de sa protégée.
- M…Merci…finit par murmurer la louve bleue.
- Me remercier ne nous tirera pas d'affaire, gronda Kartor, tu t'es mise toi-même dans cette situation en venant ici. Comment as-tu pu être aussi stupide ?
Kiko commençait à avoir de plus en plus de mal à supporter le mauvais caractère de son camarade de clan. Il ne se montrait jamais agréable. Pas une seule fois, il ne lui avait dit un mot gentil. Il la traitait et lui parlait toujours comme si elle était la louve la plus stupide qu'il ait jamais rencontré. La louve se dégagea des bras de Kartor puis alla s'asseoir contre la roche à son tour, regardant droit devant elle avec la colère qui pouvait se lire sur son visage. Sans même qu'elle s'en rende compte, les larmes coulaient sur son visage, des larmes de rage. Jack, impuissant devant le sentiment des deux canidés, jeta un regard peiné vers Kiko. L'envie de réprimander le guerrier le frôla mais il jugea que ce n'était pas vraiment le moment de mettre à jour un conflit. Kartor se refusait de regarder sa camarade. Devant les larmes de la louve, il n'avait aucune arme valable. Il s'était montré méchant avec elle et n'avait pas d'excuse. Ses genoux saignaient toujours. Il y avait un certain problème de cicatrisation à cause de la forte chaleur. Cela lui faisait mal, il sentait son cœur battre dans chacune des plaies grandement ouvertes aux rebords qui picotaient désagréablement, et le sang qui dégoulinait de ces voies coulait à présent le long du pantalon de cuir rouge qui collait à la peau.
- Tu es blessé ? demanda soudainement la louve bleue dont les larmes avaient disparu sous ses poils.
Elle avait le museau pointé sur les jambes humaines du guerrier.
- Ce n'est rien, maugréa le loup.
Jack fronça légèrement les sourcils puis se redressa et se mit à genoux face aux deux loups. Il déplia les manches de son pull qu'il avait roulées vers ses épaules à cause de la chaleur.
- Tiens Kiko, fit-il, déterminé, tu peux arracher ?
Kartor gronda de nouveaux mots annonçant qu'il n'avait pas besoin d'aide mais la louve ailée n'en tint pas compte. Elle passa à côté de lui pour rejoindre Jack et arracha ses manches à coups de crocs. Aussitôt fait, Jack s'empressa de s'en servir pour bander chacune des plaies du grand mâle qui, à l'étonnement de chacun, avait décidé de ne pas le repousser.
Tout comme le guerrier du Clan de la Lune, Jack suivait avec angoisse la progression du magma qui recouvrait la plaine. Sa trajectoire déviait lorsqu'il heurtait des rochers trop imposants, ce qui apporta un soulagement à l'enfant quant à l'abri dans lequel il se trouvait avec les loups.

Après une longue attente, le tapis de lave se colla à la roche qui protégeait le petit groupe. Il fut dévié comme prévu mais Jack sentait une importante chaleur en posant sa main sur le mur de l'abri. Cependant, le magma risquait de se loger dans le creux des rochers après les avoir contournés. Kartor le comprit rapidement. Il ne prit pas le temps de s'expliquer aux autres. Saisissant Kiko par la peau du cou qui lâcha un cri de surprise, il la souleva jusqu'au toit de l'abri. Il prit ensuite Jack dans ses bras avant de rejoindre la louve tandis que la lave s'engouffrait lentement dans l'ouverture. Mais une fois à l'extérieur, la pluie de cendres brûlantes se posa sur les trois protagonistes.
- Aïe ! s'exclama Jack alors qu'un flocon incandescent venait d'atterrir sur le dos de sa main.
Kiko déploya soudainement ses grandes ailes céruléennes au-dessus de tout le monde, serrant les crocs face à la douleur des brûlures qu'encaissaient à présent ses attributs de plumes. Fort heureusement, la pluie de feu cessa bientôt ainsi que l'éruption. Le guerrier loup en profita pour récupérer son apparence canine. La louve ailée agita ses ailes endolories avant de les replier contre ses flancs. Jack contemplait avec inquiétude l'océan de lave en fusion qui avait ravagé la plaine. Tous les trois ne pouvaient compter que sur la solidité du rocher pour leur sauver la vie. Petits naufragés sur cette île noire perdue au milieu d'un lac de mélasse lumineuse et mortelle. Ce dernier était brûlant. L'air avait chauffé davantage avec les vapeurs du magma. La température de cette fournaise prenait de l'ampleur et devenait difficile à vivre.

Jack était accroupi, car seules ses chaussures supportaient le contact du rocher bouillant. Kiko levait de temps en temps ses pattes une par une pour soulager ses coussinets. Kartor n'avait d'autre choix que de l'imiter. La masse ardente avait au moins stoppé son petit bonhomme de chemin. Les deux loups haletaient, la langue pendante. Leur pelage leur collait à la peau tout comme les vêtements de Jack qui sentait son corps aussi humide que s'il sortait d'un bain. Ses cheveux étaient plaqués sur sa tête et il respirait difficilement, la gorge sèche. L'enfant ne savait pas ce qu'il donnerait pour pouvoir à nouveau sentir la fraîcheur du Royaume de la Lune, ou même de chez lui sur Terre !
Soudain, Jack sentit un coup de museau dans son dos. Il lança un regard par-dessus son épaule et aperçut Kiko qui l'invitait à se rendre sur son dos d'un signe de tête pour lui épargner le contact avec la roche brûlante. La louve ailée s'était couchée à plat ventre, les pattes repliées de manière à éviter la chaleur à ses coussinets déjà douloureux. Le petit humain se hissa sur son échine, bien qu'il regrettait le mal supplémentaire qu'il lui imposait. Très vite, Kartor se coucha à son tour, sentant la chaleur gonfler ses poils.

Les minutes étaient longues. Bien longues. Elles ne semblaient même pas passer. Elles se transformaient en heures auxquelles Jack ne faisait même plus attention, car il venait de s'évanouir.

*******************************

Forme humaine
Spoiler:
 


Signature and Avatar © Cissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kartor

avatar

DCs : Artémis // Maelstrom // Lyra
Liens : Au fond du coeur
Présentation : Kartor
Points : 15
Date d'inscription : 06/12/2012

Feuille de personnage
Age: 8 ans
Rang: Guerrier
En couple avec: sa solitude

MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Lun 17 Avr - 21:00

LIVRE V

Loups et Sentiments


______________________________________

CHAPITRE
1
Recherches Ombrageuses




L'iris bleu du loup disparu sous sa paupière fatiguée. L'aube pointait doucement de derrière l'horizon. Il était temps qu'il finisse son tour de garde. Blizzard Ardent ouvrit sa gueule dans un bâillement sonore, les moustaches frémissantes. Pourtant, ses pensées n'étaient pas dégagées vers un recoin confortable du château pour rattraper ses heures de sommeil perdues. Le jeune loup ailé était perturbé. Inquiet. Il jeta un nouveau coup d'œil sur toute la surface du monde qu'il pouvait apercevoir depuis sa tour. Mais cette dernière vérification le complaisait dans son anxiété. Rien. Il n'y avait rien. En temps normal, cela n'aurait pas grand-chose d'angoissant. Mais c'était bel et bien une absence qui tourmentait l'animal au pelage noir. Il ne pouvait plus attendre. Tandis que l'aurore annonçait un jour nouveau et ensoleillé, le jeune garde quitta son poste en tout hâte.

Ses pattes blanches galopantes parmi ses semblables, qui pour la plupart dormaient encore, Blizzard Ardent furetait du regard chaque parcelle du Château de l'Ombre, cherchant vainement ce qu'il aurait pu louper durant son temps de garde. Après avoir fait le tour plus d'une fois du domaine, il s'arrêta, reprenant son souffle dans la crainte. Un éclair de pelage blanc passa non loin de lui. Aussitôt, le jeune loup réagit. D'un coup de patte, il barra le chemin de Brume, son père.
- Blizzard Ardent ! s'exclama ce dernier joyeusement, dressant légèrement ses ailes noires au-dessus de ses épaules, que t'arrives-t-il ? Tu as une bien mauvaise mine de si bon matin !
- Et j'ai de quoi, répondit le fils, Kiko et Jack ne sont toujours pas revenu du Dôme d'Archange. J'ai un bien mauvais pressentiment…
- Tu ne crois pas que tu t'inquiètes pour pas grand-chose ? Kiko n'est plus une louveteau quand même !
Mais le jeune mâle nia de la tête.
- Je connais Kiko, ajouta-t-il, elle a prévu de revenir avant l'aube et je sais que c'est parce qu'elle tient à cœur son poste ici. Avec l'humain qu'elle a emmené avec elle, qui sait ce qui a pu arriver.
Brume eut un soupire amusé.
- Bon, je n'ai pas grand-chose à faire aujourd'hui, allons les chercher ensemble !
Le subalterne au pelage blanc se rendit avant tout dans les sous-sols du château, et plus précisément dans la réserve de vivres afin d'attraper un lapin dodu en guise de petit-déjeuner. Il le dévora à belles dents dans le grand hall de la bâtisse. Blizzard Ardent avait peu d'appétit tant il s'inquiétait et était impatient de partir à la recherche de sa camarade de clan et du jeune humain. Il sélectionna néanmoins un rongeur de bonne taille pour éviter de faiblir durant les recherches.

Restaurés, le père et le fils franchirent la grande porte du château et déployèrent leurs ailes avant de s'envoler ensemble dans le ciel encore à moitié baigné dans l'obscurité d'une nuit qui venait de s'achever.

Ils volèrent pendant longtemps, passant au-dessus de la forêt qui encerclait le domaine du Royaume de la Lune, puis survolant la jungle que Kiko et Jack avaient eux-mêmes survolé la veille. Un bon bout de temps s'écoula à nouveau avant que les deux canidés ne décident de laisser reposer leurs attributs de plumes en se posant à la frontière de la Grande Vallée. Sitôt au sol, et ayant repliés leurs ailes contre leurs flancs, les deux loups longèrent l'orée de la jungle, truffe au sol, à la recherche d'odeurs familières qui pourraient trahir le passage de leurs compagnons disparus.

Soudain, Blizzard Ardent s'immobilisa, furetant plus profondément dans l'herbe avec le bout de son museau. Il finit par redresser l'encolure et jeta un regard par-dessus son épaule, en direction de son père.
- Je les ai ! s'exclama-t-il.
- Ah ! C'est bien mon fils ! répondit joyeusement le loup blanc en rejoignant le jeune mâle au petit trot.
Peu enthousiasmé que son père semble le considérer encore comme un louveteau, Blizzard Ardent coucha légèrement ses oreilles sur sa nuque avant d'entamer la course en suivant le chemin d'odeur qu'il flairait devant lui. Brume s'élança à sa suite, peu inquiet de l'effet que ses taquineries pouvaient générer chez le jeune garde. Il y avait bien longtemps que Blizzard Ardent n'avait plus rien à prouver pour son père et Brume le savait fort bien. Le jeune loup noir aux pattes blanches était brave, fier, fort et indépendant. Il souhaitait toujours que cela soit clair pour tout le monde.  

***

Lune Blanche ouvrit soudainement les yeux dans un hoquet de frayeur. La lumière du soleil ne parvint pas à l'éblouir tant elle était encore sous le choc de son cauchemar, son cœur battant la chamade. La louve ailée se trouvait avec Lily et la jeune Lyra dans une petite pièce du Château de Lumière. L'enfant dormait pelotonnée contre sa camarade canine à la douce fourrure blanche parsemée de tâches bleues et mauves. Lune Blanche n'arrivait pas encore à se faire à l'idée qu'elle venait d'être acceptée dans le Clan du Soleil. Jamais elle ne pourra remercier le prince Khan comme il se doit pour ce qu'il a fait pour elle.

La jeune louve ailée aux pattes rayées de bleu se leva en prenant soin de ne pas déranger ses deux amies qui dormaient encore. Toujours tourmentée par les vestiges de son passé qui hantaient son esprit, elle s'éclipsa de la pièce, ouvrant la porte d'une patte sur la clenche. Dans le couloir de pierres qui suivit, la jeune femelle croisa déjà bon nombre de loups et louves qui s'affairaient à leur quotidien. Elle n'osait pas croiser leur regard, de peur d'y voir la crainte, la méfiance ou la moquerie. Finalement, dérangée par les passages incessants des loups du soleil, Lune Blanche s'assit dans un recoin du couloir, juste avant les premières marches d'un escalier en colimaçon qui descendait dans les profondeurs du château. Se pelotonnant dans l'ombre de son coin, caché à l'angle du mur, la louve soupira tristement. Elle avait la sensation de ne jamais pouvoir un jour s'intégrer au clan. Elle n'était pas de ce monde et malgré ce qu'en disait le prince Khan, elle ne se sentait pas à sa place ici. Pourtant, rien n'avait plus la rendre plus heureuse qu'au moment où le grand loup lui avait suggéré de vivre parmi le Clan du Soleil. "Lune Blanche". Quoi de plus ironique pour elle que de finir ici ?
- Lune Blanche ?
La louve blanche sursauta. Son museau pivota immédiatement vers Lyra qui venait de l'apercevoir au coin du mur. L'inquiétude se lisait dans son regard.
- Que t'arrives-t-il ? demanda-t-elle.
- Rien…répondit timidement la femelle ailée.
- Je suppose que tu dois être perturbée avec tout ce qui t'arrives. Tu n'as pas à en avoir honte. C'est normal. Tu verras, après quelques jours, ça sera passé.
- C'est justement ça qui m'inquiète Lyra. Et si jamais, je ne m'y fais jamais ?
- Il n'y a aucune raison à cela.
La jeune louve du soleil laissa écouler un temps de silence durant lequel ses iris d'azur ne lâchaient pas les prunelles océans de sa camarade.
- Comment vont tes blessures ? finit-elle par demander.
- Bien mieux, répondit Lune Blanche d'un ton plus enthousiaste, grâce aux bons soins de Kiram.
- M'en voilà soulagée ! Kiram est un excellant Sage.
La louve ailée hocha la tête. Un petit sourire au coin de la babine.
- Moi-même, poursuivit Lyra, je t'avoue que beaucoup de choses qui arrivent en ce moment me troublent aussi.
- Vraiment ?
- Bien sûr. Il y a quelques jours encore, j'ignorais que l'on pouvait passer de monde en monde. J'ignorais même l'existence d'autres mondes. Et un jour, voilà deux petits humains qui se perdent dans le nôtre et on te rencontre.
- En effet, avoua Lune Blanche, c'est quelque chose quand même, de découvrir des choses hors de nos perceptions habituelles.
Lyra émit un petit rire cristallin.
- Je suppose que tu es la mieux placée pour le savoir !
Lune Blanche étira à son tour un sourire amusé sur ses babines.
- Koruso ! hurla soudainement une voix, où es-tu ?!
Une louve au pelage argenté rayé d'indigo débarqua en trombe dans le couloir où se trouvaient les deux jeunes femelles. Celles-ci percutèrent le regard effaré de leur aînée visiblement en proie à la panique.
- Mikala ? s'étonna Lyra, mais qu'est-ce qui se passe ? Il est arrivé quelque chose à Koruso ?
- Il a encore disparu ! s'indigna la femelle, je lui ai dit d'arrêter ses escapades hors du château mais il ne m'écoute jamais !
- Peut-être ne l'as-tu pas assez bien cherché dans le château…
Bien que persuadée que la mère avait raison au sujet de son fils, Lyra tentait avant tout à rassurer cette dernière. Mais devant la moue de la dénommée Mikala, la jeune louve suggéra autre chose :
- Il ne doit pas être bien loin. Je vais aller voir dans les environs du royaume. Et toi tu devrais rester ici, si jamais il revient.
L'accord se scella lorsque Mikala acquiesça d'un signe de tête, véritablement frustrée. Elle quitta lors la compagnie des deux autres pour poursuivre ses recherches dans l'enceinte de la bâtisse.
- Bon sang…souffla Lune Blanche, ce Koruso a l'air d'être un vrai garnement !
- Il a…simplement trop de fougue en lui et de soif d'aventure, assura Lyra, comme tous les louveteaux ! Tu veux bien veiller sur Lily pendant mon absence ? Je pense que je ne serais pas longue.
- Qu…Moi ?
- Ne t'en fais pas, elle n'est pas difficile ! On a déjà récupéré plein de fruits pour elle qui n'attendent que d'être mangé. Ils sont à côté de l'entrée, dans la réserve du sous-sol, tu ne peux pas les manquer.
- D'accord…
- Merci Lune Blanche. A très vite !
Lyra fila comme une ombre blanche. En un éclair, elle avait disparue du couloir avec le sourire aux babines. Lune Blanche retourna alors dans la pièce où elle dormait à l'instant en compagnie de la femelle ailée et de la petite humaine. Mais quand elle retrouva le chemin de ses pas, elle se figea à l'entrée de la chambre : Lily n'était plus là !

Lune Blanche sentie la panique la gagner. Où avait bien pu passer cette enfant ? Lyra venait de lui confier la responsabilité de cette humaine venue d'ailleurs, ce n'était vraiment pas le moment de la perdre ! Cela dit, elle ne devait pas risquer grand-chose dans l'enceinte du château. Mais Lune Blanche, qui était nouvelle dans le clan, ne connaissait pas encore très bien les alentours. Retrouver Lily risquait d'être une tâche ardue. Sans perdre une seconde de plus, la louve blanche se lança à la recherche de l'égarée. Et elle avait bien l'intention de rester avec elle jusqu'au retour de Lyra.

Truffe à terre, elle distingua heureusement avec aisance l'odeur de la jeune humaine. Celle-ci s'était engagée dans un couloir que Lune Blanche s'empressa d'emprunter à son tour. Sans même faire attention où cette piste l'entraînait, la louve maintenait son museau au sol et traçait sa route parmi les autres loups qui étaient de plus en plus nombreux à s'éveiller.

Descendant un large escalier en colimaçon, la femelle se retrouva dans la Grande Salle où bon nombre de ses semblables vaquaient déjà à leurs activités quotidiennes. En temps normal, elle prendrait cette occasion pour observer chacun d'entre eux et en découvrir toujours un peu plus sur l'organisation et la vie au sein du clan. Mais elle était bien trop perturbée par la disparition de Lily qu'elle n'attribua pas même un regard autour d'elle, hormis les rares fois où elle levait les yeux en espérant apercevoir la silhouette familière de l'enfant. La piste olfactive de cette dernière était fraîche et facile à suivre. Sa présence humaine faisait tâche dans la communauté canine.

Au bout d'un moment, la louve ailée arriva devant un escalier qui perçait le sol dans un recoin de la Grande Salle. Intriguée, Lune Blanche se stoppa juste avant la première marche. Il plongeait dans l'obscurité d'un sous-sol inconnu. La louve était au courant d'une réserve de nourriture se situant dans une cave du château mais elle savait également que ce cellier ne se trouvait pas ici. On lui avait montré son emplacement dès son premier jour au clan. Quel était alors cet endroit ? Rien aux alentours ne présentait le passage comme interdit, ce qui encouragea la jeune femelle à s'y engouffrer. Elle devait impérativement retrouver la petite humaine. Jamais la louve ne se serait doutée d'un jeu de cache-cache ou de course poursuite en acceptant de garder l'enfant. Lyra avait-elle été confronté à ces mêmes épreuves ? Quoi qu'il en soit, rien ne pouvait faire rebrousser chemin à Lune Blanche. Ses pattes tigrées de bleu descendirent une à une les marches de pierre. Elle déboucha dans le noir rapidement. Pourquoi personne n'avait pensé à mettre un Cristal Céleste ici ? On y voyait comme à travers un rocher ! Mais l'odeur de Lily était de plus en plus forte.

Soudain, la louve ailée se cogna le museau contre une porte. Un "aïe" sonore s'échappa malgré elle de sa gorge. Vexée de sa propre maladresse, elle couina de frustration avant de pousser le battant de bois qui lui bloquait le passage.

Lune Blanche ferma les yeux, éblouie. Une intense lumière dominait la salle suivante. D'abord un œil, puis l'autre, elle apprécia à nouveau l'usage de ses iris s'adaptant à la luminosité. Son bleu regard d'azur s'attarda sur le balcon qui se tenait devant elle. Le son d'un ruisseau qui s'écoulait n'échappa pas à ses oreilles. Ici, il faisait clair comme en plein jour et cela se devait aux incalculables cristaux solaires encastrés dans les murs de cette salle souterraine. Elle était vaste, circulaire, avec en son centre une immense colonne de marbre blanc qui la parcourait du sol au plafond. Un amas de lierre l'escaladait en formant une spirale végétale. Lune Blanche secoua la tête. Dormait-elle encore ? Jamais elle n'aurait imaginé pareil lieu sous le château.

Elle osa un pas. Penchant la tête vers le sol, elle découvrit alors d'où venait le bruit de clapotis qu'elle entendait depuis qu'elle avait ouvert la porte. En contrebas, à quelques mètres de la rambarde où elle se trouvait, le parterre était recouvert de pelouse et parcouru de plusieurs petits ruisseaux. L'endroit baignait dans une incroyable sérénité.
- Lily…? Hésita la louve.
Elle s'avança encore un peu plus et passa son museau au-dessus de la barrière, scrutant l'étage inférieur.
- Lune Blanche ? répondit la petite voix familière de l'humaine.
Les oreilles du canidé se dressèrent sur le sommet de son crâne subitement. Son attention redoubla alors qu'elle scanna la grande salle d'un œil avisé. Enfin, elle la vit. La petite silhouette de l'enfant se trouvait aux abords d'un des ruisseaux, non loin de l'immense pylône. Elle agitait sa main à l'attention de l'animal.
- Je suis là en bas ! s'exclama t-elle joyeusement.
- Mais…Mais comment es-tu arrivé là-bas ?!
- Bah…L'escalier.
- Quel escal…!
Mais la louve se tut. Elle avait tellement focalisé son attention sur la petite enfin retrouvée qu'elle n'avait même pas remarqué les marches de pierre à sa gauche qui descendaient en ligne droite jusqu'au sol de verdure. Lune Blanche, bien qu'elle aurait pu user de ses attributs de plumes, dévala l'escalier si vite qu'elle manqua de peu une chute. Elle bondit au-dessus des deux dernières marches et rejoignit en quelques foulées la jeune humaine qui l'attendait.
- Lily ! s'étrangla t-elle, je t'ai cherché partout !
- Tu as vu où on est ? répliqua l'enfant sans même prendre en compte les réprimandes de l'animal, ce n'est pas ça le temple d'où viennent les cristaux magiques ?
Elle gloussa, convaincue d'avoir déniché là une véritable salle au trésor. Lune Blanche était moins enthousiasme sur cette supposition. A l'évocation de la petite fille, elle fit une nouvelle fois le tour du propriétaire. On pouvait effectivement présumer qu'il s'agissait bien du Temple Boréal. Les prunelles de la louve furent attirées par quelque chose qu'elle n'avait pas vu depuis le sommet du palier. Une ouverture. Il y avait une ouverture voûtée dans le pilier central. A l'intérieur, elle pouvait le voir d'ici, un cristal solaire bien plus gros que les fragments ordinaires prônait sur un piédestal.
- Si c'est le cas, marmonna Lune Blanche, on ne devrait peut-être pas être ici…
- Tu as vu ce cristal énorme ? se réjouit Lily, toujours sans faire attention à la louve, c'est tellement beau !
- Lily, tu m'écoutes ?!
- Tu crois que je peux le toucher ?
- Quoi ? Non, sûrement pas !
Mais il était déjà trop tard. La gamine avait décampé de son périmètre pour sautiller joyeusement vers la masse lumineuse.
- C'est peut-être défendu ! s'égosilla la femelle en vain.
A son tour, elle s'élança derrière l'enfant. Cette dernière passa sous la voûte jusqu'au pied du minéral géant avant de poser sa main dessus sans aucune hésitation. Lune Blanche s'immobilisa à cet instant comme si elle craignait une colère divine. Rien ne se passa. Elle contempla la roche luisante d'un air incertain.
- C'est chaud ! s'enthousiasma l'humaine, on dirait une grosse ampoule !
- En poule ? C'est quoi une poule ?
- Je n'ai pas dit poule ! Une poule c'est un oiseau.
- Ah bon…?
Lune Blanche pencha une oreille sur le côté, de plus en plus incrédule.
- Que se passe-t-il ici ?
Lune Blanche et Lily sursautèrent. Leur petite mine de coupable pris en flagrant délit fit volte-face. La Reine Wind se tenait derrière elles comme si elle avait toujours été là. Toujours aussi majestueuse, la louve grise aux extrémités bleues observait à tour de rôle la jeune femelle et l'enfant. Cette dernière n'était nullement gênée d'avoir été prise sur le fait, contrairement à sa camarade canine.
- Majesté Reine Wind ! s'exclama t-elle, c'est vraiment ça le Temple Boréal ? C'est tellement beau comme endroit !
Lune Blanche se ratatina sur elle-même, complétement embarrassée. Elle s'inclina bien bas devant la souveraine, regard et oreilles baissées, craignant la réprimande.
- Oui en effet, répondit alors la reine, c'est bien ici.
Elle souriait. Lune Blanche leva timidement les yeux vers elle. Mais la grande louve au clair pelage ne semblait pas avoir le moindre reproche à faire. Lune Blanche, cependant, n'était qu'à demi-convaincu de cet air détendu.
- Pardonnez-nous si nous avons passé une porte que nous n'aurions pas dû franchir.
La Reine Wind dressa les oreilles.
- Vous n'avez rien fait de mal. Le Temple Boréal n'est fermé à personne.
Lune Blanche se redressa, un peu plus confiante, surtout devant le regard bienveillant de la femelle ailée. Celle-ci était, à l'image de son fils, une âme noble et généreuse. La jeune louve blanche ne connaissait pas encore tous les membres de la famille royale. Pas aussi bien que le prince Khan en tout cas. Ce dernier restait pour elle un loup unique.
- Il est vraiment énorme ce cristal ! s'extasia Lily, lui aussi il est magique ?
Wind émit un doux rire devant la curiosité joviale de l'enfant. Elle rejoignit le duo en quelques pas.
- On l'appelle le Cristal Originel, expliqua t-elle, c'est le premier a avoir été conçu par Nekar, le Dieu-Soleil. Les cristaux que vous voyez dans le château sont des fragments de celui-ci.
- Le Clan de la Lune en a un aussi c'est ça ? questionna Lily.
La Reine hocha la tête.
- Vous savez, fit-elle, nous ne sommes pas si différent des fils de la lune. Nous vivons séparément, scindés par la guerre mais finalement, nous vivons de la même façon. Jadis, les loups du Cœur des Terres d'Archange vivaient tous en harmonie dans une immense citée que l'on nommait la Cité des Loups. Aujourd'hui, elle n'est plus que la Cité Perdue.
- C'est là où j'étais avec Jack dans la forêt ! se souvint l'enfant, quand nous sommes sortis de la cascade ! Le Clan de la Lune aime la lune, c'est ça ?
- Il vénère la Déesse-Lune Tikar.
- Nekar et Tikar ont créer le monde c'est ça ?
- Eh bien…Oui, on peut dire ça.
- Pourquoi les loups qui les aiment ne s'aiment pas ?
Mais la reine hésita à répondre. Un silence s'imposa dans le temple, tout juste perturbé par l'écoulement des ruisseaux.
- C'est compliqué, avoua finalement la louve.
Elle se refusa d'en dire d'avantage. Wind considérait que de telles histoires, autant politiques, religieuses, que militaires, n'avaient pas à être expliquées à une si petite fille. Lune Blanche était restée sans mot dire, mais n'avait pas perdu une miette de la conversation. A vrai dire, elle était aussi curieuse que Lily mais pas aussi directe.
- J'ai entendu dire que des cristaux avaient été volé, se risqua-t-elle malgré tout.
Elle craignait d'avoir abordé un sujet délicat mais à son grand soulagement, la reine acquiesça à nouveau.
- Depuis plusieurs jours, nous avons remarqué que des cristaux disparaissaient du château. On pensait que c'était l'œuvre du Clan de la Lune jusqu'à ce qu'on découvre les pouvoirs de la Meute de l'Ombre. Pour le moment, nous pouvons encore les remplacer par de nouveaux fragments du Cristal Originel, mais même lui ne sera pas éternel si ces vols se poursuivent…
- Ce ne serait pas si grave si vous les perdiez tous non ? Les autres Solitaires vivent très bien sans ces pouvoirs.
Mais Wind nia d'un signe de tête.
- Ce serait…catastrophique au contraire.
- Pourquoi ?
- C'est…compliqué.

*******************************

Forme humaine
Spoiler:
 


Signature and Avatar © Cissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kartor

avatar

DCs : Artémis // Maelstrom // Lyra
Liens : Au fond du coeur
Présentation : Kartor
Points : 15
Date d'inscription : 06/12/2012

Feuille de personnage
Age: 8 ans
Rang: Guerrier
En couple avec: sa solitude

MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Jeu 1 Juin - 12:33

CHAPITRE
2
Sanglante Vérité



Les pattes traînantes, la langue pendante, le pelage souillé de cendres, Kiko peinait à suivre la cadence. Ses coussinets brûlés lui faisaient mal à chacun de ses pas. Kartor ouvrait la marche devant elle, un Jack épuisé sur le dos. Il était tout aussi exténué que le reste de la troupe, mais le présentait le moins possible. Sa tête pendait légèrement en avant et ses pattes le torturaient autant que celles de la louve bleue.

Ils avaient quitté la Plaine du Volcan depuis des heures, mais le décor autour d'eux demeurait terne, désert et désolé. La marche des loups soulevait des nuages de cendres sur leur passage. Un véritable tapis grisâtre recouvrait le sol de cette étrange forêt. Aucune végétation n'y était présente, si ce n'était que les arbres morts qui la formaient. A perte de vue, il n'y avait que des troncs noircis, noueux, surplombés de branches tordues et cassantes. Il n'y avait pas une brise. Pas un souffle. Pas un son, hormis les pas des loups étouffés par leur progression dans la poussière. Chacun d'eux portait encore les vestiges de leur mésaventure durant l'éruption du Mont Incandescent. Les ailes de Kiko possédaient encore des marques de brûlure liées aux jets volcaniques tandis que le loup noir et rouge avait toujours les manches du pull de Jack attachées en bandage à ses pattes arrière. Le jeune garçon, protégé par les deux canidés, n'avait souffert d'aucun dommage. Et il était soulagé de pouvoir respirer à nouveau correctement sans craindre l'irritation des vapeurs de soufre dans sa gorge.
Au bout d'un moment, lorsqu'il jugea avoir suffisamment récupéré, Jack se laissa glisser du dos de l'animal.
- Où on est ? demanda-t-il en scrutant les lieux.
Kiko redressa la tête, rentrant sa langue derrière ses crocs.
- On dirait…Les Bois de la Mort.
Elle balaya l'endroit d'un œil inquiet. Cette forêt ne lui inspirait pas confiance. Tout comme son nom l'indiquait, il n'y avait aucun signe de vie dans les alentours. Pas un chant d'oiseau, pas le moindre mouvement à l'horizon.
- C'est la forêt maudite dont parle mon livre ? s'inquièta l'enfant en se tenant près de Kiko.
- On peut dire ça comme ça. Notre Sage Pharos nous a raconté que lors du Conflit Astral, Nekar, le Dieu-Soleil, a entièrement brûlé la forêt et que depuis, elle demeure une terre stérile. Plus rien ne peut y pousser.
- Pourquoi ? Qu'est-ce c'est exactement le Conflit Astral ?
- Ton fameux livre n'en parle pas ?
Jack nia d'un signe de tête.
- Il le mentionne seulement, affirma-t-il.
- A vrai dire, je ne sais pas grand-chose sur le sujet. Visiblement, c'est une guerre entre Nekar et Tikar.
- Entre les Dieux ?
Kiko hocha la tête.
- Personne ne sait pourquoi, poursuivit-elle, mais un jour, ils sont entrés en conflit. Ca a causé beaucoup de dégâts ici-bas dont…Les Bois de la Mort.
- C'était il y a longtemps ?
- Oh oui. C'est ce qui a déclenché l'Age Sombre dans lequel on vit actuellement. Voyons…C'était il y a…Au moins…
- Ca suffit, taisez-vous ! coupa soudainement Kartor qui stoppa nette la marche par la même occasion.
Kiko s'immobilisa de même, croisant le regard du guerrier, indignée de son interruption insolente.
- Non mais ! s'offusqua-t-elle, navrée de te déranger Ô grand héros qui nous a traîné jusqu'ici ! Je crois pouvoir encore avoir le droit de parler il me semble !
Elle coucha les oreilles en arrière, vraisemblablement irritée.
- Plus un bruit ! insista le loup noir et rouge, nous ne sommes pas seuls.
Kiko perdit sa voix sur le champ. A nouveau, elle promena son regard autour d'elle sans rien remarquer d'inhabituel, mais le guerrier de la lune semblait avoir bel et bien perçu une présence cachée dans les bois. Il se tenait sur ses gardes, les oreilles bien droites, les yeux figés sur un point invisible.
Soudain, les deux loups eurent le même réflexe en entendant un son distinct. Levant leur museau vers le ciel, c'était un battement d'ailes qui avait attiré leur attention. Jack les imita. A travers les branches noires des arbres morts, une silhouette blanche aux ailes sombres se distingua.
- Brume ! s'exclama le garçon avec un grand sourire.
Tandis que le subalterne posa ses quatre pattes à terre, l'attention de tous fut détournée par un autre loup arrivant depuis des broussailles brûlées.
- Et Blizzard Ardent ! s'enquit Kiko en reconnaissant le jeune garde aux pattes blanches.
- On vous a enfin retrouvé ! se réjouit ce dernier en remuant la queue.
Kartor toisait à tour de rôle les nouveaux arrivants d'un air hébété tandis que Jack se jeta avec soulagement à l'encolure de Brume qu'il enserra de ses petits bras.
- Qu'est-ce que vous faites ici ? interrogea aussitôt le guerrier rouge et noir.
- Ah ! Moi aussi je suis vraiment heureux de te voir ! répliqua non sans ironie le loup blanc.
Ce dernier tapota amicalement l'épaule de Jack du bout de l'aile.
- On ne vous voyez pas revenir, expliqua Blizzard Ardent, j'ai pensé qu'il était plus sûr d'aller à votre rencontre.
Son regard fuyait discrètement celui de Kiko.
- J'avoue ne pas être surpris de vous retrouver ici, ajouta Brume d'un air jovial, Kartor a un atroce sens de l'orientation ! Il vous ferait faire trois fois le tour du monde pour aller d'un point A à un point B.
- N'importe quoi ! grogna le concerné, mon sens de l'orientation est parfait ! Nous n'avons pas eu le choix !
- Qu'est-ce que c'est que ces bouts de tissus à tes pattes ? Qu'est-ce que tu as encore fait comme bêtises ?
- Qu'est-ce qui t'es arrivé Kiko ? s'inquiéta Blizzard Ardent en apercevant les marques sur les ailes de la louve bleue, ce sont…des brûlures ?
- Oh ce n'est rien, répondit la jeune femelle, abaissant doucement ses attributs de plumes comme pour les cacher.
Elle se refusait de faire savoir la douleur qu'elle éprouvait à ses coussinets. Il en était de même pour Kartor qui se contenta de grogner à la remarque de Brume.
- Vous êtes passés par la Plaine du Volcan ? insista le jeune mâle soucieux, qu'est-ce que vous êtes allé faire là-bas ?
- Ce n'est pas important, maugréa Kartor.
- Moi ça m'intéresse ! s'émoustilla Brume.
- Toi, mêles-toi de…!
- Qui a osé pénétrer notre territoire ? gronda tout à coup une voix.
Kartor se braqua. Déconcentré par les retrouvailles, il n'avait pas perçu la menace qui venait de s'abattre sur le petit groupe. En effet, un autre group de loups bien plus important venait d'arriver derrière les cinq compères du Clan de la Lune.
- Je reconnais l'immonde effluve des loups de clan, ajouta à nouveau la voix qui se trouvait appartenir à un loup noir aux yeux rouges.
C'était Lame-Noire, le terrible lieutenant de la Meute de l'Ombre.
- Eux aussi ont un humain avec eux ! railla Imfer à ses côtés.
Elle portait encore sur elle les marques de son récent combat avec Khan, le prince du Clan du Soleil, dont une oreille déchirée en deux. Parmi la meute derrière elle, on pouvait également apercevoir sa redoutable progéniture. Kartor, le poil hérissé, montrait les crocs, prêt à se battre contre toute la meute s'il le fallait. Kiko et Brume se tenaient contre un Jack effrayé, prêts à le défendre.
- Qui sont ces loups ? demanda l'enfant appeuré.
- La Meute de l'Ombre, répondit Blizzard Ardent, sur ses gardes, la meute de Solitaires qui habite ces bois.
Jack déglutit. Il n'avait pas souvenir de ce détail dans son livre de conte.
- Laisses-nous partir Lame-Noire ! lança Brume sans néanmoins perdre son sourire, on ne fait que passer.
Jack ignorait s'il le gardait pour se rassurer ou pour rassurer les autres. L'enfant n'avait cependant pas oublié la remarque de la louve noire et rouge et était persuadé qu'elle parlait de Lily. Inquiet et frustré, il manqua de peu d'en demander d'avantage mais Kiko posa sa patte sur son épaule pour l'en dissuader. La situation était déjà assez critique comme ça.
- Après avoir violé nos frontières, tu ne vas tout de même pas leur faire cette ignoble faveur ? susurra Imfer à l'oreille de son compagnon.
Ce dernier fusillait les intrus du regard.
- Ne traînons pas ici, conseilla Kiko en donnant un coup de truffe à Jack pour l'inciter à reprendre la marche.
Elle gardait tout de même un coup d'œil à la meute immobile tandis que Brume suivait délicatement le mouvement de retrait. Seul Kartor n'avait pas bouger de sa position, toujours menaçant face à la troupe qui s'étalait à quelques mètres devant lui. Blizzard Ardent insista auprès de lui.
- Laisse tomber, supplia-t-il, on doit éviter le conflit, ils sont trop nombreux !
Imfer étira un sourire provocateur en scrutant le petit groupe face à elle. Kartor grogna férocement, mais il se décida à entendre raison et se recula prudemment sans lâcher la meute des yeux. Il fermait la marche.
- Oh ? fit Lame-Noire, vous n'allez pas nous quitter déjà ?
A son tour, un sourire malveillant se traça sur son visage, laissant apparaître ses crocs. La meute n'attendait qu'un mot de sa part pour passer à l'attaque.
- Oh que si, gronda Blizzard Ardent en s'embarquant dans la retraite calculée de ses compagnons.
Jack, encerclé par ses amis, pouvait sentir la tension qui liait chacun des individus présents.
- Qu'est-ce que tu racontes ? répliqua Imfer, Blizzard Ardent c'est ça ? Garde du Clan de la Lune hm ? N'as-tu donc pas envie de savoir comment est morte ta mère ?
Le jeune loup ailé se figea. Pour la première fois depuis qu'il le connaissait, Jack vit Brume perdre instantanément son éclatant sourire. Confus, Kiko et Kartor s'étaient arrêtés. Lame-Noire jeta un œil à sa compagne, n'ayant apparemment pas prévu de déterrer des secrets aujourd'hui. Mais la louve bicolore maintenait son rictus méprisant, l'encourageant d'un regard. Elle s'assit, parfaitement à l'aise et confiante sur la situation. Blizzard Ardent, les sourcils froncés d'incompréhension, balançaient ses yeux d'un membre à l'autre du couple dominant.
- Vous connaissiez ma mère ? demanda-t-il, soupçonneux, je sais très bien comment elle est morte. Elle est tombée dans un torrent et s'est noyée.
- Est-ce là tout ce que ton père t'a raconté ? renchérit le lieutenant noir, il semble avoir oublier les éléments les plus importants. Ou plutôt devrais-je dire ceux qu'il a préféré taire !
- De quoi tu parles ?
- Allons, nous devrions plutôt déguerpir Blizzard Ardent tant que nous le pouvons ! interrompit Brume après avoir récupéré son large sourire qui s'affichait désormais faux aux yeux de Jack.
- Attends papa, je veux savoir ! Qu'est-ce que tu m'as caché à propos de maman ?!
- Je t'assure que ce n'est rien d'important fiston.
- Tu mens. Tu ne fais que ça, sans arrêt.
Brume se tut cette fois-ci, ce qui sonna comme une confirmation des dires du jeune garde. Mais le loup blanc conservait son sourire malgré tout. Kiko, déstabilisée, cru distinguer une lueur de tristesse dans son regard. Elle considéra le subalterne avec compassion, devinant le piège dans lequel il semblait avoir été embarqué.
- Le nom de ta mère, reprit Lame-Noire, c'était Ambre n'est-ce pas ?
- Comment tu la connais ? gronda Blizzard Ardent, l'échine hérissée.
- C'était une louve de ma meute.
- Quoi…? Tu…Tu mens aussi !
- Je ne mens pas. Je n'en ai pas besoin.
Le jeune loup aux pattes blanches adressa un regard déconcerté à son père. Ce dernier soupira silencieusement. Etrangement, son inquiétude avait l'air de s'être dissipée de son regard. Il se disait sûrement que plus rien ne pouvait empêcher le lieutenant de l'ombre de divulguer la vérité.
- Une belle louve, poursuivit le loup noir, mais qui n'aurait jamais pu t'égaler ma chère.
Ses derniers mots, il les adressa à Imfer qui avait conservé son silence. Bien que répondant au regard de son mâle, la conversation restait, en ce moment même, pour elle sa seule satisfaction.
- Mais elle s'est éprise d'un loup, enchaîna Lame-Noire avec une pointe de frustration, ton abruti de père ! Un loup de clan…Elle n'aurait vraiment pas pu faire pire choix.
- Et tu l'as alors tué ? gronda Blizzard Ardent en reportant son attention sur le lieutenant.
- Moi ? Sûrement pas ! Je ne voulais pas qu'elle meurt ! C'est à lui que j'en voulais !
Il désigna Brume d'un bref mouvement du museau.
- Alors j'ai demandé à ta mère de prouver sa loyauté à la meute en le tuant. Il fallait bien qu'elle fasse un choix. Je la croyais vraiment capable de le faire. C'était une louve hors-pair, une tueuse née. Mais elle a refusé. Elle l'aimait trop pour ça. Et elle a voulu le protéger.
Jack pu voir à nouveau le sourire du subalterne défaillir au fur et à mesure que Lame-Noire énonçait les faits. Le loup blanc serrait les crocs mais faisait tout pour paraître paisible de l'extérieur. Blizzard Ardent ne lâchait pas Lame-Noire des yeux, buvant chacune de ses paroles.
- Ta mère ne s'est pas accidentellement noyée dans le torrent, continua le loup plus gravement, elle s'est volontairement jetée dans le courant pour se libérer de ce fardeau.
Les regards fusèrent sur Brume et son fils. Ce dernier, la voix perdue à la suite de cette révélation, baissa les yeux. Un lourd silence prit possession de chaque loup présent. Un silence que Jack sentait interminable. Imfer et Lame-Noire ne gâchèrent rien de ce moment troublant, désireux de découvrir la réaction de chacun. Leur meute restait sur le qui-vive, prête à l'assaut.
Soudain, Blizzard Ardent se retourna, faisant face cette fois-ci à Brume.
- Comment t'as pu…commença-t-il d'une voix étranglée et indignée.
- Ecoute fiston…
- Comment t'as pu me cacher ça ? Comment as-tu pu me mentir sur la mort de maman ?!
Mais Brume garda le silence. Blizzard Ardent le fusillait du regard, mais un grondement derrière lui attira l'attention de tout le groupe.
- Voilà qui est chose faite ! s'exclama Imfer, satisfaite, occupez-vous d'eux.
La demi-seconde suivante, la Meute de l'Ombre s'élança dangereusement. Le temps n'était plus à la querelle. Brume récupéra Jack sur son dos avant de s'envoler. Kiko ne pouvait en faire autant à cause de ses ailes endoloris. Kartor et Blizzard Ardent restèrent à ses côtés et tous prirent la fuite à toutes pattes à travers les bois.

*******************************

Forme humaine
Spoiler:
 


Signature and Avatar © Cissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Archange
Dieu et Fondateur de ces Terres
avatar

Points : 1000
Date d'inscription : 02/12/2012

MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Ven 16 Juin - 19:18

CHAPITRE
3
Cœurs Egarés




- Koruso ? Koruso ! Où te caches-tu ?
Elle attendit, mais aucune voix ne vint lui répondre. Où donc était passé ce filou louveteau ? L'hypothèse de Lyra suggérait qu'il était parti jouer les grands chasseurs dans la Forêt du Nord. Mais malgré tout le temps qu'elle avait passé dans les bois, elle n'avait pas encore réussi à mettre la patte sur le chenapan.

Il faisait nuit à présent. Mais la louve n'avait pas abandonné. Elle s'était rendu jusqu'aux confins de la forêt des Terres Neutres et suivait toujours la piste odorante du louveteau égaré. Son inquiétude à son sujet ne cessait d'augmenter au fur et à mesure qu'elle s'enfonçait dans les profondeurs d'un ragoûtant marais.

C'était le genre d'endroit qu'elle préférait éviter d'ordinaire, mais c'était bien par là que menaient les traces de Koruso. Malheureusement, plus Lyra s'enfonçait dans le marécage, moins elle parvenait à discerner le passage du louveteau. Le bourbier dans lequel elle pataugeait portait une odeur particulièrement infecte. La vase salissait ses pattes et les moustiques ne cessaient de lui tourner désagréablement autour. Il faisait sombre et elle n'y voyait pas grand-chose. Lorsqu'elle perdit pour de bon la piste du petit loup, elle dû se résigner à abandonner les recherches, le cœur lourd.

Ses pattes étaient brunies et trempées par la boue. La louve blanche n'en tenait pas compte. Tout ce qui comptait pour elle désormais était de retourner au château mais plus elle progressait entre les arbres, plus elle avait l'impression terrible de tourner en rond dans ce sordide marais. Malgré le temps de marche atrocement long qu'elle supportait, la louve se retrouvait incapable de revenir aux bois bien secs. L'angoisse s'empara doucement d'elle alors qu'elle s'abandonna à cette inquiétante constatation : elle était belle et bien perdue. Lyra essaya néanmoins de garder son sang-froid. Elle se doutait bien que l'obscurité ne l'aidait pas dans ses repérages. Patiente, la femelle bondit sur un ilot sec non loin d'elle d'où d'énormes racines en sortaient, appartenant à un des multiples saules qui la cernaient. La louve s'allongea sur la terre meuble. L'œil inquiet, elle scrutait furtivement autour d'elle, sans confiance. Des moustiques lui bourdonnaient dans les oreilles, et l'odeur du marécage la répugnait, mais elle n'avait pas d'autres choix que de subir cette nuit. Dès le lever du jour, quand elle pourra y voir plus clair, elle reprendra la marche en espérant retrouver son chemin. Déçue de son échec dans ses recherches pour retrouver Koruso, elle s'inquiétait également pour lui. Le clan entier devait sûrement se soucier de leur absence à tous les deux, à moins que le louveteau ne soit finalement revenu au bercail. Lyra songeait aussi à Lily. Cette dernière devait tout autant se poser des questions sur la disparition de son amie canine. La louve soupira profondément. Elle ne voulait pas que les autres s'en fassent pour elle.

Durant l'heure qui suivit, la femelle ne parvint pas à trouver le sommeil. Pourtant, elle était tout aussi fatiguée qu'affamée. Il faut dire qu'elle n'avait pas même croisé un mulot à se mettre sous la dent. Et sa tête était trop encombrée de sombres pensées pour qu'elle puisse s'endormir. Elle pensait au clan. Et si Koruso n'était pas rentré ? Que devait penser Mikala ? Que penserait-elle surtout si Lyra revenait sans le louveteau ? Elle ne lui en voudrait sûrement pas mais n'en serait que plus peinée. Nouveau soupir. La louve posa tristement sa tête sur ses pattes avants étendues devant elle. C'était bien le moment de songer à tout ça alors qu'elle-même se retrouvait dans un sacré pétrin au fin fond de ce marais.

Tout à coup, un bruissement de feuilles fit sursauter la louve immaculée. Celle-ci bondit sur ses pattes, son cœur tambourinant dans sa poitrine. Ses yeux effarés scrutaient les bois sans pouvoir y discerner quoi que ce soit. Elle tendit timidement le museau, humant l'air autour d'elle, l'oreille alerte. Bien qu'elle essayait de se le cacher, elle avait peur. A nouveau, elle repéra du mouvement dans la végétation du marais. La voilà traquée !

Un fin museau écailleux sortit alors d'un buisson, tirant pendant une fraction de seconde une langue fourchue. Le corps imposant d'un reptile suivit, s'achevant par une longue queue qui ondulait sur le sol derrière lui. Cet étrange animal pouvait aisément s'apparenter à un varan haut sur pattes dont le crâne était en plus affublé de deux fines cornes s'étirant jusqu'à la base de son cou. Les yeux jaunes de la créature brillaient dans la nuit. Lyra frissonna en croisant ce menaçant regard. La bête la chargea sans plus de cérémonie. Elle était rapide. La terre boueuse dans laquelle elle avait l'habitude de vivre ne la dérangeait guère dans sa progression. Mais Lyra eut bien plus de mal à s'enfuir dans la vase. Elle se devait d'essayer malgré tout. Prise de panique, elle quitta d'un bond le lopin de terre sèche qu'elle avait dénichée.

Se prenant les pattes dans les racines du marécage, elle ne parvint pas à distancer le prédateur. Ce dernier manqua de peu de refermer sa puissante mâchoire sur sa queue touffue. Lyra fit un écart de côté à temps pour cela mais une de ses pattes se fit enroulée dans un tubercule souple, la piégeant sur place. La louve poussa un cri lorsqu'elle vit derrière elle le monstre désireux de saisir sa chance. La jeune femelle tirait de toutes ses forces sur sa patte, mais elle était coincée pour de bon. La queue contre son ventre, les oreilles basses, son cœur battant la chamade, la louve se recroquevilla sur elle-même. Le reptile ouvrit grand ses redoutables mâchoires aux dents acérées mais fut propulsé soudainement par une masse sombre qui vint se jeter sur lui. Lyra repéra un loup noir. L'individu s'écarta rapidement hors de portée du prédateur qui riposta en tentant de le mordre. Ses mâchoires claquèrent dans le vide. Le loup noir gronda furieusement en lui faisant face, les oreilles plaquées contre sa nuque. Lyra, à l'écart, assistait impuissante à la scène. L'inconnu qui lui portait secours n'en était pas à son premier affrontement. Les nombreuses cicatrices dont son corps était pourvu en étaient la principale preuve. Son courage face à la bête était la seconde.

Le reptile considéra un instant la situation. Visiblement, la chair apparemment appétissante de Lyra ne valait pas le risque de combattre le loup féroce qui lui faisait face. Aussi, il battit en retraite, non sans un coup de queue frustré contre un arbre. Très vite, l'animal disparu dans l'obscurité du marais.
- Je…Je vous remercie vraiment de votre intervention, soupira Lyra, soulagée.
L'individu fit volte-face vers la femelle blanche qui se dandinait d'une patte à l'autre, gênée par la vase qui brunissait ses membres. D'un coup de croc d'une force incroyable, l'inconnu déchira la racine qui avait pris la louve au piège.
- Ce n'est pas très prudent de traîner dans les marécages en pleine nuit, fit le mâle noir pour simple réponse.
Encore plus honteuse, la louve laissa son regard s'échapper de côté.
- J'étais à la recherche d'un petit louveteau, expliqua-t-elle, mais… Je me suis moi-même égarée apparemment.
Le loup pencha légèrement la tête sur le côté. Ses yeux verts brillants dans l'obscurité observaient le visage de la femelle.
- Je n'ai pas vu de louveteau dans les environs, affirma-t-il, ni même perçu sa présence.
Lyra daigna enfin croiser à nouveau son regard, anxieuse. Le mâle déchiffra son inquiétude dans ses iris d'azur.
- Loin de moi l'intention de vous faire de la peine, ajouta t-il, mais…Il y a beaucoup de sauriens dans les environs. Et s'ils sont aussi affamés que celui-là, je ne donne pas beaucoup de chance de survie à un petit louveteau perd…
Mais le loup noir finit par se taire devant la mine déconfite de Lyra. Celle-ci était véritablement tourmentée pour Koruso et ne pouvait qu'espérer qu'il soit rentré depuis longtemps au château.
- Toutes mes excuses, poursuivit finalement le mâle, je ne le souhaite pas bien sûr. J'espère que ce petit est sain et sauf.
Lyra hocha doucement la tête, les oreilles basses. Décidant de changer de sujet, le loup noir se redressa avant d'annoncer :
- On m'appelle Œil Ténèbre.
- Moi c'est Lyra, répondit la femelle en esquissant un petit sourire.
- Pardonnez ma curiosité Lyra, seriez-vous une louve de clan ?
La concernée hocha la tête à nouveau. Elle-même avait deviné le loup solitaire devant elle qui ne portait aucune odeur de clan.
- Clan du Soleil, précisa la louve immaculée, et vous…?
- Solitaire, répondit le loup en agitant le museau, confirmant les déductions de la femelle.
Celle-ci semblait détecter sur le visage de son congénère une mine quelque peu frustrée.
- Oh…? fit-elle, auriez-vous des ennuis avec les clans ?
Mais à nouveau, le mâle nia d'un signe de tête.
- Pas vraiment mais je ne les aime pas pour autant. Ils sont égoïstes et ne pensent qu'à se faire la guerre.
Lyra pinça les babines. En soi, il n'avait pas tout à fait tort. Les conflits entre les deux clans causaient aussi beaucoup de dégâts chez les Solitaires.
- Nous ne sommes pas tous ainsi, assura-t-elle.
- Vous ?
- Je ne prône pas la violence, ni le moindre conflit. Mais…Notre situation n'est pas évidente, sans parler des complications.
- Des complications ?
Mais la louve n'émit pas un mot de plus. Elle songeait notamment à l'arrivée des deux petits humains de l'autre monde et des vols de cristaux. Des détails qu'elle préférait taire pour le moment. Œil Ténèbre l'avait compris et n'insista pas.
- Si vous voulez, reprit le loup, je peux vous aider à retrouver le chemin de votre territoire. Royaume du Soleil c'est ça ? Ce n'est pas très loin.
- J'apprécierais grandement votre aide ! s'enthousiasma Lyra, pouvons-nous partir tout de suite ? Je mentirais en disant que je me sens capable de passer la nuit ici.
Œil Ténèbre jeta un regard autour de lui, méditant sur la question. La louve le contemplait, pleine d'espoir. Son sourire s'agrandit en observant le visage apaisé du Solitaire.
- Fort bien, répondit ce dernier, partons sur le champ.
Grandement soulagée, Lyra emboîta le pas du loup noir à travers les marécages. Le mâle avait visiblement une grande connaissance du territoire car il sut avec précision où poser les pattes sans s'enfoncer dans la vase. D'une marche bien rythmée, les deux canidés disparurent dans les bois.


***


- Jack ! hurla soudainement Lily en bondissant sur ses petites jambes.
Lune Blanche se réveilla en sursaut.
- Lily ? s'étonna-t-elle, que t'arrives-t-il ?
Mais l'enfant, pour toute réponse, se recoucha contre son pelage blanc, les yeux larmoyants. La jeune louve la recouvrit d'une aile protectrice.
- Un cauchemar ? demanda-t-elle, soucieuse.
Elle donna un coup de langue dans les cheveux de l'enfant. Cette dernière hocha la tête.
- Je veux tellement le retrouver, gémit-elle en enfonçant son visage dans la fourrure de son amie.
- Je sais, soupira Lune Blanche, ne t'en fais pas, nous le retrouverons et vous rentrerez chez vous tous les deux et sains et saufs. C'est un garçon intelligent et il est devenu ami avec les loups du Clan de la Lune. Il ne lui arrivera rien. Ne t'inquiète pas.
Lily renifla bruyamment, mais sécha ses larmes d'un revers de la manche. Restant blottie contre la louve ailée, elle retrouva le silence pour tenter de se ressaisir de ses émotions. Elle se frotta les yeux, fatiguée et chagrinée, sous le regard bienveillant de la femelle.
- Pourquoi Lyra ne revient pas ? finit-elle par demander au bout d'un moment.
Lune Blanche avait simplement préféré dire à Lily que Lyra était parti faire un tour, évitant soigneusement de mentionner la disparition du louveteau. Mais étrangement, Lyra n'était pas rentrée. Et bien que cela inquiétait la femelle ailée, elle ne voulait pas qu'il en soit de même pour l'enfant. Par ailleurs, elle fut prise au dépourvu par sa question.
- Hm, elle est…probablement déjà rentrée, hésita-t-elle, nous ne l'avons pas vu, c'est tout.
- Je vais la chercher ! s'exclama soudainement Lily en détalant comme un lapin hors de la pièce.
- Non Lily ! Tu la verras demain…! Oh !
Lune Blanche se leva péniblement. Cette gamine était si imprévisible. Un vrai tempérament de louveteau ! Dans l'obscurité des couloirs, elle se lança à sa poursuite. Les Cristaux Solaires disposés le long des murs étaient sa seule source de lumière. Au bout du couloir, elle voyait courir l'humaine sur ses petites jambes qui prit le premier escalier à sa portée. Elle s'arrêtait parfois quelques secondes en croisant des loups endormis au pelage ressemblant à celui de Lyra, mais elle ne parvint pas à trouver celle qu'elle cherchait.
Elle ne stoppa sa course qu'une fois arrivée dans la Grande Salle où peu de loups étaient encore éveillés. Lily parcouru la salle des yeux, légèrement dépitée. Lune Blanche la rattrapa rapidement.
- Lily, fit-elle essoufflée, ce n'est pas le bon moment pour la cherher.
- Regardes ! lança soudainement la fille, c'est la princesse Izu !
- Ecouteras-tu un jour ce que je te dis ?!
Le regard de la louve se porta néanmoins sur la silhouette immaculée d'Izu qui venait de s'éclipser dans un couloir. Lune Blanche devint perplexe. Que faisait la princesse hors des appartements royaux à une heure aussi tardive ? Qui plus est, elle semblait vouloir se faire discrète comme si elle avait quelque chose à cacher.
- Je vais lui dire bonsoir ! s'enthousiasma Lily.
- Non attends !
Cette fois-ci, Lune Blanche la prit de vitesse et lui empêcha toute escapade en déployant une aile devant elle.
- Qu'est-ce qu'il y a ? demanda Lily, la mine un peu renfrognée.
- Il y a quelque chose de louche.
Jamais Lune Blanche n'aurait pensé un jour dire cela de la princesse qu'elle savait toujours si douce, belle et pure. Mais peut-être tout compte fait avait-elle mal vu après tout.
- Il ne faut pas faire de bruit, souffla la louve à l'enfant avant de se faufiler dans le passage jadis emprunté par Izu.
Sans comprendre, Lily lui emboîta silencieusement le pas. Suivant la trace odorante de la princesse, Lune Blanche se retrouva rapidement à l'extérieur, dans la cour du château. Le ciel dégagé laissait volontiers l'astre lunaire baigner les jardins de sa clarté purificatrice. L'eau des étangs et des fontaines reflétaient les étoiles qui illuminaient les cieux. Et dans l'ombre du voile nocturne se glissait majestueusement la fine silhouette blanche d'Izu, sa longue queue féline effleurant l'herbe sur son passage. Lune Blanche et Lily l'aperçurent de loin et se dissimulèrent derrière le marbre d'une fontaine, ne laissant dépasser que le sommet de leur tête et leurs yeux pétris de curiosité. Le regard rouge de la princesse était braqué sur les hauteurs du mur d'enceinte. Chercherait-elle à quitter le château en douce ? En patientant un moment encore, Lune Blanche et Lily virent qu'il n'en était rien. Une silhouette inconnue à leurs yeux apparue soudainement sur les remparts. C'était un loup, à ne pas en douter. La longue queue de la princesse se mit à onduler joyeusement au sol. L'inconnu venu de nulle part bondit agilement à terre à ses côtés. Sans exception, la lune éclaira son corps grand et élancé au museau long et fin et au pelage crème parfois parsemé de poils noirs. Surprise, Lune Blanche vit Izu se jeter à son encolure avant de lui lécher vigoureusement les babines. Tendresse que l'étrange mâle lui rendit en coup de langue amoureux.
- Tu m'as manqué Nosk, susurra la jeune louve.

*******************************
"Est-ce que le matin tu ne crois plus à la lune parce que le soleil se lève ?"
"Et est-ce que tu ne crois plus au soleil parce qu'il est caché par les nuages ?"


© Cissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clansdesastres.forumactif.org
Lyra

avatar

DCs : Artémis //Maelstrom // Kartor
Liens : Liens et RPs
Présentation : Lyra
Points : 20
Date d'inscription : 19/04/2013

Feuille de personnage
Age: 9 ans
Rang: Sage
En couple avec: OeilTenebre ...et pour toujours

MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   Dim 25 Juin - 23:33

LIVRE VI


Les Humains


_________________________________

CHAPITRE
1
Là où le Temps s'est Arrêté




Kartor jeta un coup d'œil de derrière les broussailles. La nuit l'empêchait de se rendre clairement compte de la situation. Mais il n'y avait pas un mouvement, pas un bruit. La Meute de l'Ombre les avait apparemment perdus de vue. Le guerrier s'éloigna de sa cachette discrètement. Un peu plus loin, derrière de gros arbres noircis et desséchés des Bois de la Mort, le reste du groupe l'attendait. Profitant de ce moment de répit, Brume avait nettoyé le visage de Jack, assombrit par la cendre de la Plaine du Volcan, à grands coups de langue. Blizzard Ardent passait la sienne sur les brûlures de Kiko pour soulager ses souffrances. Il n'avait plus adressé le moindre mot à son père depuis la révélation de Lame-Noire, ni même attribué un regard.
- Je crois qu'on les a semé, fit Kartor en se rapatriant auprès d'eux, dépêchons-nous de quitter cet endroit maudit avant qu'ils nous retrouvent !
- Kartor, soupira Kiko, nous sommes épuisés. Nous avons passé presque la nuit entière à les fuir.
- Nous sommes surtout encore sur leur territoire !
- Il a raison Kiko, intervint Blizzard Ardent, je suis fatigué aussi mais c'est trop risqué de s'attarder ici.
Malgré la haine que le jeune loup vouait désormais à son père pour lui avoir caché la vérité, Blizzard Ardent était parvenu à garder son sang-froid afin de rester concentré sur une situation plus préoccupante. Il ne pourra baisser sa garde tant qu'il foulera les terres de la Meute de l'Ombre. La louve bleue soupira bruyamment mais se résigna à suivre les conseils des deux mâles. Après tout, ils avaient bien raison. Et puis, elle avait hâte de retrouver la sécurité du clan.
Soudain, un petit loup blanc bondit hors d'un tas de ronces à proximité du groupe.
- Les voilà ! s'exclama t-il avant de pousser un hurlement d'alerte.
Il n'eut pas le temps de l'achever que Kartor se jeta sur lui et le plaqua au sol en grondant férocement.
- Laisse tomber Kartor, lança Brume en jetant un œil au misérable loup qui défiait le guerrier du regard, mieux vaut décamper avant que le reste arrive, tu ne crois pas ?
En effet, Jack frissonna en entendant des grognements lointains. La meute avait cerné l'appel !
- Ils arrivent ! gémit l'enfant apeuré.
Brume lui proposa aussitôt son dos. Il était bien plus rapide dans les airs que sur terre, même avec un poids en plus. Le petit humain ne le fit pas attendre longtemps et bondit derrière ses ailes noires. Des ombres à travers les bois se distinguèrent bientôt. Des yeux et des crocs brillèrent dans la nuit.
- Brume, emmènes Jack loin d'ici ! s'exclama alors Kiko.
Le loup blanc fut pris au dépourvu.
- Mais…
- Fais ce qu'elle dit voyons ! gronda Kartor en maintenant sa prise au sol, la vie de cet humain est entre tes pattes.
- Avoues, tu veux fuir cette responsabilité ! railla le loup ailé avec humour.
Il n'eut droit qu'à un grognement pour toute réponse et décolla sans perdre une seconde de plus.
- Accroches-toi petit !
Dépassant la cime des arbres, Jack jeta un regard inquiet sur les trois autres qui devaient faire face à la meute. Ils n'avaient aucune chance ! Il fallait espérer que Kiko et Kartor savaient ce qu'ils faisaient.
Le petit loup blanc que tenait le guerrier gesticulait sous son poids en couinant de frustration. Mais le loup noir et rouge n'en tenait même plus compte.
- Vous aussi, filez ! ordonna t-il soudain aux deux autres.
- Serais-tu devenu fou ? s'indigna Kiko, il en est hors de question.
- Ce n'est pas une question !
- Kartor, insista Blizzard Ardent, tu dois fuir aussi.
- Je le ferais quand vous serez à l'abri. Partez devant !
- Mais...
- Dépêchez-vous bon sang !
Mais Kiko, têtue, se posta aux côtés du guerrier, bien décidée à faire face. Kartor émit un grondement mécontent.
- Blizzard Ardent ! rugit-il tandis que la Meute de l'Ombre les chargeait entre les arbres.
Le jeune mâle ailé eut un mouvement de sursaut et cessa toute hésitation avant de pousser la louve bleue à grands coups d'épaule.
- Partons ! fit-il.
- Quoi ? Non ! Jamais !
Elle résista.
- Fais-lui confiance ! renchérit le mâle en redoublant d'effort.
Devant la réticente de la femelle, Blizzard Ardent se glissa agilement sous elle et s'envola rapidement, battant furieusement des ailes pour supporter son poids.
- Reposes-moi ! hurla la louve en colère, s'agitant sur le dos du jeune garde qui peinait à s'élever d'avantage.
- Arrêtes Kiko ! On ne gagnera plus rien à tomber tous les deux !
- Mais…Kartor !
Blizzard Ardent, la langue pendante, sentait déjà ses ailes s'épuiser. Il espérait parvenir à mettre suffisamment de distance entre lui et la meute avant d'être vraiment à bout de force.


- Halte ! ordonna Kartor d'une voix forte et autoritaire.
Devant la vision du loup de la lune menaçant l'un des siens, la meute se vit contrainte d'obéir. Lame-Noire et Imfer étaient de nouveau en tête.
- Ice ! s'exclama le lieutenant noir.
- Pas une patte de plus ! gronda Kartor, les crocs dévoilés non loin de la gorge de sa proie.
Avec la simple force de ses deux pattes, le guerrier parvenait sans peine à écraser le loup blanc au sol. D'autant plus que ce dernier, bien qu'adulte, était d'une taille plus petite que d'ordinaire. Il devait sûrement servir d'éclaireur ou d'espion au sein de la meute. Il n'était, de toute évidence, pas de taille à lutter contre la force du guerrier. Ce dernier fusilla la Meute de l'Ombre de ses yeux rouge-sang. Lame-Noire serra les crocs, visiblement peu désireux de voir mourir le dénommé Ice. Imfer regarda celui-ci et son compagnon indécis à tour de rôle.
- Est-ce pour ça que tu as stoppé la meute ? interrogea t-elle, tu les avais tous à portée de crocs et il en reste encore un. Cela ne vaut -il pas un petit sacrifice ?
Ice tendit l'oreille, soudainement inquiet de son sort. Kartor restait menaçant et sur ses gardes. Ce loup était sa seule issue de secours.
- J'ai la responsabilité de la meute, riposta Lame-Noire à la louve, il ne me pardonnera jamais de perdre ne serait-ce qu'un membre.
- Tss ! Il n'a pas à le savoir. Tout sera de la faute de ce loup de la lune ! Tuons-le !
A vif, les loups de la meute s'agitèrent, grondant férocement et grattant furieusement la terre couverte de cendre. Sentant une possible attaque venir, Kartor attrapa la nuque du loup entre ses crocs. Ce dernier couina de douleur mais le guerrier ne le mordait pas assez fort encore pour le tuer.
- Non ! gronda Lame-Noire à sa meute pour la calmer.
Imfer fronça les sourcils, frustrée. Le loup noir se tourna à nouveau vers Kartor.
- Je te laisse partir si tu en fais autant, lâcha t-il.
Le loup noir et feu ôta ses crocs pour répondre.
- Eloignes la meute ! ordonna t-il.
Imfer émit un grondement sourd, les oreilles légèrement en arrière. Lame-Noire hésita un moment avant de faire comprendre aux autres de quitter les lieux d'un signe de tête. La meute obéit. Même la progéniture d'Imfer disparue dans les bois sous le regard attentif de Kartor.
- Je sais ce que tu penses Imfer, fit le loup noir, ça me frustre autant que toi de tous les rater.
Mais la louve bicolore, à la mine jusque-là renfrognée, se détendit soudainement.
- Tu ne crois pas si bien dire mon cher, répondit-elle en esquissant un sourire narquois.
Décontenancé, Kartor dressa les oreilles.
- Que veux-tu dire ? demanda Lame-Noire.
- Pendant que ce pauvre idiot se croyait invincible face à nous, personne n'a remarqué deux de nos ailés faire un discret détours pour prendre en chasse ceux qui se sont envolés.
Kartor redressa la tête, jetant un regard interdit et assassin à la femelle.
- Tu aurais pu m'avertir ! répliqua Lame-Noire.
- Je le fais maintenant. Et j'ajouterais que j'ai principalement mis l'accent sur le petit d'humain qu'ils tiennent tous tant à protéger.
A ces mots, Kartor ne perdit pas plus de temps. Lâchant subitement sa prise, il partit à toutes pattes dans les profondeurs des bois sous le ricanement d'Imfer tandis qu'Ice s'empressa de rejoindre le couple dominant, son cou cerné d'une blessure sanglante.


- Regardes Jack ! lança joyeusement Brume, la Grande Vallée se dévoile droit devant !
En effet, le jeune garçon pouvait les voir, ces étendues verdoyantes entre les collines lointaines pourvues de rivières et de bosquets. Le loup ailé volait droit dans cette direction, survolant ce qui restait des Bois de la Mort. Bientôt, ils auront quitté cet ignoble endroit. Mais Jack était profondément inquiet. Agrippé à la fourrure blanche de son ami, il baissa les yeux sur la sinistre forêt. Il espérait y voir des silhouettes familières. Le pelage bleu de Kiko, les pattes blanches de Blizzard Ardent, les tâches rouges de Kartor. "Pourvu que tout le monde aille bien", songeait-il tristement. Etre sans arrêt prit à l'écart pour éviter tout risque commençait à le frustrer. Ce n'était pas de cette manière qu'il pourrait être utile et retrouver Lily.

Tout à coup, l'enfant aperçu deux formes ailées jaillir des bois à toute vitesse.
- Attention Brume ! hurla t-il en lui tirant maladroitement les poils.
Trop tard ! Un loup ailé noir au ventre blanc percuta de plein fouet le subalterne de la lune qui dévia violemment sur le côté. Jack enserra son cou de ses bras, craignant la chute. Le second loup était gris tigré de noir. On aurait dit un ligre. Il attaqua Brume par-dessous, saisissant une de ses pattes entre ses crocs. Le loup de la lune se débattit comme un beau diable.
- Tiens bon Jack ! lança t-il à l'enfant en sentant sa prise faiblir.
Griffant l'œil du loup gris, Brume parvint à s'en libérer. Mais l'autre noir et blanc lui barra toute échappatoire en l'attaquant de front. S'ensuivit un face à face dans les airs où s'échangèrent coups de griffes et crocs au centre de furieux battement d'ailes. Jack s'accrochait du mieux qu'il pouvait au cou du loup blanc mais le tigré de la Meute de l'Ombre, après s'être ressaisit de la griffure de Brume, repartit à l'attaque. Il s'empara d'une des ailes noires du loup de la lune entre ses crocs. Assaillit de toutes parts, Brume n'avait plus beaucoup d'options à part fuir. Se dégageant violemment de ses deux adversaires, le mâle sentit son aile se déchirer sous les canines du loup gris. Heureusement, ce n'était pas suffisant pour l'empêcher de voler. Mais soudain, son cœur loupa un battement lorsque, dans son échappatoire, Jack lâcha prise. Attiré irrémédiablement vers une mort certaine, l'enfant poussa un hurlement. Brume plongea en piqué vers lui. Rapide comme l'éclair, le loup parvint de justesse à attraper un bout du pull du garçon dans sa gueule, à l'instant même où ce dernier s'apprêtait à traverser la cime des arbres.

Les deux loups de la Meute de l'Ombre en profitèrent. Se ruant sur le mâle, ils entreprirent de lui saisir la nuque. Brume gronda furieusement mais fut contraint de lâcher son protégé pour sauvagement se défendre. La seconde suivante, Jack avait déjà disparu sous les épaisses branches noueuses de la forêt dans un cri strident.

Se débattant avec hargne, Brume échappa une seconde fois aux crocs de ses ennemis, non sans garder une profonde morsure sanguinolente à son encolure, tâchant son pelage immaculé d'un collier écarlate. Malgré la douleur qui définissait ses pensées, son premier réflexe fut de se lancer au secours de Jack. Mais les deux loups de l'ombre se jetèrent à nouveau sur lui et Brume, qui se sentait faiblir, esquiva leur attaque avant de battre en retraite aussi vite que ses forces le lui permettaient, semant des perles de sang sur son passage.


Jack revint à lui. Etendu sur le sol grisé de cendres, son corps entier lui faisait mal. Il n'osait plus bouger, de peur d'aggraver son cas. Un gémissement sorti de sa gorge face à la migraine qui le tiraillait. Lorsqu'il ouvrit les yeux, son regard se posa sur l'écorce noire d'un vieux chêne mort. Le silence s'éternisait dans ces bois maudits. En douceur, Jack prit appui sur ses bras pour se relever. La douleur la plus intense se situait au niveau de sa tête mais il se sentait capable de la surmonter. Les branches de cet arbre avaient dû amortir sa chute. Il leva instinctivement ses prunelles vers le ciel. Il ne savait pas depuis combien de temps il était inconscient mais la nuit était toujours présente. Les épaisses branches des arbres ne lui offrait pas une vision complète des cieux mais il était néanmoins sûr d'une chose : les loups n'étaient plus là. Ni ceux de la meute, ni même Brume. Egaré dans les Bois de la Mort, Jack se retrouvait confronté à lui-même.

Il ne pouvait se permettre d'attendre que Brume le retrouve, au risque que la Meute de l'Ombre le fasse en premier. Avec prudence, il se fraya un chemin entre les arbres morts, la peur au ventre, la douleur à la tête. Il prenait soin de rester contre les troncs, afin de pouvoir se cacher derrière en cas de danger. Pour le moment, rien ne signalait une présence dans les parages. C'était le calme plat. Cependant, Jack s'était bien rendu compte que les loups pouvaient se faire très discrets quand ils le voulaient. Le jeune garçon devait impérativement se trouver un abri.

Il marchait un bon moment dans l'obscurité de la nuit. Chaque pas supplémentaire était un effort à réaliser. Il avait bien envie de se recroqueviller contre un arbre et de ne plus bouger jusqu'au matin.

Soudain, l'enfant distingua des formes qui se dessinaient entre les arbres. En s'en approchant, il se rendit compte qu'il s'agissait de maisons. De vieilles cabanes de bois et de pierres abandonnées dans la forêt à la merci d'une nature morte. Il s'avança avec prudence. Ce lieu restait tout aussi désolé que le reste des bois. A la vue d'autres bâtiments qui étaient plantés en abondance, il s'agissait d'un village. Un village perdu dans les Bois de la Mort.

Enlacées de racines défraîchies, les maisons étaient recouvertes, tout comme le sol, d'une épaisse couche de poussière. Pas une âme qui vive. Le silence perdurait dans les allées désertes de ce village fantomatique.
- Il y a quelqu'un ? risqua timidement Jack en s'aventurant courageusement dans le bourg envahi par la forêt noire.
Aucune réponse ne vint. Pendant un temps, Jack songeait qu'il valait mieux quitter les lieux. Il n'y avait rien de plus angoissant qu'un village fantôme au milieu d'un bois mort en pleine nuit. Mais l'enfant était indécis. Malgré son aspect lugubre, cet endroit ferait une parfaite cachette.

Jack poussa doucement la porte entrebâillée d'une maison au hasard. Celle-ci s'ouvrit lentement dans un grincement glauque. Un bruit, comme quelque chose qui tombait à ce moment-là, se fit entendre. L'enfant fit un bon en arrière, son cœur tambourinait dans sa poitrine. Tout à coup, une forme fila par l'ouverture de la porte. Une maigre silhouette sombre à la longue queue se sauva dans les bois en grognant. Jack reprit son souffle. Il avait reconnu l'étrange animal. C'était un kar, charognard qu'il avait aperçu dans la Plaine du Volcan. Le petit humain déglutit, puis reposa son regard sur l'antre ténébreux qu'était l'intérieur de la maison. Il y faisait noir comme au fond d'une grotte, et Jack hésitait vraiment à y entrer.
- Qui va là ? s'exclama soudainement une voix derrière lui.
L'enfant sursauta en lâchant un cri d'effroi avant de faire volte-face. Une louve venait de surgir de l'angle d'un mur de pierre. D'un pelage presque entièrement noir, Jack remarqua néanmoins son ventre depuis le menton écarlate tout comme trois de ses pattes, excepté la droite arrière qui arborait une étrange balzane céruléenne.
- Un enfant ? s'étonna le canidé en dressant les oreilles en avant, que fais-tu ici toi ?
L'animal s'approcha de lui à grands pas et tendit le cou pour le flairer de toute part. En territoire inconnu, Jack se laissait faire, suivant la louve des yeux.
- Quels drôles de vêtements, commenta-t-elle, et cette odeur inconnue…Mais d'où viens-tu donc ?
- Je…Euh…Et toi ? Qui es-tu ? demanda Jack, quelque peu décontenancé.
- Moi ? Moi je suis Rose de Sang. Et toi, tu n'est sûrement pas du village.
- Du village ? Ce village ?
- Ce village ? Par Archange, sûrement pas ! Ne vois-tu pas que plus personne n'habite ici ?
- Si…Depuis longtemps ?
- Des cycles et des cycles !
- Ah…Quel village alors ?
- Quel village ? Il n'y a pas l'embarras du choix pourtant.
- Ah ?
- Mais d'où sors-tu donc ?
- De bien loin.
- Je vois ça. Bon allez, tu ne devrais pas être ici, c'est dangereux. Viens avec moi.
- Et où on va ?
- Je t'emmène au village.

*******************************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Clans des Astres [Roman by Cissy] Nouvelle édition
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Space Hulk [GW] Nouvelle édition
» Nouvelle édition de Blood Bowl
» Débat 3 : Roman Reigns, la nouvelle face de la WWE ?
» nouvelle édition 40000
» Nouvelle édition du Hobbit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cycle 747 de l'Age Sombre // Deuxième Période de Pleine Guerre :: Hors RPG :: Galerie et demande de Création-
Sauter vers: